AGDE - AGATHE Le Bois de la Tamarissière (Suite)

Le dernier article « Génocide du bois de la Tamarissière » a suscité à…

Le dernier article « Génocide du bois de la Tamarissière » a suscité à notre égard une approbation unanime de promeneurs fréquentant ce bois, habitants permanents et touristes. D’autres nous reprochent, à tort, de ne pas nous occuper des terrasses illégales qui fleurissent sur le Quai CORNU- (sujet que nous avons pris en charge dans un courrier adressé à M. le Maire et son  1er Adjoint, sans réponse actuellement).

Nous avons pu prendre connaissance aussi, dans le journal local, d’une réponse de M. Gaby RUIZ, vice-président de la SODEAL (dont le président est l’adjoint au maire Sébastien Frey), société d’économie mixte gérant entre autres le Camping Le Bois de la Tamarissière (Suite)  de la Tamarissière. Cet article est une réponse à notre état des lieux, réalisé à la demande de gens qui fréquentent,  parfois quotidiennement, ce bois classé, inscrit, ZNIEF, également, se situant à l’intérieur de la ZPPAUP.

Ci-après notre réponse

Pour ce qui touche l’ensemble de votre contre argumentation, nous apportons  les réponses complémentaires suivantes qui vous seront très certainement utiles.
Pour ce qui est du nouvel arrêté préfectoral du 13 octobre 2011 qui place ce camping en 3 étoiles et 720 emplacements de catégorie tourisme, c’est bien là qu’il y a problème. Vous reconnaissez vous-même que cette qualification vous oblige à la réalisation d’une mise en conformité, cet agrément  impose la réalisation de divers travaux.
Vous affirmez avoir obtenu toutes les autorisations pour exécuter ces travaux. Certes, mais seul apparait un permis de construire délivré par la mairie concernant la rénovation des sanitaires. Pour le reste, réalisation de tranchées, mise en place de lampadaires, électrification de la zone  sud ouest du camping, nous n’en savons rien. Nous souhaitons que ces travaux se fassent dans le respect des règles de droit. Il est évident que les contraintes imposées par le classement de ce bois passent bien avant les règles de classement du camping, quel que soit le nombre d’étoiles !

Quelles sont réellement les demandes qui ont été faites et quelles sont les autorisations qui ont été données ? Nous maintenons aussi que cette extension est pour nous illégale, réalisée par une appropriation abusive d’une zone de terrain hors des limites du périmètre initial de ce camping. De ce fait, la superficie dépasse les 10 Hectares  par l’arrêté préfectoral : cet arrêté n’est pas respecté. Nous vous rappelons que les limites du camping correspondaient au sanitaire jaune. Nous l’avions fait remarquer lors d’une réunion, à Mr Bentajou,  alors conseiller municipal, qui reconnaissait cette situation, demandant alors  de revoir la possibilité de revenir à l’emprise  initiale.

Nous vous rappelons également pour mémoire un courrier des ABF de mars 2010 où il était dit  entre autres que l’installation de plus de 60 chalets  était de nature à nuire à la préservation et la valorisation du bois.
 Il est dit également que seules 3 bornes de distribution d’électricité complémentaires et judicieusement repeintes seront autorisées,  à l’heure actuelle cette autorisation est loin d’avoir été respecté, il suffit de se rendre sur place pour voir les nouvelles réalisations. 

Pour ce qui est de la gestion propre du bois touchant à l’abattage des arbres, nous ne mettons nullement en cause l’expertise de l’ingénieur de l’ONF. Nous renvoyons Gaby Ruiz à ce que nous avons écrit en mars 2009, à la suite d’une visite pilotée par l’expert ONF. Par contre, concernant le dessouchage des arbres abattus, c’est la moindre des choses. Nous rappelons à Gaby Ruiz que l’expert ONF souhaitait le transport immédiat des arbres abattus pour limiter la contamination des arbres sains. Si on laisse des souches contaminées, bonjour les dégâts. Concernant l’exécution des tranchées, nous ne partageons pas votre avis, loin de là, et nous confirmons notre analyse (nous aussi voir nos photos).

Pour ce qui est de l’’état des arbres morts, nous regrettons que l’on ne remplace pas automatiquement dès qu’ils sont morts. Il est plus raisonnable d’effectuer les replantations à l’automne plutôt qu’à Pâques. La Sodéal a trouvé un budget pour l’installation de la péniche sur les berges de l’Hérault. La replantation d’une dizaine d’arbres doit coûter beaucoup moins.
Pour ce qui touche aux remplacements des arbres ont est loin du compte. Nous considérons que vous n’avez pas rempli votre mission, peut être est ce aussi simplement le fait d’un budget insuffisant ?

Nous voudrions bien approuver vos affirmations,
mais toujours est-il que depuis des années on constate que l’on mène en bateau les citoyens que nous sommes. Après avoir obtenu la mise en place par la commission des sites de 30 mobil homes qui devaient être enlevés après chaque saison (l’enlèvement a duré 2 ans), aujourd’hui on en est à 60 chalets dits mobil homes qui restent à demeure et 15 tentes en toiles et sol en bois. Et demain ?

Concernant les dunes effectivement ce n’est pas de votre ressort, mais tout de même, la précarité de leur état est du aussi en partie aux 3000 campeurs qui utilisent cette plage. A notre avis, ils doivent faire plus de dégâts que les promeneurs de la basse saison. Il nous semble que vous avez une responsabilité morale et nous ne pouvons que regretter que votre manque d’influence auprès du directeur de la communauté d’agglos dont le Maire d’Agde  est le président.

 Vous nous reprochez de ne pas avoir soumis nos remarques à la Municipalité, vous n’êtes pas sans savoir que tous les courriers que nous transmettons à la Municipalité restent lettre morte. La dernière réunion que nous avons eue avec Gilles D’ETTORE  (certes il y a un bout de temps), ou après nous être exprimés, précisant nos observations, nos remarques justifiées celui-ci nous a dit, « c’est comme ça parce que je le veux ! ». Vous avez également pu prendre connaissance d’un courrier qui nous a été adressé par la Mairie avec la mention « ne jamais inviter » (septembre 2010). 

D’autre part à la fin de vos affirmations vous dites :
 1 – « il est regrettable qu’aucune demande n’ait été formulée par l’association AGATHE   auprès de la Sodeal avant publication de ces propos accusatoires qui nuisent à notre volonté de transparence »
2 – « ce qui pose clairement la question des véritables intentions de cette association ».

Concernant le paragraphe 1 – Nous sommes surpris par votre état d’âme, il faudrait tout de même ne pas inverser les rôles. C’est la Sodéal qui est à l’initiative de tout ce qui touche le camping de la Tama. Dans la mesure où ces travaux semblent relever su secret défense, nous sommes informés par nos adhérents. Nous convenons qu’il vaudrait mieux que les infos soient communiquées par la Sodéal, la balle est dans votre camp. Invitez nous, nous viendrons et ferons part de nos remarques. De la discussion jaillit la lumière.
Pour ce qui est du paragraphe 2 –  Nous ne pouvons pas accepter la dernière remarque où vous insinuez des propos diffamatoires gratuitement.
 Vous n’êtes pas sans savoir que les habitants et touristes sont les premiers à se plaindre particulièrement sur cette problématique, nous demandant d’intervenir, nous félicitant par ailleurs de l’action que nous menons sur le terrain depuis plus de 30 ans avec  différents responsables de l’association.

Notre force, contrairement à ce que vous avancez, consiste actuellement à dénoncer les abus ou anomalies qui affectent notre ville. Certes, des propositions sont faites …mais étant donné qu’il nous est impossible par refus du dialogue de la part de Mirabel, cela reste lettre morte.

Contrairement à vos propos, nous avons pu prouver le contraire au cours des ans par la pugnacité, par les propositions  et le sérieux de nos analyses. Nous l’avons fait quel que soit notre maire, que ce soit Pierre Leroy Beaulieu, Régis Passerieux  et à l’heure actuelle Gilles D’Ettore   et son premier adjoint Sébastien Frey.
Ce sont les mêmes qui nous félicitaient, avant d’être élus, de l’action que nous menions et nous invitaient à continuer. C’est ce que nous faisons!
Ci après lien sur notre site pour plus d’information :
http://www.agde-agathe1901.com/articles-de-presse/52-presse/331-genocide-du-bois-de-la-tamarissiere-suite
Depuis, nous avons eu la possibilité de rencontrer le Directeur du camping de la Tamarissière ainsi que le responsable des campings Agathois de la SODEAL , réunion très cordiale , où chacun a pu exprimer son point de vue sans aucune arrière pensée !.
En souhaitant d’une part que la gestion de ce camping se fasse «« dans le respect des règles de droit » et que la concertation devienne la règle.

Pour le Bureau
Le Président Jacques TREILLE

Association agréée pour l’Urbanisme et l’Environnement. Elle  défend aussi le Patrimoine communal et  la Qualité de la Vie (Bruit, Sécurité, Hygiène et Propreté, Circulation  Stationnement)  
L’Association peut, en outre, apporter une aide à ses adhérents sous forme de conseils ou d’assistance.
Adresse postale : B.P.30010 – 34 301 AGDE Cedex
Notre Site Internet
www.agde-agathe1901.com   Adresse Courriel : assosagathe@orange.fr
Permanences tous les samedis matin de 10 h30 à 12 heures à son siège social  2 rue de la Poissonnerie, centre historique de la cité à AGDE ville la cité à AGDE VILLE

 

Qu'en pensez-vous ?

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Jeux concours
Météo de l'Hérault
Hérault Tribune Pro Hérault Tribune Reportages

Depuis 1973, d’abord sous format magazine, puis via son site, Hérault Tribune informe le public des événements qui se produisent dans le grand Agathois, le Biterrois et le bassin de Thau.

logo hje

Depuis 1895, l’Hérault Juridique & Economique traite l’économie, le droit et la culture dans son hebdomadaire papier, puis via son site Internet. Il contribue au développement sécurisé de l’économie locale en publiant les annonces légales.