Montpellier : le musée Fabre célèbre 15 ans d'acquisitions avec "La beauté en partage"

Reportage

C’est avec la volonté de mettre en lumière les plus belles acquisitions du musée Fabre que Michel Hilaire, son directeur, a inauguré l’exposition “La beauté en partage” le 14 décembre dernier.

Visible du 15 décembre au 6 mars, cette rétrospective revient sur les grandes collections du musée Fabre, ses acquisitions les plus remarquables et la vie, souvent exceptionnelle, de plusieurs œuvres.

Un focus au-delà des époques et des styles

Pour cette exposition événement, le musée Fabre a déployé une centaine d’œuvres au sein de dix espaces temporaires aux couleurs flamboyantes. Dix univers remarquables qui se focalisent sur les trésors qui ont pu être accumulés au fil des ans. 

Peinture, dessin, sculpture, arts décoratifs : la richesse du musée se dévoile dans chacune de ces stations, aménagées de manière à laisser le visiteur vagabonder au milieu des œuvres. 

Sélectionnées parmi les acquisitions les plus impressionnantes du musée, ces réalisations couvrent une large période de l’histoire de l’art, allant du XVIIe siècle à l’art contemporain, et sont nées de la main d’artistes internationaux mais aussi de figures majeures de la scène montpelliéraine. Un parcours non exhaustif mis en lumière par une succession de fonds vert, jaune, rouge…

Fabre 1
“Le peintre René Andreau” de George-Daniel de Monfreid, 1895.
fabre 2
“Ruth et Booz” de Frédéric Bazille, 1870.
la beauté en partage
Place aux arts décoratifs
Poussin
“Vénus et Adonis” de Nicolas Poussin, vers 1626.
collection Fabre
Collection de François-Xavier Fabre
triptyque
“L’Impossible rencontre” de l’artiste Yan Pei-Ming.

Ce voyage coloré porte aussi une ambition pédagogique, dévoilant œuvre après œuvre les moyens utilisés pour acquérir ces trésors et les exigences du métier de conservateur. 

Découvrir les coulisses des acquisitions

Si la nouvelle exposition du musée Fabre est baptisée “La beauté en partage, 15 ans d’acquisitions au musée Fabre”, c’est parce que les œuvres sélectionnées sont là pour représenter l’ambitieuse politique d’enrichissement menée ici depuis plus de quinze ans. 

Une recherche continue du beau et du grandiose conduite grâce au concours de Montpellier Méditerranée Métropole, l’État, la Région Occitanie et de nombreux mécènes, tels que l’association des Amis du musée Fabre ou la Fondation d’entreprise. Au fil du parcours, leur travail, tout comme la générosité de multiples donateurs particuliers, artistes ou collectionneurs, sont symbolisés par des panneaux.

Se divertir avec “Collector”

À l’occasion du lancement de l’exposition, l’équipe du musée a développé un jeu original qui permet de se glisser dans la peau d’un conservateur de musée. Grâce à son mécanisme, qui consiste à créer les collections les plus cohérentes et prestigieuses possibles, les joueurs découvrent les rouages des acquisitions d’œuvres, des anecdotes sur les trésors du musée Fabre et les mauvaises surprises qui peuvent parfois accompagner la réception d’une œuvre.

Pour le moment, l’équipe ne prévoit pas de vendre le jeu dans le commerce. Celui-ci est disponible gratuitement à la billetterie du musée, en échange d’une pièce d’identité. Pour faciliter la prise en main, un médiateur du musée assure une permanence tous les mercredis à 15h30 pour expliquer les règles.

Sinon, la version en ligne est d’ores et déjà disponible sur www.musee-fabre-collector.com.

Informations pratiques

Musée Fabre, 39 boulevard Bonne Nouvelle, à Montpellier. L’exposition est accessible du 15 décembre au 6 mars, du mardi au dimanche, de 10h à 18h. Plus d’informations : museefabre.montpellier3m.fr.

Qu'en pensez-vous ?

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Météo de l'Hérault
Hérault Tribune Pro Hérault Tribune Reportages

Depuis 1973, d’abord sous format magazine, puis via son site, Hérault Tribune informe le public des événements qui se produisent dans le grand Agathois, le Biterrois et le bassin de Thau.

 

logo hje

 

Depuis 1895, l’Hérault Juridique & Economique traite l’économie, le droit et la culture dans son hebdomadaire papier, puis via son site Internet. Il contribue au développement sécurisé de l’économie locale en publiant les annonces légales.