Camaïeu en redressement judiciaire après une cessation de paiements

L'enseigne de prêt-à-porter féminin Camaïeu, qui emploie 2 751 salariés, vient d'être placée en redressement judiciaire pour cessation de paiements.

Passage devant le tribunal

La société Camaïeu, qui dispose de 538 magasins dans toute la France, est au plus mal, pénalisée notamment par la crise sanitaire. Après s’être déclarée en cessation de paiements, l’enseigne a été placé en redressement judiciaire par le tribunal de commerce de Lille.

La marque – détenue par le groupe Hermione People and Brands (HPB) aux côtés de Go Sport ou encore La Grande Récré – va être placée en observation et devra ensuite présenter un plan de continuation.

Diverses raisons évoquées

Outre la succession de confinements et la désorganisation logistique liée à la pandémie, Camaïeu annonce avoir subi de plein fouet l’arrêt de la Cour de Cassation du 30 juin dernier, “refusant aux commerçants la baisse des loyers de la période Covid”. Environ 250 à 300 magasins Camaïeu n’auraient pas payé leur loyer afin d’engager un dialogue avec leur bailleur pour le faire baisser, mais en vain. Cela représenterait une dette cumulée de 50 à 60 millions d’euros.

La hausse du coût des matières premières n’a rien arrangé. La marque aurait également subi une “cyberattaque d’une ampleur exceptionnelle” qui lui aurait coûté 40 millions d’euros.

Le risque de restructuration du réseau de magasins Camaïeu plane, avec des licenciements à la clé.

Qu'en pensez-vous ?

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Jeux concours
Météo de l'Hérault
Hérault Tribune Pro Hérault Tribune Reportages

Depuis 1973, d’abord sous format magazine, puis via son site, Hérault Tribune informe le public des événements qui se produisent dans le grand Agathois, le Biterrois et le bassin de Thau.

logo hje

Depuis 1895, l’Hérault Juridique & Economique traite l’économie, le droit et la culture dans son hebdomadaire papier, puis via son site Internet. Il contribue au développement sécurisé de l’économie locale en publiant les annonces légales.