MARSEILLAN - Un bon sens près de nous

L’assemblée générale du Crédit Agricole des pays Agde qui s’est tenu le lundi 6…

L’assemblée générale du Crédit Agricole des pays Agde qui s’est tenu le lundi 6 février à Marseillan a été un moment à la fois d’échanges avec les sociétaires mais également une volonté de pédagogie de la part des instances sur les finalités du réalisme bancaire au niveau local national et international
Il est bon en cette période économique mouvementée de voir un établissement bancaire, faire certes le bilan de son entreprise au cours de l’année écoulée mais surtout d’insister sur la confiance indispensable à avoir auprès de ses clients.
Lors de cette réunion, la démonstration faite par les professionnels de la banque montre à la fois que le Crédit Agricole reste une véritable banque de proximité très attachée sur le plan de l’économie réelle.
Il est vrai que l’esprit mutualiste habite depuis très longtemps cet établissement, une particularité qui ne manque pas de se démarquer dans le contexte actuel de la finance face à une concurrence de plus en plus agressive, On comprend mieux alors le rôle des Administrateurs des Caisses Locales et régionales ne cessant d’expliquer les orientations et stratégies du groupe qu’ils soient considérés comme de vrais ambassadeurs auprès de leurs sociétaires.
.
Au cours de la soirée, les thèmes exposés ont été nombreux : modification du mode de distribution des Parts Sociales pour diminuer la baisse du nombre de Sociétaires, modification des statuts des Caisses Locales donnant des pouvoirs élargis aux Conseils d’Administration .Mise en place d’une communication sur Internet mettant en valeur l’engagement des élus sur leurs territoires, Aide de sponsoring lié à la voile pour deux sportives marseillanaises de haut niveau, renouvellement du bureau, remerciements en tout genre et particulièrement à M. Etienne jean marie président atteint par la limite d’âge après 40 ans de bénévolat destinés aux valeurs mutualistes. ..

On a pu mesurer aussi l’effort de compréhension de l’assistance sur le sujet de la crise économique. Les différentes questions abordées en ce sens accordaient un « crédit » important à la perte de confiance des établissements bancaires en général.

Comment alors ne pas s’interroger de nos jours sur la façon d’aborder politiquement la nouvelle finance du 21e siècle ?

Cette finance qui régule l’économie et influence énormément les économies nationales est due en partie aux nombreux déséquilibres de l’économie mondiale d’antan.
Autrefois, les Etats ont cherché une réponse dans la libéralisation financière pour combler les déficits publics et lutter contre l’inflation. Le développement de marchés financiers fut assez rémunérateur pour attirer en masse des épargnants et des investisseurs. Alléchant comme situation. !!

On a vu également l’envolé des marchés de titre public favorisé par l’accumulation de la dette des pays riches Echangé dans le monde entier ces titres ont perdu leur rôle initial de financement des Etats. Des produits dérivés on vu le jour destinés à protéger les agents économiques contre les risques liés aux variations des taux d’intérêt et des taux de change.
L’option libérale prise par les gouvernements est engagée.

Ceci dit cette autonomie de la finance moderne est en partie demandée notamment par un vieillissement de la population qui fait appel à l’épargne institutionnelle. (plan de retraite) A se demander si aujourd’hui l’activité bancaire n’a plus comme objectif de financer l’économie mais plutôt de capter une part toujours plus grande du PIB mondial et pour cela les banques doivent se financer par les marchés plutôt que les crédits bancaires.

Bref le passage d’un système financier étroitement règlement par l’Etat à un système libéralisé a changé les relations entre la finance et l’économie.

De nouveaux déséquilibres économiques apparaissent comme des déficits publics jugés excessifs, crainte d’une dévaluation de la monnaie, peur de l’inflation, spéculation, revenus des salariés d’avantage inégalitaires, chomage… la finance mondiale devient désormais complexe et fragile.

Tous ces phénomènes ouvrent un véritable défi aux pouvoirs publics, remettre la finance au service de l’économie

Il est donc normal pour beaucoup de gens d’espérer que de futurs gouvernements puissent instaurer de nouvelles règles et que des banques centrales et la puissance publique surveillent les imprudences des acteurs économiques.

Etienne Patrick – Secretaire Marseillan Bienthau

Qu'en pensez-vous ?

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Jeux concours
Météo de l'Hérault
Hérault Tribune Pro Hérault Tribune Reportages

Depuis 1973, d’abord sous format magazine, puis via son site, Hérault Tribune informe le public des événements qui se produisent dans le grand Agathois, le Biterrois et le bassin de Thau.

logo hje

Depuis 1895, l’Hérault Juridique & Economique traite l’économie, le droit et la culture dans son hebdomadaire papier, puis via son site Internet. Il contribue au développement sécurisé de l’économie locale en publiant les annonces légales.