ACTUALITÉS : LE CAP D'AGDE - Après avoir montré le dessus, le petit bois dévoile ses dessous

LE CAP D'AGDE - Après avoir montré le dessus, le petit bois dévoile ses dessous

 

LE CAP D'AGDE - Après avoir montré le dessus, le petit bois dévoile ses dessous

 

Depuis notre dernier article sur le petit bois, on croyait l'affaire définitivement close mais des photos transmises ces derniers jours à la rédaction sont venues relancer le débat. Après avoir constaté la partie visible sur le chantier de l'île des loisirs, nous sommes retournés sur place afin d'avoir des explications techniques sur les réseaux souterrains déployés sur le secteur dans le but de vraiment tirer cette affaire au clair. 

Rappel des faits 

Situé à l'entrée de l'île des loisirs, cet espace naturel municipal devait faire l'objet d'un programme immobilier dans le cadre d'un échange de terrains avec l'investisseur Cécil Malortigue.

Ce projet d'urbanisation semblait être sur la bonne voie mais cela était sans compter sur la mobilisation du voisinage. A peine le permis accordé en mars 2019, ce dernier faisait l'objet de nombreuses critiques notamment de riverains qui ont alors formulé des recours devant le tribunal administratif.

Un espace vert sacrifié, des voisins mécontents, un permis figé dans les artères de la justice administrative, les conditions espérées d’une réalisation consensuelle n'étaient plus vraiment réunies et au courant de l'été 2019, la mairie a décidé purement et simplement d'annuler ce projet comme cela a été expliqué lors du conseil municipal d'Agde du 24 septembre 2019.

Depuis, le sujet pourtant enterré par la municipalité ne manque pas nourrir les débats de l'élection municipale. 

Un sujet qui alimente la campagne municipale

C'est tout d'abord Thierry Nadal, candidat à l'élection qui relance le sujet à l'automne dernier affirmant que " ces erreurs de jugement et revirements vont coûter très cher à la ville. Ce sont les Agathois qui devront régler l’addition" faisant ainsi référence aux recours intentés par l'investisseur. 

Des arguments rapidement balayés dans un communiqué par Sébastien Frey, le 1er adjoint de la ville délégué à l'urbanisme mais également rejetés par les premières décisions de Justice intervenues en référé en novembre 2019 et janvier 2020 qui sont en faveur de la collectivité. Restera tout de même à charge les frais de défense si le procès intenté par Cécil Malortigue devait se poursuivre.  

Du coté de la mairie, l'affaire est également entendue. "Il a été mis un terme définitif à ce projet immobilier et il va être inscrit dans la révision du Plan Local d'Urbanisme que la parcelle du petit bois sera classée inconstructible" précisait publiquement Sébastien Frey lors du conseil municipal du 24 septembre 2019.

Des travaux à proximité relancent le sujet

On croyait donc l'affaire définitivement clause mais une petite phrase, lâchée lors d'un meeting de campagne allait remettre le sujet sur le devant de la scène  : « le petit bois n’est pas encore sauvé. Ceux qui y sont allés ont bien vu qu’il y avait de gros tuyaux qui arrivent juste à l’entrée de ce petit bois… et on pense bien que ce n’est pas pour son irrigation » affirmait Thierry Nadal devant environ 300 personnes réunies au thé dansant le lapin le 10 janvier 2020.

Quelques jours après, Sébastien Frey lui répondait que "les réseaux auxquels il est fait référence sont destinés à permettre l’installation de toilettes publiques".

Pour éclaircir la situation,  la rédaction décidait de sortir des discours politiques en se rendant sur place à la recherche d'éléments techniques permettant de confirmer ou d'infirmer ces affirmations contradictoires. Le témoignage des ouvriers recueilli sur place corroborait la version de Sébastien Frey et nous titrions alors un article : Agde - Les fake news s'invitent-elles dans la campagne ?

Des photos des réseaux souterrains soulèvent de nouvelles interrogations

Pas si sûr car ce n'était sans compter la sagacité et l'expérience de Germain Castel, géomètre retraité et soutien du docteur Nadal qui dans le week-end, nous a envoyé des photos ( ci-jointes) prises depuis le début du chantier montrant clairement que des buses en béton de grosses dimensions et un système de vannes ont été installés à proximité du petit bois.

Pour lui, aucun doute, malgré des promesses électorales, le poumon vert de l’Île des Loisirs n’est pas sauvé. 

" Ma conviction se fonde sur un constat fait sur le terrain : les canalisations en béton aujourd’hui enterrées, précisément les « gros tuyaux » évoqués, n’ont rien à voir en termes de diamètre avec le tuyau de faible diamètre destiné à des toilettes publiques qui est montré aux lecteurs et mis en avant par l’adjoint à l’urbanisme (...) Ces canalisations compte tenu de leur diamètre sont caractéristiques d’un réseau d’évacuation des eaux pluviales adapté à un futur et important complexe immobilier (...) des tuyaux d’alimentation en eau potable et un système de vannes ont également été enfouis à l’entrée du Petit bois. Leur diamètre est destiné à un gros débit d’eau" avant d'indiquer : Aux Agathois de juger où se situent les « fake news » affirme Germain Castel.

La position ferme de la mairie à nouveau affirmée

Interrogé ce lundi matin, Sébastien Frey indique que la décision de la municipalité est claire, ferme et irrévocable.

" Il y a déjà plusieurs mois, la municipalité a décidé de mettre un terme définitif au projet immobilier porté par un opérateur privé et concernant l'île des loisirs du Cap d'Agde. Ce choix a été exprimé, motivé et approuvé dans la plus grande clarté en séance publique du Conseil Municipal. A cette occasion, il a été affirmé qu'aucune construction ne sera autorisée sur le site du petit bois de l'île des loisirs. Il s'agit là d'une décision ferme et irrévocable. Celle-ci a d'ailleurs été entendue comme telle par Monsieur Malortigue lequel a décidé de déposer devant le Tribunal Administratif deux requêtes. Toutes les deux ont été rejetées par le Juge des Référés".

avant de poursuivre :

"Dans le cadre de ce même débat, Gilles d'Ettore a confirmé la volonté de la municipalité de réaliser les travaux attendus d'aménagement et d'embellissement des espaces publics de l'île des Loisirs. Le chantier est en cours. Il comprend une première phase de travaux relatifs au déplacement des différents réseaux et une seconde phase de travaux relatifs à l'aménagement des voiries et des revêtements de sol. L'objectif affiché est de proposer aux piétons un espace paysager de promenade et de déambulation".

Ces choix pourraient être partagés par tous ! Il n'en demeure pas moins que certains s'efforcent de créer de la confusion... alors qu'il leur faudrait en leurs qualités nouvelles de candidats exprimer des propositions. Non, Monsieur Castel,  les travaux relatifs au déplacement des différents réseaux déjà existants sur l'Iie des loisirs n'annoncent pas un "futur et important complexe immobilier".

Un repositionnement de réseaux et une défense incendie

Pour l'élu en charge de l'urbanisme, " il s'agit très simplement de repositionner des réseaux desservant les équipements déjà existants en limite extérieure de la voirie neuve, et donc en bordure de parcelle, afin de ne pas avoir à intervenir en cas de nécessité sur les aménagements en cours de réalisation. Il s'agit d'un procédé de simple bon sens appliqué dans le cadre de tous les chantiers afin de ne pas avoir à endommager ultérieurement les espaces venant d'être rénovés".

Des plans modifiés 

Pour ce qui est des alimentations prévues, "elles concernent d'une part l'installation prochaine de toilettes publiques et d'autre part le déploiement d'une Défense Incendie destinée à protéger le site du petit bois. Non, Monsieur Castel, les travaux relatifs au déplacement des différents réseaux déjà existants n'annoncent pas la disparition du site du petit bois. Bien au contraire, ils contribueront à le protéger" avant de préciser tenir à disposition le plan d'exécution des travaux en cours dont ont été supprimées à la demande de la municipalité les extensions de réseaux "qui auraient été indispensables à la réalisation d'un projet immobilier". 

Des affirmations que nous avons souhaité corroborer avec des explications techniques et une visite de terrain ( vidéo c-jointe). 

De quoi éclairer encore un peu plus l'avis de chacun... Alors fake news or not fake news cette affaire de "gros tuyaux"? A chacun son avis mais ce qui est sûr, c'est que l'affaire méritait bien quelques explications techniques que nous sommes allés chercher sur le terrain pour vous ! 

 

 

 

 

LE CAP D'AGDE - Après avoir montré le dessus, le petit bois dévoile ses dessous

LE CAP D'AGDE - Après avoir montré le dessus, le petit bois dévoile ses dessous

LE CAP D'AGDE - Après avoir montré le dessus, le petit bois dévoile ses dessous

GS pour la rédaction d'hérault-tribune - crédit photo : Germain Castel (21-01-20)     43593 vues

Retour    Imprimer

 

CAP D'AGDE - SANTONI
BALNEOCAP - PERMANENT
AGDE - SANTONI
Relance économique banniere Agglo hérault
ATOL - OPTICIEN
Bannière olivier et kevin
Altéa sécurité banniere
ICI VOITURES et ICI CARTE GRISE horizontal
HYPER U
bannière UGP
AEROPORT-BEZIERS-CAP D'AGDE
Allo vitrier banniere
MAISON GIL AGDE
La Maison du Terroir Français horizontal
RTL 2 bannières 2019
banniere masques CD département hérault
BANNIERE RICHEMER
Vitrerie Miroiterie Agathoise banniere
INTERMARCHE DRIVE HORIZONTAL
Bannieres HT annonces légales et judiciaires
CAP D'AGDE - SANTONI
Allo vitrier affiche
Pub réouverture Spa archipel
La Maison du Terroir Français affiche
ICI VOITURES et ICI CARTE GRISE
ATOL - OPTICIEN
Affiche RICHEMER
affiche OLIVIER ET KEVIN
AEROPORT-BEZIERS-CAP D'AGDE
Relance économique affiche Agglo hérault
INTERMARCHE  DRIVE VERTICAL
HYPER U
MAISON GIL AGDE
RTL 2
affiche masques CD département hérault
Altéa sécurité affiche
Vitrerie Miroiterie Agathoise affiche
Affiche UGP
 

 

Vos Commentaires :

Guilherme Sol ARBIEU, il serait bien de signer tes papiers de ton nom complet afin que chacun des lecteurs fassent la jonction entre l’ami du candidat D’ETTORE et le journaliste propriétaire de la revue ; quand je lis l’Humanitè je ne m’attends pas à y lire des éloges à Marine. Désormais, quand je lirai Hérault Tribune je saurai que j’entends D’ETTORE et ses baratins ...

Dominique ANACHE (21-01-20)



Ni ami, ni ennemi mais il est vrai que depuis la reprise du journal par une nouvelle direction en 2017, la ligne éditoriale s'attache à ne pas être dans une critique systématique des actions menées par les élus de la quinzaine des communes que nous suivons. Notre territoire à vocation touristique et nos 3,5 millions d'utilisateurs/an (source google analytics) méritent certainement mieux. Dans le cas présent, notre souhait a été, une fois les déclarations politiques entendues et contradictoires des uns et des autres, d'aller sur le terrain et de donner la parole aux techniciens afin d'éclairer au mieux l'avis de nos lecteurs. Rien de plus, rien de moins...

Hérault-tribune (21-01-20)



 

 Et vous, qu’en pensez vous ? C’est le moment de le dire ! 

Seuls les inscrits au TROMBINOSCOPE peuvent laisser des commentaires aux articles. S'inscrire au TROMBINOSCOPE
Hérault-Tribune offre ici un espace où chacun peut exprimer librement son point de vue.
La courtoisie est de mise dans ce forum.
Un point de vue différent du votre enrichit le débat, quelqu'un qui ne partage pas votre avis n'est pas un ennemi.
L’idée est d'échanger dans le respect des idées de chacun. Chaque participant est identifié.
Prendre connaissance de la charte de bonne conduite.

 

 

 

TÉLÉCHARGEZ L'APPLICATION GRATUITE HÉRAULT TRIBUNE