Sète, cœur battant d’un éco-territoire par François COMMEINHES

Sète, cœur battant d’un éco-territoire A Sète, qualité de vie et environnement sont indissociables.…

Sète, cœur battant d’un éco-territoire

A Sète, qualité de vie et environnement sont indissociables. Protéger nos richesses naturelles, c’est à la fois respecter la nature, préserver notre identité et garantir un avenir aux générations futures.

Protection du lido, programme d’assainissement en faveur de la qua­lité de l’eau de l’étang, classement en zone Natura 2000 de la flore de la Corniche… Sous ses deux premiers mandats, François Commeinhes a mon­tré son engagement sur le terrain de l’environnement. Cet engagement est indispensable autant dans la ville qu’à l’échelle de l’agglomération qui en a la compétence et les budgets. L’enjeu est de concilier le souci d’un éco-territoire avec le développement économique, le tourisme et l’évolution démographique.

Prendre de l’avance sur l’avenir énergétique

Anticipant la préservation de notre ter­ritoire, François Commeinhes a signé la Convention des maires, l’engageant ainsi à réduire de 20% les émissions de gaz à effet de serre et la consommation énergétique d’ici 2020 et à augmenter de 20% la production d’énergies renou­velables. En cohérence avec cet engage­ment, il a volontairement initié un plan climat, alors que seules les villes de plus de 50 000 habitants y étaient tenues. Un bilan carbone a été effectué, puis des outils ont été mis en place et un pro­gramme d’actions formalisé afin d’at­teindre les objectifs fixés.

Développer d’autres modes de transport

Réduction de la circulation automo­bile et développement des modes de transport doux, rénovation de l’éclai­rage public, réfection des installations de chauffage dans les bâtiments munici­paux, rénovation du parc de logements, opérations de sensibilisation auprès de la population, préservation de la biodi­versité sont autant de domaines dans les­quels les actions déjà engagées seront poursuivies, intensifiées et élargies.

Les projets à la loupe :

Une ville qui respire

Fluidifier la circulation en ville, c’est lui permettre de mieux respirer, la rendre plus agréable et attractive. Si la ville doit rester accessible à ceux qui y vivent, tout sera fait pour limiter le recours à la voiture pour les personnes extérieures : navettes maritimes gratuites, création de parkings d’entrée de ville… Les Sétois pourront bénéficier d’un service de transport performant avec des voies de bus réservées. La fréquence comme les plages horaires seront augmentées. François Commeinhes souhaite la gratuité de service. Il l’a fait savoir lors du dernier conseil d’agglomération alors que le président actuel faisait reconduire la délégation de service public qui interdit cette gratuité. Il annoncé que, élu à la tête de l’agglo, il annulerait cette délégation. La gare de Sète sera le point d’entrée et de sortie pour tous ces nouveaux modes de transports durables grâce à la création d’une gare double face.

Des itinéraires découverte de la biodiversité

Peu de villes ont la chance de disposer d’un envi­ronnement aussi exceptionnel. Sète compte même un site Natura 2000 en pleine ville avec les falaises de la Corniche. Mais cette diversité est souvent méconnue. Fort du partenariat déjà engagé avec les pêcheurs et les conchyliculteurs ou encore avec les clubs de plongée, François Commeinhes favorisera la connaissance de cette biodiversité auprès des scolaires et de l’en­semble de la population. Des itinéraires décou­verte seront notamment créés.

L’économie d’énergie fait école

Favoriser les bonnes pratiques est un des moyens simples pour lutter contre le gaspillage d’énergie. L’école Louis- Blanc s’est fixé pour objectif de baisser de 20% sa consommation énergétique. En échange de ses efforts, la Ville rever­sera à l’établissement 1/3 des écono­mies réalisées. L’opération test séduit et sera étendue aux autres écoles. Un principe gagnant/gagnant qui repose sur une sensibilisation collective soute­nue par le corps enseignant.

Créer des micros-jardins dans la ville

Le nombre d’espaces verts va être augmenté grâce à la création de micro-jardins. Des opérations de végétalisation seront réalisées dans les quartiers, et des îlots de verdure aménagés en coeur de ville. Au-delà de l’aspect esthétique, il y a aussi des vertus environnementales (biodiversité, eaux pluviales) ; les plantes méditerranéennes seront privilégiées.

Boucler la boucle

 En douze ans, plus de 25 km de pistes cyclables ont été réalisés. La Corniche de Neuburg et les boulevards Camille-Blanc/Verdun sont les prochaines étapes. Dans le coeur de ville, les rues étant trop étroites, des zones 30 seront créées afin de donner la priorité aux piétons et aux cyclistes. Les itinéraires vélos seront fléchés. François Commeihnes va continuer les négociations avec les pouvoirs publics détenteurs des espaces  pour boucler la boucle en bordure de l’étang de Thau.

60 millions d’euros pour gérer les eaux pluviales et protéger la lagune

Protéger la lagune, c’est préserver une biodiversité exceptionnelle mais aussi les 3000 emplois liés à la pêche et à la conchyliculture. François Commeinhes préside depuis sa création (en 2005) le Syndicat mixte du bassin de Thau, chargé de cette protection. Les 70 millions d’euros investis pour améliorer l’assainissement des eaux usées ont permis de sauver la lagune et ses activités. François Commeihnes va s’attaquer à un autre gros chantier : la gestion des eaux pluviales pour laquelle 60 millions d’euros seront investis dans les années à venir. Ce programme verra également l’agglomération doubler la capacité de la station d’épuration des eaux blanches pour accueillir les eaux usées de trois nouvelles communes. Encore un nouveau service rendu par Sète à son territoire, au bénéfice de l’environnement.

Baisser la facture énergétique

59%, c’est le pourcentage d’économies d’énergie qui sera réalisé grâce à la rénova­tion de l’éclairage public. En parallèle, un plan de lutte contre le gaspillage d’énergie dans le bâtiment sera lancé. L’équipe Pour Sète évidemment s’est fixé pour objectif de réduire la consommation au minimum de 15%. Sur le parc de logements privés, la vaste opération de rénovation du c.

Objectif zéro pesticide

Le programme « Vert Demain » sera lancé cette année. La ville s’engage à abandonner progres­sivement l’utilisation des produits phytosanitaires dans l’entretien des espaces verts, réduisant ainsi les apports toxiques à la lagune. Le choix de plantes méditerranéennes moins consommatrices d’eau associé à la récupération des eaux pluviales, qui sera favorisée dans les équipements et les futurs quartiers à l’Est, permettront des économies et moins de rejets. Une vraie révolution qui va asso­cier les agents municipaux qui seront formés aux nouvelles pratiques.

Des véhicules électriques pour les livraisons

Une plate-forme sera créée en entrée de ville, véritable centre de groupage-dégroupage, d’où parti­ront de petits véhicules électriques, ce qui permettra de réduire les livraisons par poids-lourds en coeur de ville. Une partie des livraisons pourrait aussi s’effectuer par bateau sur les canaux. Encore une action reposant sur les fondamentaux du développement durable.

Qu'en pensez-vous ?

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Jeux concours
Météo de l'Hérault
Hérault Tribune Pro Hérault Tribune Reportages

Depuis 1973, d’abord sous format magazine, puis via son site, Hérault Tribune informe le public des événements qui se produisent dans le grand Agathois, le Biterrois et le bassin de Thau.

logo hje

Depuis 1895, l’Hérault Juridique & Economique traite l’économie, le droit et la culture dans son hebdomadaire papier, puis via son site Internet. Il contribue au développement sécurisé de l’économie locale en publiant les annonces légales.