Montpellier : une spectaculaire fresque en céramique de Danielle Jacqui au Musée d'Art brut

Reportage

Danielle Jacqui, artiste singulière aussi appelée "Celle qui peint", a réalisé durant de nombreuses années des pièces en céramique destinées à former un ORGANuGAMME - colossal d'art brut. Son projet n'ayant pu aboutir, elle vient d'offrir au Musée d'art brut de Montpellier un panneau mural entier. Une œuvre exceptionnelle…

Une créativité aux multiples facettes

L’univers foisonnant de Danielle Jacqui ne manque pas d’intriguer. Née en 1934 à Nice, elle aurait aimé être écrivain, mais a été brocanteuse durant plusieurs années, avant de devenir peintre sous le nom de “Celle-qui-peint”. Puis Danielle Jacqui s’est un jour passionnée pour la céramique, qu’elle a apprise en autodidacte en 2006. “Par le biais de l’art, je me suis libérée de mes conflits intérieurs, nés de mon enfance douloureuse”, indique-t-elle.

Danielle Jacqui manie aussi bien la sculpture, la peinture ou le collage que la broderie. Ses peintures en relief, ses sculptures peintes, ses céramiques, ses poupées aux grands yeux sont autant de façons pour cette artiste singulière de révéler les joies et tourments de l’âme humaine. Ses personnages, aux expressions volontairement exagérées, transportent le spectateur dans les méandres des émotions.

La Maison de Celle-qui-peint (l'artiste Danielle Jacqui).
La Maison de Celle-qui-peint (l’artiste Danielle Jacqui) © Daniel Croci, 2014.

Son domicile, la fameuse Maison de Celle-qui-peint, au pont de l’Etoile, à Roquevaire, est un antre qui reflète la diversité de ses créations : murs extérieurs totalement recouverts de céramique, intérieur recouvert de peintures originales des murs aux plafonds et rempli de tableaux, poupées…

Danielle Jacqui photographiée au milieu de ses poupées et peintures en 2015 © Virginie Moreau.
Danielle Jacqui photographiée au milieu de ses poupées et peintures en 2015 © Virginie Moreau.

Des années d’engagement au service d’un rêve

Figure internationale de la céramique, créatrice du Festival international d’art singulier d’Aubagne et mémoire de ce mouvement, Danielle Jacqui a créé en une dizaine d’années, durant sa résidence d’artiste au marché de gros d’Aubagne, des milliers de pièces en céramique de grès pour former son Colossal d’art brut – ORGANuGAMME (au point qu’elle les créait et les stockait dans des hangars entiers). Dans l’atelier qu’elle occupait alors, des milliers de colonnes, d’ornements d’escaliers, de marches et contre-marches, de jardinières, de personnages et même de cache-boulons multicolores dormaient en pièces détachées dans des cartons ou à même le sol, en attendant d’être un jour assemblés, pour former un ensemble cohérent. Un projet qui a nécessité d’intenses efforts pour une dame de son âge. En effet, “chaque pièce pèse en moyenne 80 kg”, rappelle Patrick Michel, qui dirige le Musée d’Art brut, singulier et autres de Montpellier.

Danielle Jacqui dans son atelier en 2015 © Virginie Moreau.
Danielle Jacqui dans son atelier en 2015 © Virginie Moreau.

Le projet du Colossal d’art brut – ORGANuGAMME est né lors d’une hallucination qu’elle a eue suite à une intervention chirurgicale. Elle s’est vue traversant une rivière (le Styx ?), couchée, entourée d’un côté par une paroi rocheuse et de l’autre par des sculptures d’art brut qui s’avançaient vers elle. De là allait naître un projet digne du Palais du Facteur Cheval.

Destin contrarié d’une œuvre globale

A l’origine destiné à habiller la façade de la gare d’Aubagne puis celle de la gare de tramway de l’îlot des Marronniers, le Colossal d’art brut – ORGANuGAMME a failli devenir un bâtiment à part entière, sur la Colline aux Oiseaux. Un changement de municipalité a eu raison de son projet. En réaction, la grande dame de la couleur a fait don à deux musées de deux ensembles de son ORGANuGAMME.

Voir la vidéo sur Danielle Jacqui réalisée par la Ferme des Tilleuls : https://www.facebook.com/watch/?v=1621289654691719

La majeure partie (4 000 pièces) a été confiée aux bons soins de La Ferme des Tilleuls , à Renens, en Suisse, et un mur entier a été offert au Musée d’art brut, singulier et autres de Montpellier, qui fait la part belle aux œuvres de Danielle Jacqui depuis son ouverture. Le futur nouveau Musée International des Arts Modestes (MIAM), à Sète, accueillera lui aussi l’une de ses installations.

La fresque murale de Danielle Jacqui au Musée d'art brut, singulier et autres, à Montpellier © Virginie Moreau 2021.
La fresque murale de Danielle Jacqui au Musée d’art brut, singulier et autres, à Montpellier © Virginie Moreau 2021.

Une fresque murale à admirer au Musée d’art brut de Montpellier

Au Musée d’art brut, singulier et autres, à Montpellier, l’éblouissante fresque murale de Danielle Jacqui s’étend sur cinq mètres par trois. Les visages s’y succèdent, tantôt joyeux, tantôt grimaçants. Certains visiteurs s’amusent à décrypter les expressions des visages en céramique colorée rehaussée de filets dorés, d’autres préfèrent tel ou tel visage. La fresque murale ne manque pas de faire réagir les visiteurs.

Détail de la fresque murale de Danielle Jacqui au Musée d'art brut, singulier et autres, à Montpellier © Virginie Moreau 2021.
Détail de la fresque murale de Danielle Jacqui au Musée d’art brut, singulier et autres, à Montpellier © Virginie Moreau 2021.

D’autant que son montage relève d’une véritable prouesse technique. Il a d’abord fallu renforcer le mur, avant d’y apposer les œuvres selon le plan établi par Danielle Jacqui.

Détail de la fresque murale de Danielle Jacqui au Musée d'art brut, singulier et autres, à Montpellier © Virginie Moreau 2021.
Détail de la fresque murale de Danielle Jacqui au Musée d’art brut, singulier et autres, à Montpellier © Virginie Moreau 2021.

Selon l’artiste, “le sens de lecture d’une fresque ne pourra être que vertical. C’est-à-dire en partant horizontalement depuis le haut de la composition supérieure en descendant vers le bas”. On se régale à passer de longues minutes à découvrir chacun de ses personnages, facétieux ou plus tourmenté.

Détail de la fresque murale de Danielle Jacqui au Musée d'art brut, singulier et autres, à Montpellier © Virginie Moreau 2021.
Détail de la fresque murale de Danielle Jacqui au Musée d’art brut, singulier et autres, à Montpellier © Virginie Moreau 2021.

Le travail de Danielle Jacqui est représenté au niveau international dans des lieux et collections liés à l’art singulier : La Ferme des Tilleuls , à Renens, en Suisse ; la Fabuloserie (Dicy) ; le Musée de la Création Franche (Bègles) ; le musée international d’art naïf Anatole Jakovsky (Nice) ; de même que la Collection de l’art brut (Lausanne).

Qu'en pensez-vous ?

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Jeux concours
Météo de l'Hérault
Hérault Tribune Pro Hérault Tribune Reportages

Depuis 1973, d’abord sous format magazine, puis via son site, Hérault Tribune informe le public des événements qui se produisent dans le grand Agathois, le Biterrois et le bassin de Thau.

logo hje

Depuis 1895, l’Hérault Juridique & Economique traite l’économie, le droit et la culture dans son hebdomadaire papier, puis via son site Internet. Il contribue au développement sécurisé de l’économie locale en publiant les annonces légales.