Castelnau-le-Lez : la pépite du digital Sharvy inaugure ses nouveaux bureaux à Eurêka

Hérault Tribune Pro Reportage

Petite start-up deviendra grande… Sharvy, précédemment incubée au BIC et implantée à Cap Oméga, à Montpellier, avait besoin de locaux plus grands pour exercer son activité dans des conditions optimales. Elle traverse donc le boulevard Philippe-Lamour pour s'installer sur la Zac Eurêka, à Castelnau-le-Lez.

Photo : Gérard Sigaud, 1er adjoint de Castelnau-le-Lez, et Stéphane Seigneurin, CEO de Sharvy, lors de l’inauguration des nouveaux bureaux le 29 septembre 2022 © Virginie Moreau.

Un nouveau développement

La start-up Sharvy (ex-MyCarSpot) a développé l’application éponyme grâce à laquelle les utilisateurs peuvent réserver facilement un bureau, une place de cantine et une place de parking. Stéphane Seigneurin et Alexandre Michel, ses cofondateurs, peuvent se féliciter de leurs nouveaux locaux de 185 m2 avec open spaces, espaces de visioconférence et de réunion, cuisine, espace détente et grande terrasse situés rue Didier-Daurat, dans la Zac Eurêka, à Castelnau-le-Lez. Des bureaux qui symbolisent une nouvelle étape dans le développement de la start-up.

Les espaces de travail de Sharvy © Virginie Moreau
Un des espaces de travail de Sharvy © Virginie Moreau

Bien-être des collaborateurs et RSE

“Chez Sharvy, nous agissons pour le bien-être des collaborateurs. Nous avons retranscrit dans l’organisation des bureaux tous les concepts développés par notre application”, indique Stéphane Seigneurin, CEO. Les open spaces sont munis de cabines acoustiques insonorisées, écoconçues en France, pour les visioconférences. Les salariés ont des poubelles de tri sélectif à leur disposition, et les lumières sont pilotées en fonction de la présence humaine et de la luminosité extérieure. “Notre objectif est que les collaborateurs se sentent bien ici, même s’ils font 2 à 3 jours de télétravail par semaine”. D’ailleurs, les salles portent chacune le nom d’une île : Ibiza, Moorea, Tahiti, Maurice…

L'espace détente de Sharvy © Virginie Moreau
L’espace détente © Virginie Moreau

“Nous essayons de minimiser notre impact sur l’environnement, poursuit le CEO de Sharvy. Les prises de courant sont déconnectées automatiquement la nuit, et la climatisation est éteinte le week-end. Nous avons sélectionné nos partenaires. Par exemple, c’est Artyzen qui réalise l’entretien des locaux dans le respect de l’environnement, avec des produits ménagers écocertifiés. Une équipe travaille en vue de notre labellisation au label Lucie 26000 autour des enjeux de RSE. Nous voudrions l’obtenir en 2023. Et depuis trois semaines, les collaborateurs se sont lancés dans le challenge écolo Ma Petite Planète (écoconduite, repas végétaliens…).”

A Castelnau, un écosystème numérique

Le premier adjoint au maire de Castelnau-le-Lez, délégué à l’attractivité économique, à l’innovation et à la transformation numérique, Gérard Sigaud, s’est dit ravi d’accueillir une nouvelle start-up du digital sur la Zac Eurêka. “C’est une pépite de plus du numérique qui s’installe à Castelnau, après Ubisoft, CGI, Logitrade, Imaïos, Libriciel, DigitRE et beaucoup d’autres”, a-t-il rappelé, ajoutant : “Le monde de l’entreprise vit un basculement très important aujourd’hui. Les entreprises doivent s’adapter et chercher les meilleures façons d’attirer les talents et les compétences nécessaires pour l’emploi de demain. Sharvy s’inscrit dans cette démarche d’optimisation des moyens, des locaux, des bureaux, des postes de travail, des parkings, des espaces de restauration, dans cette volonté d’adaptation permanente à un monde en perpétuel mouvement”.

Laure Lenzotti, Stéphane Seigneurin, Stéphanie Villaret, Gérard Sigaud et Alexandre Michel © Virginie Moreau.
Laure Lenzotti, Stéphane Seigneurin, Stéphanie Villaret, Gérard Sigaud et Alexandre Michel © Virginie Moreau.

Gérard Sigaud, qui était venu à l’inauguration accompagné de Renaud Galvez, responsable du Service développement économique et numérique de la ville de Castelnau-le-Lez, a rappelé “l’attractivité de Castelnau et de la Zac Eurêka en particulier autour des métiers liés au numérique”. Il a également souligné “la collaboration métropolitaine autour du digital”. En effet, “Sharvy est l’exemple même d’une entreprise passée par le BIC à Cap Oméga, qui a traversé la route [le boulevard Philippe-Lamour, ndlr] et poursuit son développement dans la zone Eurêka de Castelnau”.

S’adressant à Stéphane Seigneurin, il lui a lancé : “La municipalité va vous aider à vous intégrer dans la Zac Eurêka via des petits déjeuners de dirigeants, propices aux échanges. Nous en avons fait un récemment sur la RSE. Et un autre avec les DRH au sujet des difficultés de recrutement”.

Il a également insisté sur les difficultés de recrutement du secteur du numérique. “A Castelnau, le seul frein à notre croissance est notre capacité à recruter. Dans cette seule zone ZAC Eurêka, il y a actuellement 500 postes à pourvoir à date, d’où la nécessité d’investir davantage dans la formation, les partenariats public-privé, les métiers de demain. Il est de notre responsabilité de mettre un vivier de talents à la disposition des entreprises de notre territoire”. Pour cela, le premier adjoint compte sur l’école IA Microsoft by Simplon, qui devrait fournir une promotion entière d’étudiants spécialement formés à Ubisoft, ainsi que sur le futur campus du numérique Station d’Oc.

Et pour améliorer sa ville, il compte bien sur les remontées du terrain des salariés quant à leurs besoins en matière de pistes cyclables, parcs à vélos, bornes électriques, crèches, restauration, transports, sécurité… “Nous sommes preneurs de toute remarque des collaborateurs d’Eurêka qui permette de corriger et d’équiper le quartier”, a-t-il conclu.

Des chiffres à succès

L’application Sharvy est actuellement utilisée par 50 000 salariés du secteur public et du secteur privé, en France et à l’étranger. La start-up réalise désormais 30 % du business à l’international. Sharvy, qui emploie une quinzaine de collaborateurs et vient d’embaucher un alternant et un CTO qui va prendre en charge l’équipe technique, envisage de recruter cinq salariés par an dans les prochaines années. Elle compte doubler son chiffre d’affaires d’ici 2025.

———————-

Sharvy, une belle histoire… accompagnée

Genèse du projet

Stéphane Seigneurin se souvient : “L’entreprise de télécommunications pour laquelle je travaillais à l’époque connaissait une forte croissance de ses effectifs et avait déménagé de Pérols à Montpellier. Mais les employés avaient des problèmes pour se garer. Il avait été décidé que les places de parking seraient attribuées en fonction de l’ancienneté et de la hiérarchie, autrement dit aux directeurs. Mais j’ai trouvé injuste et illogique que ma place de parking reste inutilisée un tiers de l’année du fait de mes nombreux déplacements. J’ai donc eu l’idée de créer une application de partage des places de parking. C’est ainsi qu’est née MyCarSpot. Fin 2017, j’ai commencé à vendre l’appli à des clients.

A cette époque, j’ai revu Alexandre Michel, un ancien collaborateur. Nous nous sommes associés. Il a apporté des compétences technologiques. La société a été créée en 2018, et a eu la chance d’être sélectionnée par le BIC pour être incubée. Nous avons pu occuper des locaux à Cap Oméga pendant trois ans et demi, ce qui nous a permis de croître. Nous avons bénéficié du coaching de Stéphanie Villaret, chargée d’affaires à la direction de l’économie et de l’emploi de Montpellier Méditerranée Métropole. On a affiné notre business model, et effectué une levée de fonds de 1,2 million d’euros menée fin 2020 par Irdi Soridec Gestion”.

Nous avons amélioré l’application et l’avons étendue aux véhicules électriques et aux deux-roues, devenant ainsi un acteur de la multimodalité. Nous avons permis aux grands comptes qui nous ont fait confiance de connaître notamment le taux d’occupation des places. Selon nous, donner accès à une ressource partagée est vertueux.

Diversification

Le CEO de Shary raconte : “Avec la crise Covid 2020, un client, grand compte pharmaceutique situé en Italie, nous a sollicités autour de l’enjeu du retour des collaborateurs au travail. Il sollicitait notre aide pour gérer la distanciation physique entre les collaborateurs. Cela nous demandait d’étendre le concept. Nous avons consulté d’autres clients gros comptes comme Nestlé et Onet. Et avons trouvé des solutions pour gérer la réservation des postes de travail, les postes de restauration, éviter le gâchis alimentaire. N’étant plus uniquement spécialisés dans la réservation de places de parking, nous avons décidé de changer de nom pour Sharvy en 2021. Un nom qui inclut “sharing”, le partage, et Jarvis, nom de l’assistant d’Iron Man”.

Accompagnement

Tout au long de son jeune parcours, Sharvy a été accompagnée par le Réseau Entreprendre, des subventions de la Région Occitanie, Ad’Occ, qui lui a permis de participer au CES de Las Vegas, la Métropole, qui l’a incubée au BIC, la French Tech Méditerranée, Irdi Capital-investissement (ex-Soridec), les banques Crédit Agricole, Caisse d’Epargne et BPSud, la BPI. Elle est épaulée également par le cabinet d’expertise comptable Nicolas Barrow Expertise.

Lors de l’inauguration des bureaux, le 29 septembre 2022, Stéphanie Villaret, chargée d’affaires à la direction de l’économie et de l’emploi de Montpellier Méditerranée Métropole, qui représentait la directrice du BIC, Isabelle Prévost, a souligné le chemin parcouru depuis 2018 par la start-up qu’elle a elle-même coachée. “Vous êtes venus nous voir en 2018 avec un projet structuré et opérationnel prometteur, puis ont suivi les premiers financements, l’élargissement de votre offre de services, l’arrivée de clients grands comptes prestigieux, la première levée de fonds, et maintenant la conquête de l’international… Le BIC est fier d’avoir contribué au développement de votre pépite” a-t-elle indiqué.

Laure Lenzotti, directrice déléguée de la French Tech Méditerranée, a pour sa part rappelé que la French Tech Méditerranée est un label, “un écosystème qui permet de faire briller le territoire autour de l’innovation. Des chefs d’entreprise se mettent au service d’autres chefs d’entreprise qui les accompagnent dans leurs problématiques de recrutement, de développement à l’international notamment. On nous remarque aux niveaux national et international”, a-t-elle souligné. Elle a rappelé qu’après en avoir bénéficié, Stéphane Seigneurin est désormais le mentor d’une jeune créatrice d’entreprise dans le cadre de la French Tech.

Qu'en pensez-vous ?

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Météo de l'Hérault
Hérault Tribune Pro Hérault Tribune Reportages

Depuis 1973, d’abord sous format magazine, puis via son site, Hérault Tribune informe le public des événements qui se produisent dans le grand Agathois, le Biterrois et le bassin de Thau.

 

logo hje

 

Depuis 1895, l’Hérault Juridique & Economique traite l’économie, le droit et la culture dans son hebdomadaire papier, puis via son site Internet. Il contribue au développement sécurisé de l’économie locale en publiant les annonces légales.