Patrick GONTARD au sujet des subventions publiques de Ryanair

Donnat suite à l'article de la CCI paru sur notre site, Monsieur Patrick GONTARD, Pilote…

Donnat suite à l’article de la CCI paru sur notre site, Monsieur Patrick GONTARD, Pilote de Ligne , délégué Syndical du SPAC et ancien Président de l’Union Syndicale du Personnel Navigant Technique nous a demandé de publier la réponse suivante :


 

Suite à ma critique des proposions de Monsieur COUDERC pour les aéroports régionaux pendant la campagne des élections régionales, les responsables du Syndicat mixte de l’aéroport Béziers Cap d’Agde ont tenu à réagir.

Naturellement je comprends leurs émotion, mais malgré tous leurs efforts pour tenter de justifier la dépense de 10 Millions d’€uros de fonds publics, la vérité est moins idyllique qu’il ne le prétendent…

Le syndicat mixte se dit satisfait de l’arrivée de la compagnie Ryanair sur l’aéroport de Béziers, comme toujours en pareil cas, l’autorité de gestion aéroportuaire, tente de justifier sa politique de développement et de dépense publique par les retombées économiques et la création d’emplois.

Le syndicat mixte, en prétendant que cette arrivée a généré 11 M€ de revenus injectés dans l’économie locale en 2008 puis 22M€ en 2009 et même sur 30 M€ en 2010, ne fait rien d’autre et tente de justifier la dépense publique.

Hélas tout cela n’est qu’affirmation gratuite ! Aucune enquête sérieuse n’a jamais pu chiffrer réellement les retombées économiques d’une ligne aérienne, quelle quel soit ! Et pour cause c’est totalement impossible !

Le Syndicat mixte fait comme ont toujours fait par ailleurs les CCI, à l’ouverture d’une ligne elle font un petit sondage sur les premiers passagers qui descendent de l’avion et ensuite ils pratiquent la multiplication !

Une enquête a été réalisée par l’aéroport au cours du moins d’août 2008 sur un échantillon de 400 passagers elle a (selon le syndicat mixte…) permis de réaliser une première évaluation des retombées économiques générées par l’arrivée de la clientèle des lignes lows costs.

Ainsi, selon le Syndicat mixte, sur les 9 premiers mois d’exploitation des lignes Ryanair de Bristol et de Londres, soit entre avril et décembre 2009, 11 M€ ont été dépensés auprès des professionnels de l’arrondissement de Béziers Saint-Pons, pour environ 50 000 passagers anglais transportés.

Un rapide calcul permet de voir que “l’estimation” est de :

11 M€ / 50 000 passagers = 220 € dépensés par passager.

Pour 2012, avec un trafic prévisionnel de l’ordre de 230 000 passagers, les retombées directes attendues sont de l’ordre de 100 M€ par an.

100 M€ / 230 000 = 434,78 € par passager

 

Précisons que ces chiffres proviennent des estimations faites par le Syndicat Mixte de gestion de l’Aéroport.

 

On voit bien que la supposée dépense passe de 220 € à 434 € par passager sans que l’on sache très bien pourquoi…

Selon Ryanair, 1 emploi est créé pour 1000 passagers transporté ! Là aussi Ryanair tente de justifier les aides, subventions et autres avantages quelle exige des aéroports quelle desserts.

Le succès de cette compagnie aérienne irlandaise repose sur le dumping social, fiscal et les fonds publics. Elle applique cette politique , dans l’esprit, la directive Bolkestein. elle ne paie aucune taxe parafiscale (taxe professionnelle, taxes d’apprentissage et de formation professionnelle) et aucune cotisation sociale. Et ce malgré un chiffre d’affaires en France qui approche les 300 millions d’euros.

Et les profits, gonflés par les subventions publiques, sont empochés par les actionnaires de Ryanair. Le désengagement de l’Etat dans le transport aérien avec la privatisation d’Air France et de ses filiales a laissé la place libre à ce genre de pratiques de concurrence sauvage.

Air France a engagé une action judiciaire contre Ryanair qu’elle accuse  de percevoir des aides illégales des CCI et des collectivités territoriales.

En 2008, selon Air France, Ryanair a perçu en France, 35 millions d’euros de subventions soit 11 euros par passager embarqué.

Voici toutes les subventions et aides perçues par Ryanair. (Source : Air France et Cours régionales des comptes / Le Figaro via aerobuzz.fr)

http://nsm03.casimages.com/img/2010/04/02/100402104754885035750953.png

De nombreux élus commencent à prendre conscience du problème, le président du conseil général de Charente, Michel Boutant, a publiquement dénoncé le 18 décembre les pratiques de flibustier de Ryanair :

Le sénateur de la Charente a invité les départements accueillant des liaisons de Ryanair à une “réponse collective”, car “chaque département pris individuellement est otage de Ryanair“. “Le bénéfice de Ryanair après impôt était de 387 millions d’euros pour les six premiers mois de 2009″, insiste-t-il aujourd’hui. “Les collectivités n’ont pas à se soumettre aux chantages de Ryanair, et nous n’avons pas vocation à faire faire des bénéfices à une société de transport qui en met d’autres en péril.”

Les communistes se mobilisent à Tours : Et si on arrêtait de subventionner Ryanair…

Mon syndicat a déposé une plainte pour non paiement des cotisations sociales, suivi en cela par d’autres organisations syndicales…

En conclusion, il ne s’agit pas pour moi de nier les retombées économique des lignes exploitées par Ryanair, ce serait stupide, mais de les ramener à de plus justes proportions…

De plus je trouve aberrant de permettre à une compagnie aérienne étrangère de venir faire du dumping social en France et de concurrencer de façon déloyale les entreprises Française avec de l’argent public qui provient de nos impôts.

Faut-il rappeler qu’il s’agit de nos emplois ?

Une compagnie aérienne n’emploie pas que des pilotes ou des hôtesses de l’air, elle emploi aussi des secrétaires, des ingénieurs, des techniciens des mécaniciens etc etc…

Il existent en France de nombreuses compagnies aérienne qui emploient du personnel français, payent des cotisations sociales, et qui seraient susceptible de desservir notre aéroport, encore faut t-il avoir un véritable plan de développement.

Comme toujours dans notre pays, des décisions sont prises sans aucune concertation des professionnels, en prétendant qu’un Pilote de Ligne n’est qualifié que pour piloter des avions et en aucun cas pour gérer un aéroport le Syndicat Mixte de l’Aéroport de Béziers ne fait que rejeter un avis différent du sien, ce n’est pas de cette façon que l’on construit une véritable politique aéroportuaire.

Le syndicat que je représente, est présent dans toutes les commissions de la DGAC, nous sommes avec mes collègues des autres syndicats, gestionnaire de la caisse de retraite des personnels de l’aéronautique et nous sommes régulièrement consulté par le Ministère des Transport pour tout ce qui touche le transport aérien Français.

Nous siégeons aussi au Conseil Supérieur de l’Aviation Marchande dont je suis personnellement membre suppléant.

Une autre politique est possible pour notre aéroport, mais pour ça il faut savoir sortir des lieux communs et des solutions toutes faites habituelles, qui ne mènerons à rien sur le long terme.

Croyez vous que Ryanair continuera à desservir Béziers si on lui supprime toutes les aides et les subventions publiques de toutes natures ?

Le Syndicat mixte de gestion de l’aéroport, peut-il nous faire un compte rendu (exaustif) des sommes qu’il attribue à Ryanair chaque année sous forme de subventions directes, de publicité, de remise sur les taxes d’atterrissages et sur les frais d’assistance au sol ?

Bien entendu je reste à la disposition du Syndicat Mixte ou de toute autre organisation de gestion aéroportuaire si d’aventure il souhaitait avoir un avis différent…

 

Patrick GONTARD

Pilote de Ligne

Délégué Syndical du SPAC

Ancien Président de l’Union Syndicale du Personnel Navigant Technique

 

 

Qu'en pensez-vous ?

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Jeux concours
Météo de l'Hérault
Hérault Tribune Pro Hérault Tribune Reportages

Depuis 1973, d’abord sous format magazine, puis via son site, Hérault Tribune informe le public des événements qui se produisent dans le grand Agathois, le Biterrois et le bassin de Thau.

logo hje

Depuis 1895, l’Hérault Juridique & Economique traite l’économie, le droit et la culture dans son hebdomadaire papier, puis via son site Internet. Il contribue au développement sécurisé de l’économie locale en publiant les annonces légales.