Bassin de Thau : l'UFC Que Choisir alerte sur l'accès déplorable aux soins

L'UFC Que Choisir veut mettre la pression pour avoir des actions efficaces face "à une mauvaise répartition géographique des médecins ou l’aggravation des dépassements d’honoraires" qui concourent aux déserts médicaux.

(Crédit Paul Diaconu / Pixabay)

L’organisme explique : « l’éloignement géographique des médecins et les dépassements d’honoraires affaiblissent l’égalité d’accès aux soins. Notre analyse, qui combine les deux critères, compare pour chaque commune du département l’accès à quatre catégories de médecins en accès direct (généralistes, ophtalmologues, gynécologues et pédiatres) avec la moyenne nationale« . L’UFC- Que Choisir met gratuitement à disposition sur son site www.quechoisir.org la carte interactive de la fracture sanitaire, « pour que chacun puisse vérifier l’accès aux soins à partir de sa commune« .

Les résultats des analyses de l’UFC Que Choisir

Une situation qui serait alarmante pour les spécialistes, surtout pour les spécialités « Pédiatrie, Gynécologie et Ophtalmologie ». Sur le département de l’Hérault, « 8,2 % des enfants du département vivent dans un désert médical pour l’accès à un pédiatre. 16,5 % des femmes résidant dans l’Hérault vivent dans un désert médical pour l’accès à un gynécologue et pour accéder à un ophtalmologue, les déserts médicaux pour cette spécialité concernant 4,1 % d’entre eux« . 4,6 % des habitants du département n’auraient pas accès à un généraliste à moins de 30 minutes de route.

Les dépassements d’honoraires sont un frein majeur à l’accès aux spécialistes. Cette pratique serait « trop largement répandue parmi les spécialistes », explique l’organisme. Ce critère du tarif de la consultation est important pour les usagers « dont les complémentaires santé ne prennent pas ou peu en charge les dépassements d’honoraires« . L’UFC Que Choisir précise que « dès lors, en ne prenant en compte que les médecins pratiquant le tarif de base de la sécurité social, ce sont en réalité respectivement 13,8 % des enfants, 59,2 % des femmes et 33,7 % des personnes vivant dans notre département qui subissent un désert médical« .

Que demande l’UFC Que Choisir aux parlementaires ?

L’UFC-Que Choisir de Sète et bassin de Thau demande aux parlementaires du département d’intervenir pour mettre en place un certain nombre de choses pour arrêter ou limiter les problèmes d’accès aux soins et les déserts médicaux. Voici les demandes :

  • « L’instauration d’un conventionnement territorial des médecins ne permettant plus aux médecins de s’installer en zones surdotées, à l’exception du secteur 1 (tarif de la sécurité sociale) quand la situation l’exige (remplacement d’un médecin partant à la retraite ou zone très largement sous-dotée en médecins en secteur 1).
  • La fermeture de l’accès au secteur 2 (à honoraires libres) à l’origine du développement incontrôlé des dépassements d’honoraires. Les nouveaux médecins ne devraient avoir le choix qu’entre un secteur 1 aux honoraires sans dépassements et l’Option de pratique tarifaire maîtrisée (OPTAM), qui encadre les dépassements d’honoraires.
  • La suppression des aides publiques aux médecins ne respectant pas le tarif de la sécurité sociale, hors OPTAM.
  • L’organisation d’un système de désignation effective d’un médecin traitant à chaque usager qui en fait la demande ».
Qu'en pensez-vous ?

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Météo de l'Hérault
Hérault Tribune Pro Hérault Tribune Reportages

Depuis 1973, d’abord sous format magazine, puis via son site, Hérault Tribune informe le public des événements qui se produisent dans le grand Agathois, le Biterrois et le bassin de Thau.

logo hje

Depuis 1895, l’Hérault Juridique & Economique traite l’économie, le droit et la culture dans son hebdomadaire papier, puis via son site Internet. Il contribue au développement sécurisé de l’économie locale en publiant les annonces légales.