AGDE POLITIQUE - Si le Dr Nadal fait élire LaREM, alors Agde perdra son âme ! Par Alexandre LARREY

L’opacité de la liste Agde Juste, Verte et Sûre portée par Thierry NADAL est…

L’opacité de la liste Agde Juste, Verte et Sûre portée par Thierry NADAL est en réalité facile à lire.

Pour comprendre son fonctionnement, il suffit de jeter un œil chez nos voisins Biterrois et plus précisément sur le candidat macroniste (sans étiquette), Pascal Resplandy qui peut compter sur le réseau du fils Toulza, jeune cadre dynamique et héritier d’une partie du PS et de l’électorat du Parti Radical de Gauche. La configuration est identique pour notre candidat Agathois sans étiquette.

Si le positionnement de LaREM est assumé à Béziers pour tenter de dégommer le père Ménard, en Agde, cela semble un peu plus compliqué. En effet, pour faire tomber l’indéboulonnable D’Ettore il fallait lui trouver un numéro bis macron-compatible.

Mais CHUT !!! La perle dénichée par le fils caché de Bayrou doit être déguisée en candidat d’ouverture tantôt de gauche, tantôt de droite afin de tondre un maximum l’électorat du Maire sortant, car le capital de 15% de voix Macronistes confirmées lors des dernières élections européennes ne suffiront pas à elles seules pour remporter la ville d’Agde.

Mais le masque qui couvrait le vrai visage du candidat macronpatible n’a pas tenu le temps qu’il fallait et comble de l’histoire, il fût tombé par un macroniste qui a eu le mérite de se sacrifier publiquement en déclarant son soutien à Gilles D’Ettore. Ce qui a eu pour conséquence la sortie inopinée d’Anissa BENYAHI (animatrice laREM d’Agde) qui nous a fait un quatre par trois du soutien de La République En Marche au Docteur Nadal validé par le député Euzet lui-même, nous n’en demandions pas temps ! Bravo Monsieur D’Ettore pour ce coup du sombrero…

Maintenant que les révélations au grand public sont faites, je vais éteindre mon humour taquin pour en venir à des propos beaucoup plus sérieux. Si en soit Thierry NADAL et ses compagnons sont inoffensifs, la main mise de la République En marche sur cette liste doit nous alarmer. Car derrière le projet municipal se prépare l’ancrage local d’une dangereuse politique nationale.

La convergence des luttes qui progresse, qui n’est comparable en ampleur et en signification qu’à celle de mai 1968, plus exactement la crise sociale que traverse notre pays est aussi marquée par l’ampleur et la violence d’une répression de masse, marquée par des dizaines de blessés graves et des morts, mais aussi par des abus de pouvoir multiples en ce qui concerne la justice. Elle installe alors dans notre société une large fracture entre les dirigeants et les dirigés, entre la classe des possédants et celle des serviteurs.  Cette situation provoquée et organisée par le pouvoir révèle l’étendue du mépris et de la haine du Macronisme envers les classes populaires.

Le récent projet des réformes de retraites vient accentuer les premières fissures au sein même du camp de l’exécutif. Il a mis en lumière l’ordre du jour du projet d’Emmanuel Macron et de son gouvernement, celui de la destruction de l’ensemble des institutions sociales de la France, telles qu’elles avaient pu être construites après 1945.

Se sachant fragilisé, le parti du Président s’emploi à toutes les manœuvres possibles pour tenter un enracinement territorial. Les méthodes exerçaient pour y parvenir ont d’ailleurs provoquées deux récentes démissions, celles de  Marion Lenne (Député de Haute Savoie) et de Pascale Fontenel-Personne (Député de la Sarthe) dont la dernière a justifié son départ en se disant : « Attristée par les pratiques peu éthiques des partis politiques locaux concernant le recrutement des colistiers ».

Les enjeux des élections municipales 2020 sont donc importants. Politiquement, elles peuvent décider de l’enracinement où non du parti du Président. LaREM ne cherche pas forcément à investir officiellement des candidats, mais à obtenir des élus dans les conseils municipaux  de façon à préparer la réélection du Président Macron en le positionnant en bonne posture pour les élections municipales. Symboliquement, le pouvoir n’hésitera pas à utiliser un possible succès, même fort limité, dans ces élections pour prétendre qu’il a été re-légitimé par les citoyens. Symboliquement, encore, il espère user d’un tel hypothétique succès pour refermer ce qu’il appelle la « parenthèse » du mouvement social.

Libérés de la crainte du mouvement, Emmanuel Macron et le gouvernement pourraient chercher à repartir de l’avant vers de nouvelles démolitions du cadre social et démocratique du Pays. Au contraire, un échec les ramènerait à la réalité et accélèrerait les ferments de décomposition que l’on sent aujourd’hui au sein de ce que l’on appelle le « bloc bourgeois ».

C’est pourquoi l’abstention Agathoise doit prendre position. Toutes les voix doivent se porter contre la liste qui abrite des colistiers de LaREM, mais aussi contre ses alliés de fait qui n’agitent leurs « divergences » que pour masquer leurs profondes convergences envers ce pouvoir, tels que PS, PRG et Modem.

En fonction de la sensibilité politique de chacun, le choix pourra être différent. Mais il doit se porter sur des listes dont l’opposition au pouvoir et à ses alliés ne fait aucun doute. Il importe donc que chacun aille voter pour ramener le score de la liste d’union de LaREM, PS, PRG et Modem au niveau le plus faible possible.

Il faut commencer à penser l’après élections municipales. Après la nomination des urnes de 2020, les élus qui souhaitent un avenir pour le territoire devront s’unir. La fragmentation nous affaiblit et nous divise. La volonté de certains de prétendre que le souverainisme est une attitude d’isolement ne sert qu’à justifier leur politique mondialiste dans laquelle la France n’a plus sa place. Car pour eux, il n’existe pas de culture Française et encore moins de culture territoriale.

Le souverainisme n’est la propriété de personne; le souverainisme est aujourd’hui, parce que la France, et donc le peuple, a connu une perte grandissante de sa souveraineté, et est devenue le jouet de puissances étrangères. C’est pourquoi, un front des partis et des mouvements qui reconnaissent cet impératif, devra se constituer pour aboutir à des accords explicites ou qu’il se contente d’un pacte de non-agression avec les ennemis de leurs ennemis. Le combat pour redonner au peuple sa souveraineté ne peut se mener sans les combats pour les droits économiques, sociaux, démocratiques et écologiques du peuple. 

C’est pourquoi, j’en appelle aux Agathois à la vigilance et à ne pas succomber aux beaux mirages qui sont téléguidés par l'oligarchie.

Qu'en pensez-vous ?

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Jeux concours
Météo de l'Hérault
Hérault Tribune Pro Hérault Tribune Reportages

Depuis 1973, d’abord sous format magazine, puis via son site, Hérault Tribune informe le public des événements qui se produisent dans le grand Agathois, le Biterrois et le bassin de Thau.

logo hje

Depuis 1895, l’Hérault Juridique & Economique traite l’économie, le droit et la culture dans son hebdomadaire papier, puis via son site Internet. Il contribue au développement sécurisé de l’économie locale en publiant les annonces légales.