Montpellier : Mathieu Frémy, un Héraultais aux Caraïbes

Suite de notre série sur les expatriés… Originaire de Montpellier, Mathieu Frémy, après 10 ans de sport-étude baseball, a basculé dans le commerce avec un BTS action commerciale et une licence européenne de commerce international. Il est maintenant installé en Guadeloupe. Echange.

C’est grâce à son service militaire civil en outre-mer que Matthieu Frémy découvre les Caraïbes : « j’étais chargé de mission pendant deux ans et demi pour une société d’État qui gère les liens entre Guadeloupe et Métropole (places pour les formations, rapprochement familial …). J’ai ensuite été recruté par un opérateur télécom, le marché s’est libéralisé à ce moment-là. Dix ans plus tard, j’ai intégré le 1er groupe informatique des Dom Tom, Infodom dont j’occupe le poste de directeur commercial Guadeloupe depuis trois ans ».

Est-on un expatrié si on vit en Guadeloupe ?

À la question “Est-on un expatrié quand on est en Guadeloupe ?” Mathieu Frémy argumente avec bon sens : « entre la métropole et les Dom Tom, il peut y avoir autant de différences qu’entre Dakar et Shanghai ! Ici aussi nous devons rencontrer la culture de notre lieu d’accueil, à la fois pour finir par se ‘sentir chez soi’, et aussi pour ne pas se sentir exclu. On doit participer, s’adapter, comprendre les règles locales, se remettre en question. Les Caraïbes ont un berceau culturel et historique multiple, plusieurs langues sont parlées. Sur 400 000 habitants en Guadeloupe, il y a autour de 20 000 métropolitains. La deuxième communauté antillaise est originaire de Montpellier : la raison est simple, les Guadeloupéens ont le choix entre Paris et Montpellier pour venir faire leurs études en métropole. La taille humaine de Montpellier est proche de celle de la Guadeloupe. »

Les Occitans aux Caraïbes

Mathieu Frémy est le correspondant de Racines Sud, la communauté des expatriés Occitans, aux Caraïbes. Si juste l’évocation du lieu fait rêver, sur place, pour garder des liens, c’est un peu plus compliqué : « le moindre déplacement d’une île à l’autre nécessite de prendre un avion. Trois ou 4 langues différentes sont utilisées sur l’ensemble des îles et plusieurs pays se ‘partagent le territoire’. Chaque île dispose de sa propre culture, son propre créole, son identité spécifique, sa nourriture spécifique. Et même si le tourisme est le premier secteur de développement économique, là encore chaque île a ses spécificités : à Saint-Martin, place forte de la défiscalisation, l’île est en partie française et en partie néerlandaise. Beaucoup de saisonniers occitans sont présents l’hiver et reviennent en France pour l’été. En République dominicaine, le pays est hispanophone. C’est compliqué de travailler là-bas avec un salaire moyen entre 300 et 400€, malgré une croissance de 20% par an : la gestion ressemble à une ‘autocratie’. Tout cela pour expliquer les diversités sur une même zone qui créent encore plus un besoin de se retrouver, même à distance, entre personnes de même origine. »

Qu'en pensez-vous ?

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Jeux concours
Météo de l'Hérault
Hérault Tribune Pro Hérault Tribune Reportages

Depuis 1973, d’abord sous format magazine, puis via son site, Hérault Tribune informe le public des événements qui se produisent dans le grand Agathois, le Biterrois et le bassin de Thau.

logo hje

Depuis 1895, l’Hérault Juridique & Economique traite l’économie, le droit et la culture dans son hebdomadaire papier, puis via son site Internet. Il contribue au développement sécurisé de l’économie locale en publiant les annonces légales.