Hérault tribune : L'actu au quotiden dans tout l'Hérault
Culture & Loisirs

Un pas de plus pour le Saint-Christ, Œuvre de Michel ANGE

Un pas de plus pour le Saint-Christ, Œuvre de Michel ANGE . Un petit pas mais d’importance : Nous avons reçu l’abbé Yannick Casajus, notre nouvel archiprêtre, dans nos locaux du Site Michel Ange. Nous étions avertis de ses connaissances approfondies sur les œuvres d’arts et sur ses responsabilités au sein du diocèse de Montpellier, […]

Un pas de plus pour le Saint-Christ, Œuvre de Michel ANGE .

Un petit pas mais d’importance :
Nous avons reçu l’abbé Yannick Casajus, notre nouvel archiprêtre, dans nos locaux du Site Michel Ange. Nous étions avertis de ses connaissances approfondies sur les œuvres d’arts et sur ses responsabilités au sein du diocèse de Montpellier, mais nous ne nous pensions pas trouver en lui, un homme aussi érudit, en particulier sur la période de la Renaissance italienne qui nous concerne particulièrement. De son côté il ne s’attendait pas, ainsi qu’il nous l’a souligné, à l’importance de notre travail et à la qualité de nos recherches. Les mots qu’il a su trouver pour nous confier son appréciation, nous confortent dans notre action.
Nous lui avons rappelé l’avis du plus grand expert de Michel Ange, qui évoquant notre St-Christ, nous écrivait : « C’est le troisième crucifix en bois (surtout le plus grand et le plus impressionnant) qui ait émergé ces dernières années dans le but d’être le Christ de San Spirito ….   Sûrement celui-ci (notre St-Christ) est le plus important travail et j’espère avoir un jour l’opportunité de le voir en personne …  C’est en conclusion un travail impressionnant en particulier étant donné qu’il est surtout plus grand que celui de San Spirito .. »
Le Christ de San Spirito dont il est question, est un Christ trouvé en 1964, il a été attribué à Michel Ange, bien qu’il ne soit pas reconnu  par l’ensemble des spécialistes.  Cette attribution a été faite à cause de sa beauté, de sa position et de l’emplacement des coins qui le retiennent fixé à la croix, toutes raisons que nous retrouvons dans notre St-Christ qui par son anatomie est bien plus michelangélesque que lui. Une piste à suivre, nous appuyant sur des avis autorisés nous avons définitivement abandonnée celle menant à Béruguette, sculpteur espagnol, prétendument élève de Michel Ange.

La signature de Michel ANGE :
Au cours de différents DIAPORAMAS et articles publiés, depuis plusieurs années, nous avons montré, ce que personne n’a jamais fait avant nous, la signature de Michel ANGE. A ce jour nous avons enrichi de nouvelles preuves cette affirmation. La présence de cette marque que l’on retrouve sur notre St-Christ et sur chacune de ses sculptures est un lien supplémentaire pour étayer nos affirmations. Si il n’est pas aisé pour certains d’accepter cette découverte, il n’en reste pas moins que les images présentées sont incontournables !

Une rencontre hors du siècle :
Il y a 101 ans le menuisier Pennavaire, dont l’atelier était situé face à l’église St-Sever a soustrait le St-Christ aux Inventaires ordonnés par le gouvernement d’alors. Une heureuse désobéissance qui nous a permis de conserver dans notre patrimoine, ce chef d’œuvre remarquable. Au cours de ses 500 ans d’histoires et de péripéties, c’était la troisième fois qu’il était sauvé. Il n’est resté caché qu’une dizaine de jours. Nous avons eu la chance et le bonheur de rencontrer un des fils de ce menuisier, l’Abbé François PENNAVAIRE, aujourd’hui âgé de 97 ans. Il a encore bon pied, bon œil, et nous a relaté les événements de 1906. Il nous a régalé de ses commentaires, dans lesquels perçait une émotion, palpable à chaque mot et nous a fait revivre les péripéties de ce sauvetage, telles qu’il les tenait de son père et de sa mère. Vous aurez plaisir à découvrir la narration de cet épisode du 3ème sauvetage du St-Christ, dans le livre que nous lui  consacrons, à paraître aux alentours des fêtes de Pâques. 
 
La GENOUILLADE :
Au cours de notre rencontre, l’abbé Pennavaire, grâce à son étonnante mémoire, nous a offert une ballade à travers un siècle de souvenirs, nous transportant d’un point à l’autre de la ville, de la Tamarissière au Grau d’Agde,  pour finir à Notre Dame de la Genouillade, où il a résidait, pendant de longues années. Ses parents s’y étaient installés, car la proximité de la mer offrait un climat plus propice à la santé chancelante de sa maman.
Evoquant l’absurdité d’écrire « l’Agenouillade » avec une apostrophe, au lieu de « la GENOUILLADE », nous avons pu lui présenter nos efforts pour défendre et conserver le patrimoine architectural, culturel et linguistique de ce lieu cher aux Agathois. En le quittant, nous nous sommes promis de l’inviter lors d’une prochaine présentation du DIAPORAMA « LA GENOUILLADE d’AGDE, 17 SIÈCLES D’HISTOIRE » où nous espérons vous retrouver nombreux. De son côté il espère fermement pouvoir venir cette année aux « fêtes » de la semaine Sainte pour participer à la procession du St-Christ qui promet de revêtir une ampleur importante.
A bientôt,  
Jules Cruells Capèce Minutolo

(sur la photo : Jean-Louis Roque, Jules Cruells Capèce au centre François Pennavaire, commentant les images sur le St-Christ de St-Sever)

Qu'en pensez-vous ?

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Météo de l'Hérault
Jeux concours

Depuis 1973, d’abord sous format magazine, puis via son site, Hérault Tribune informe le public des événements qui se produisent dans le grand Agathois, le Biterrois et le bassin de Thau.

logo hje

Depuis 1895, l’Hérault Juridique & Economique traite l’économie, le droit et la culture dans son hebdomadaire papier, puis via son site Internet. Il contribue au développement sécurisé de l’économie locale en publiant les annonces légales.