Agde, Montpellier, Sète : le ministre de la Santé quitte l'Hérault les bras chargés de revendications

Quelques enseignements sur l’orientation du gouvernement après la visite dans l’Hérault mardi 23 août, du ministre de la Santé François Braun, venu à la rencontre des responsables d'établissements de santé et d’élus.

François Braun et Gilles d’Ettore © Ville d’Agde

Cela n’a pas été une promenade de santé. La période d’été est toujours propice à la mobilisation des personnels et syndicats d’hôpitaux publics. C’est donc dans un contexte de revendications que le ministre François Braun est venu dans le département mardi 23 août. Déjà, des banderoles de la CGT l’attendaient devant l’hôpital à Agde. Deux autres haltes étaient au programme du ministre, à Béziers et Lunel. Mais François Braun a aussi fait un crochet par Montpellier, et a délégué une personne pour le représenter et écouter les demandes du syndicat Force ouvrière du CHU de Sète. A l’issue de son séjour, le ministre a reconnu la qualité des établissements qu’il a parcourus.

Les urgences d’Agde , rêve ou réalité

braun cgt
© Ville d’Agde

Le ministre François Braun s’est rendu au Centre de soins médicaux immédiats et petites urgences situé à l’hôpital Saint-Loup d’Agde. Il a été reçu par l’initiateur de ce centre, le docteur Pierre-André Poutout. Le fonctionnement repose sur une alliance du public et du privé. Ici, deux médecins libéraux et deux infirmières privées assurent la prise en charge d’une soixantaine de patients au quotidien. Les besoins de la population réclameraient pour moitié des actes de médecins généralistes. Pour les autres, il s’agirait de prises en charge d’actes médicaux non programmés.

D’un côté, le centre pallie un manque de médecins généralistes qui pénalisait la population, et il désengorge les urgences de Sète et de Béziers. De l’autre, cette baisse d’activité des CHU implique que l’Etat s’apprête à baisser leur dotation alors que ces derniers réclament plus de moyens. La perspective d’un service d’urgence public ouvert 24 heures sur 24, à Agde, s’éloigne. Le ministre semble appuyer le choix de la collaboration entre libéraux et hôpitaux, entre privé et public, avec la bénédiction des élus.

Montpellier vante son pôle global MedVallée

delafosse braun
© Ville de Montpellier

Le ministre de la Santé a été reçu à l’Hôtel de Ville par le maire et président de la Métropole Michaël Delafosse, également président du Conseil de surveillance du CHU de Montpellier. Aux demandes récurrentes des élus comme des professionnels de santé sur les aides financières attendues, le ministre a rappelé que l’Etat s’engageait à hauteur de 260 millions d’euros. Un montant dont la répartition, et cela reste le plus important, reste à définir.

Michaël Delafosse s’est fait le porte-parole du projet MedVallée auprès du nouveau ministre de la Santé. Ce futur pôle santé global voulu par la Métropole n’a pas laissé François Braun indifférent, reconnaissant la dynamique existante autour du projet et sa légitimité. Un prochain voyage du ministre dans l’Hérault pourrait lui être consacré. A noter que des échanges ont eu lieu sur les enjeux du contrat local santé qui doit être signé prochainement. Parmi les point abordés, la place grandissante de l’éducation à la santé auprès des jeunes. Enfin, le problème national des déserts médicaux n’épargne pas la Métropole, les élus reconnaissant qu’il touche aussi bien des communes que des quartiers.

Les revendications de FO à Sète, écoutées

Le premier syndicat des CHU du Bassin de Thau avait lancé une invitation au ministre quelques jours avant son arrivée. Déçu que l’hôpital de Sète ne soit pas au programme de François Braun, Force ouvrière avait mis par écrit ses revendications, espérant obtenir des réponses en invitant le ministre à s’asseoir avec lui pendant son séjour héraultais. C’est une représentante du Ministre qui est venue en compagnie du directeur de l’agence régionale de santé et de la directrice des hôpitaux du Bassin de Thau.

Une heure au cours de laquelle le syndicat FO a évoqué les points de sa lettre au ministre, récapitulant les manques de moyens et le malaise qui en découle dans le monde médical. Absentéisme, épuisement, coût élevé de l’intérim médical, inégalité dans l’attribution des primes créant des tensions, manque d’attractivité du secteur ou demande d’effacement de la dette colossale, sont quelques uns des points que les représentants de la santé publique ont écoutés pendant que le ministre visitait les locaux.

A l’issue de cet entrevue, le syndicat FO attendait des réponses. La représentante du ministre François Braun a déclaré que des annonces touchant les revendications des syndicats des personnels de santé seront faites dans le courant du mois d’octobre.

Qu'en pensez-vous ?

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Commentaires

  1. Le ministre de la santé écoute, mais ils ne disposent pas des pleins pouvoirs, du président de la république, ni de son collègue des finances, lorsque macron dit la vie, va devenir difficile, je peux vous dire, préparez vos citoyens à souffrir, car les finances de l’État commencent à s’essouffler, lorsque le ministre fait des propositions au syndicat, il est loin de les accomplir, on l’a vu avec les autres ministres de la santé, les urgences souffrent, ainsi que les services hospitaliers, il manque d’infirmières, ainsi que des lits, comment voulez-vous citoyens, que nos services publics surtout la santé puissent bien fonctionner , les promesses rendent les enfants joyeux, mais la c’est le malade qui n’est pas content , nous allons attendre, ce qu’il a promis à Monsieur le maire écologiste de Montpellier, il est parti les bras chargé de dossiers, mais lorsqu’il sera au ministère les bras chargés, ce videront dans un panier, pour des années

  2. Bonjour,
    Je trouve inadmissible que l’hopital d AGDE ne soit pas ouvert aux urgences 24h sur 24 avec le nombre d habitants sur la commune et les petites communes des alentours et qui augmentent du triple voir plus en période estivale
    A quoi sert réellement cet hopital ? Je me suis toujours posé la question.
    Pas de service d urgence médical de jour comme de nuit ?
    Impossible en plus d’avoir un médecin généraliste sur Agde si vous n’êtes pas déjà patient de ces généralistes ! C est une honte notre système médical de nos jours, les gens ne peuvent plus se faire soigner car aucun medecins généralistes, dentistes etc.. ne veulent de vous lorsque vous arrivez dans la région.
    Quand va t on remédier à tous ces problèmes que nous subissons depuis un bon moment ?
    Faut-il une révolution pour que nos ministres et chef du gouvernement agissent dans le bon sens et non à l inverse des choses car ce n est plus possible de vivre ainsi de nos jours ?
    Je sais que ce que j’ai exprimé ci dessus n’interressera personne mais au moins je crie ouvertement mon dégout de ce monde ou nous vivons qui devient de plus en plus invivable. Des moyens pour faire la guerre mais aucun pour la santé du peuple
    Jo

Jeux concours
Météo de l'Hérault
Hérault Tribune Pro Hérault Tribune Reportages

Depuis 1973, d’abord sous format magazine, puis via son site, Hérault Tribune informe le public des événements qui se produisent dans le grand Agathois, le Biterrois et le bassin de Thau.

logo hje

Depuis 1895, l’Hérault Juridique & Economique traite l’économie, le droit et la culture dans son hebdomadaire papier, puis via son site Internet. Il contribue au développement sécurisé de l’économie locale en publiant les annonces légales.