Hérault tribune : L'actu au quotiden dans tout l'Hérault
Droit

Un bond dans le futur - Question orale pour la séance du Conseil municipal du mardi 26 juillet 2011

  Un bond dans le futur   Question orale pour la séance du Conseil municipal du mardi 26 juillet 2011 Monsieur le Maire, Dans un proche avenir, la ZAC de la Capucière connaîtra un essor considérable  sur 35 hectares soit 350 000 m2. Ce projet – impulsé par l’agglo – sera générateur de ressources, d’emplois et de […]

 

Un bond dans le futur   Question orale pour la séance du Conseil municipal du mardi 26 juillet 2011

Monsieur le Maire,

Dans un proche avenir, la ZAC de la Capucière connaîtra un essor considérable  sur 35 hectares soit 350 000 m2. Ce projet – impulsé par l’agglo – sera générateur de ressources, d’emplois et de dynamisme économique et social.

Vous reconnaissez vous-même que l’aménagement à venir de la Capucière sera une réalisation de la Communauté d’agglomération. Comme vous le dites, la Commune ne pouvait réaliser cette opération elle-même sur ses propres forces. D’où l’intérêt de l’intercommunalité consistant à pouvoir réaliser à plusieurs ce que l’on ne pourrait concrétiser seul.

Bessan attend le développement de la Capucière depuis 16 ans. Grâce à la Communauté d’agglomération Hérault-Méditerranée, ce projet deviendra réalité. Puisque l’occasion est donnée, rappelons qu’en 2004, il aurait été regrettable de changer de périmètre communautaire lorsque vous avez vainement essayé de quitter l’agglo Hérault-Méditerranée pour la Communauté de Communes des pays de Thongue.

Le Préfet Idrac, ne s’y était pas trompé estimant que le retrait de Bessan d’Hérault-Méditerranée (1) aurait obéré la continuité territoriale de l’actuel périmètre de notre Communauté d’agglomération.

Avec le recul, reconnaissez que sur le sujet concret précédemment relaté, Thongue (2) n’aurait pas eu les mêmes moyens pour arriver aux mêmes fins en vue du développement optimum du village.

Cela étant rappelé, le sujet de la présente question orale consiste à poursuivre le débat sur la future construction d’une nouvelle salle des fêtes et des spectacles. Ce thème a été traité au précédent Conseil.

Pour lire la précédente question orale, la réponse du Maire et les commentaires, cliquer ici :

https://www.herault-tribune.com/articles/10182/bessan-projeter-une-salle-des-fetes-et-des-spectacles-moderne-et-fonctionnelle/

Mieux qu’une une réponse à votre réponse, il vous est proposé de poursuivre la réflexion. Donc, «continuons ensemble» le débat.

Dans votre réponse à notre précédente question orale, vous reconnaissez «qu’il est indispensable de prévoir une implantation en périphérie de la commune». Vous ajoutez «le jour où nous lancerons un projet de construction».

Puis vous ajoutez encore : «le problème reste entier car où pouvons-nous la créer?»

Voici notre position : bannissons le mot «problème» et substituons-y le mot «solution».

Réaliser une nouvelle salle des fêtes et des spectacles au droit des «Clefs du Languedoc» ou à défaut, sur ce secteur en lisière de la CD 13 et du vaste parking envisagé est une solution qui séduit. L’idée connaît de l’audience et mérite que vous vous y intéressiez.

Vous objectez que le développement du village impliquerait que ce qui se trouve en périphérie serait demain englobé dans les extensions. Or, cela est inexact. En effet, la Capucière sera aménagée en quatre macro-lots : la vitrine commerciale et tertiaire (macro-lots 1 et 2) et les activités de transformation et d’assemblage (macro-lots 3 et 4).

Exceptée une urbanisation maîtrisée en bordure de la Capucière, les bâtiments qui sortiront de terre seront des équipements commerciaux et industriels. Ce qui signifie que les extensions des habitations n’engloberont pas la future ZAC.

Vous objectez aussi que l’implantation de la nouvelle salle des fêtes doit se situer à proximité des habitants. Eh bien, si nous implantions la nouvelle salle des fêtes à la Capucière, tel serait le cas. En effet, réaliser la Capucière impliquera un nombre conséquent de créations d’emplois, donc un apport humain important. Des quartiers entiers seront urbanisés notamment à Namérique. Les besoins seront réels. La future salle des fêtes ne serait pas éloignée du village d’autant qu’il n’y a que 300 mètres seulement entre le panneau d’entrée de ville et l’ancien restaurant «les Clefs du Languedoc».  

Vous ajoutez que nous avançons l’idée d’une implantation en «zone industrielle».

Aussi, nous attirons votre attention sur l’image que vous véhiculez par ces termes. Non, ce ne sera pas une zone industrielle mais un parc d’activités (certes avec des activités industrielles mais pas seulement).

Parler de zone industrielle revêt une image négative alors que le projet de l’agglo consiste à bien séparer les différents macro-lots.

En outre, la partie supérieure à la coulée de basalte sera un véritable espace de vie avec un parc paysager, une noue paysagère, une zone humide et une marre à même les sols de roches bleues.

Concrètement, sur le macro-lot n°1, l’Agglo implantera une maison du terroir, qui donc ne sera pas en zone industrielle. C’est pourquoi, il est utile d’étudier la possibilité de concevoir une copropriété horizontale.

Nous pourrions imaginer un bâtiment en copropriété entre l’Agglo et la Ville pour tout à la fois abriter la maison du terroir et la nouvelle salle des fêtes. Cet équipement bénéficierait d’accès et d’une desserte faciles, d’une visibilité de premier plan, telle «une vitrine».

En outre, cette réalisation, d’une part, rationaliserait les coûts et d’autre part, serait créatrice d’une synergie entre la salle des fêtes et la future maison du terroir.

Depuis le dernier Conseil communautaire, l’Agglo lance ses appels à manifestations d’intérêts en vue de la commercialisation des terrains. Il est urgent de ne plus attendre.

Précisons qu’il ne s’agit pas d’un investissement immédiat mais de prendre date en réservant un terrain. Ce qui exclut toute objection de type financier.

A Bessan, ne regardons pas passer les trains…surtout pas sur le sud de l’autoroute… (allusion à la question 11 de l’ordre du jour de la séance relatif au tracé de la Ligne Grande Vitesse sur lequel nous serons unis et solidaires) (3)

Vous remerciant pour votre attention,

Pour le Groupe «Bessan en avant»    O.Goudou

(1) la Communauté d’agglomération Hérault-Méditerranée comprend : Adissan, Agde , Aumes, Bessan, Castelnau de Guers, Caux, Cazouls d’Hérault, Florensac, Lézignan la Cèbe, Montagnac, Nézignan l’Evêque, Nizas, Pézenas, Pinet, Pomérols, Portiragnes, St Pons de Mauchiens, St Thibéry, Vias

(2) la Communauté de Communes des Pays de Thongue comprend : Abeilhan, Alignan-du-Vent, Coulobres, Montblanc, Puissalicon, Tourbes, Valros

(3) Question 11 (séance du 26 juillet, extrait de la note de synthèse) : « un passage (de la Ligne Grande Vitesse du TGV) au sud de l’autoroute représenterait une catastrophe non seulement pour la Commune de Bessan mais également pour l’agglomération Hérault-Méditerranée en raison des projets de développement économique en cours. »

 

CCF26072011 00000

 

Qu'en pensez-vous ?

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Météo de l'Hérault
Jeux concours

Depuis 1973, d’abord sous format magazine, puis via son site, Hérault Tribune informe le public des événements qui se produisent dans le grand Agathois, le Biterrois et le bassin de Thau.

logo hje

Depuis 1895, l’Hérault Juridique & Economique traite l’économie, le droit et la culture dans son hebdomadaire papier, puis via son site Internet. Il contribue au développement sécurisé de l’économie locale en publiant les annonces légales.