Le syndicat des fabricants de masques veut faire acheter français

Le président du syndicat des fabricants français de masques, Christian Curel, lance un appel au gouvernement pour que toutes les instances publiques achètent des masques français.

Les enjeux sont, selon le président du syndicat “économiques, écologiques et de sécurité”. Le syndicat a édité un ‘manifeste’, envoyé au gouvernement et aux élus. En mars 2020, le Président de la République, Emmanuel Macron, avait clairement évoqué sa volonté « que d’ici à la fin de l’année, nous ayons obtenu cette indépendance pleine et entière ». Selon le syndicat, la capacité de fabrication des industries françaises couvre les besoins nationaux, et cela a été réalisé en moins d’une année ; et pourtant “les importations demeurent massives et les appels d’offres favorisent majoritairement les produits d’importation (critères d’attribution quasi-uniquement basés sur le prix). Les usines françaises tournent donc au ralenti !” s’étonne Christian Curel, le président du syndicat.

Pourquoi acheter français ?

Le syndicat met en avant les éléments suivant pour prioriser l’achat de masques français :
• économique : l’achat d’un masque 100 % français restitue 70 % de la valeur en France, contre 15 % pour un masque importé ;
• écologique : réduction de l’empreinte carbone ;
• sécuritaire : conditions de travail, hygiène, normes de sécurité, traçabilité…

Le syndicat lance donc un appel : “Nous demandons que toutes les administrations, institutions et entreprises publiques achètent des masques français dès à présent.”

Qu'en pensez-vous ?

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Jeux concours
Météo de l'Hérault
Hérault Tribune Pro Hérault Tribune Reportages

Depuis 1973, d’abord sous format magazine, puis via son site, Hérault Tribune informe le public des événements qui se produisent dans le grand Agathois, le Biterrois et le bassin de Thau.

logo hje

Depuis 1895, l’Hérault Juridique & Economique traite l’économie, le droit et la culture dans son hebdomadaire papier, puis via son site Internet. Il contribue au développement sécurisé de l’économie locale en publiant les annonces légales.