HÉRAULT - Face aux accusations, la gérante du zoo ferme pédagogique répond

Autant dire que la lecture de notre article de samedi consacré à la fermeture…

Autant dire que la lecture de notre article de samedi consacré à la fermeture du zoo ferme pédagogique ” le nouveau monde” de Saint Thibéry n'aura franchement pas plu à son ancienne gérante.

Désirant garder l'anonymat et ne souhaitant pas révéler l'endroit où elle se trouve, elle a tout de même souhaité réagir aux révélations contenues dans notre article.

“En premier lieu, je souhaite indiquer qu'il n'y a jamais eu de problème d'impayés de loyers, ni de procédure d'expulsion. En effet, lors de notre arrivée en 2016, il avait été convenu avec le propriétaire un prêt à usage”, indique la gérante du nouveau monde.

Qu’est-ce qu’un contrat de prêt à usage ?

L’article 1875 du Code Civil donne à ce type de convention la définition suivante : «le prêt à usage ou commodat est un contrat par lequel l’une des parties livre une chose à l’autre pour s’en servir, à la charge par le preneur de la rendre après s’en être servi». Ainsi, il permet au propriétaire d’un immeuble, d’un terrain, d’une parcelle de terre ou de tout autre bien immobilier de prêter celui-ci gracieusement pour son usage. 

L'entente tourne au vinaigre

D'après la gérante, le recours à ce prêt à usage a permis à l'activité de redémarrer avec les meilleures chances de succès. “Au lieu de payer un loyer, nous avons pu embaucher du personnel pour s'occuper des animaux et accueillir les visiteurs”, précise celle qui se présente comme entièrement dévouée à la cause animale.

Pour elle, l'idée n'était pas de faire du business, mais bel est bien de créer un endroit dédié à la cause animale. “Au plus fort de l'activité, nous avons eu près de 1 000 animaux et cela a commencé à faire des jaloux. En premier lieu, le propriétaire du terrain qui a commencé à vouloir faire du zoo une activité commerciale. Il a voulu revenir sur notre accord de prêt à usage et nous a demandé le versement d'un loyer, mais en espèces. Nous avons alors exigé un bail de sa part qui n'est jamais venu… Au fil des mois, les relations se sont tendues et nous avons vu débarquer l'association 30 millions d'amis pour inspecter nos animaux et imposer leur façon de voir les choses. Nous ne nous sommes pas laissés faire et nous avons engagé un recours en justice pour nous défendre de ces “prédateurs”.

Une procédure en Justice

Selon les indications de cette personne, l'action en justice de l'association “le nouveau monde” menée en référé aurait été déboutée mais un recours au conseil d'État a été enclenché. “Si nous gagnons, nous serons dans notre bon droit et nous pourrons revenir à Saint-Thibéry et reprendre l'activité. En attendant, nous avons été contraints de déménager et de mettre à l'abri nos animaux hors du département et avec l'autorisation de la sous-préfecture de Béziers”, précise l'ancienne gérante.

Sur place, il est avéré qu'il n'y a plus aucun animal dans le parc, hormis la présence de dizaines de chats sauvages.

L'affaire pourrait donc rebondir dans les prochains mois. À suivre…

 

Sur le même sujet :

SAINT THIBERY – Stupeur au zoo, les gendarmes constatent l’abandon des animaux

Qu'en pensez-vous ?

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Jeux concours
Météo de l'Hérault
Hérault Tribune Pro Hérault Tribune Reportages

Depuis 1973, d’abord sous format magazine, puis via son site, Hérault Tribune informe le public des événements qui se produisent dans le grand Agathois, le Biterrois et le bassin de Thau.

logo hje

Depuis 1895, l’Hérault Juridique & Economique traite l’économie, le droit et la culture dans son hebdomadaire papier, puis via son site Internet. Il contribue au développement sécurisé de l’économie locale en publiant les annonces légales.