Castelnau-le-Lez : les Castelnauviens bénéficient désormais du plus grand jardin partagé de France, au Caylus

Ce mercredi 20 octobre, le maire de Castelnau-le-Lez, Frédéric Lafforgue, a officiellement remis les clés du jardin partagé du Caylus à l'association Terre de Caylus.

Les Castelnauviens peuvent désormais s’inscrire pour bénéficier, dans la limite des places disponibles, d’une parcelle individuelle au jardin “Graine de Caylus”. Si le quota est dépassé et qu’il n’en reste plus aucune de disponible, ils pourront de toute façon participer à l’entretien et aux plantations sur la parcelle collective de ce jardin partagé. “Pour l’instant environ 120 personnes, appartenant à l’association Terre de Caylus ou non, ont déjà manifesté leur intérêt pour ce projet”, confie Gérard Sigaud, premier adjoint au maire de Castelnau-le-Lez. Le jardin partagé comportera un tiers de parcelles individuelles et un tiers de parcelles collectives.

Concrétisation d’un projet citoyen

L’idée de créer un jardin partagé dans l’écoquartier du Caylus a germé dans l’esprit d’habitants castelnauviens. Ils se sont regroupés au sein de l’association Terre de Caylus, qu’ils ont créée pour l’occasion afin notamment de faire connaître leur projet au maire de Castelnau-le-Lez, Frédéric Lafforgue. Il y a un peu plus d’un an, la municipalité se saisissait du dossier, le jugeant suffisamment important pour le mener tambour battant. En effet, il semblait intéressant que les personnes habitant les 630 logements de l’écoquartier du Caylus, mais aussi tous les Castelnauviens, puissent disposer d’un lieu de partage et d’apprentissage autour du végétal.

Une partie du terrain qui abritera le jardin partagé Graine de Caylus.
Une partie du terrain qui abritera le jardin partagé Graine de Caylus.

La Ville a en premier lieu fait l’acquisition d’un terrain de 6 254 m2 au Caylus auprès de la famille Parlier – à la tête du Domaine de Caylus, dont le vin est produit en agriculture biologique – puis clôturé ce terrain situé sur la coulée verte entre le Lez et le lac du Crès. Elle a intercédé auprès de Montpellier Méditerranée Métropole pour que le raccordement en eau brute du Rhône soit effectué par BRL (la compétence eau relevant de la Métropole). La municipalité a ensuite créé des cheminements pour faciliter l’accès à l’entrée du jardin partagé à tous les publics. Une convention de mise à disposition du terrain a ensuite été signée entre la municipalité et Terre de Caylus, insistant sur la gestion écologique du jardin partagé notamment.

Au total, la Ville de Castelnau-le-Lez a déboursé 145 000 euros pour ce projet. Pour sa part, le Département a contribué à hauteur de 40 000 euros au titre du budget participatif.

Un projet vertueux basé sur le circuit court et le lien social

“Il s’agit d’un projet vertueux, puisqu’il est à la fois écocirculaire, écologique et social”, a indiqué le maire Frédéric Lafforgue lors de la remise des clés à l’association. Ce jardin partagé est l’un des plus grands de France, sinon le plus grand, entendait-on lors de l’événement inaugural. Jacqueline Markovic, conseillère départementale, a salué ce projet “respectueux de l’écologie, du climat et de la santé, qui permettra aux habitants de se nourrir en circuit ultra-court en cultivant sur place des fruits et des légumes”.

Dès l'ouverture des portes, les habitants et les membres de Terre de Caylus ont découvert le terrain qui abritera le jardin partagé.
Dès l’ouverture des portes, les habitants et les membres de Terre de Caylus ont découvert le terrain qui abritera le jardin partagé.

Le conseiller municipal Jean Koechlin a pour sa part précisé qu’un agriculteur viendrait débroussailler le terrain dès le 21 octobre, qu’il passerait les broussailles au broyeur pour réaliser du compost, puis qu’il utiliserait une sous-soleuse et un vibroculteur, avant de laisser le terrain ainsi défriché à l’association Terre de Caylus.

Valoriser l’apprentissage en commun

Le jardin partagé du Caylus revêt également un aspect éducatif puisqu’une parcelle est réservée aux lycéens des établissements Honoré-de-Balzac et Georges-Pompidou, qui pourront travailler la terre et récolter les fruits de leur labeur. Gaëtan Morin, qui fait partie du “noyau” de gouvernance de l’association Terre de Caylus, insiste sur la notion d’apprentissage en commun, par chacun des “jardiniers”, du rapport à la terre et au végétal. Lui-même travaille dans l’optométrie, ce qui ne le destinait guère à cultiver la terre. Mais l’appel de la nature a été le plus fort, et il y consacrera désormais son temps libre, comme les membres de l’association et les habitants volontaires, engagés dans ce “beau projet collaboratif”, selon les mots du maire…

monde devant caylus copie
L’émotion était à son comble avant l’ouverture des portes du jardin partagé de Caylus

Informations pratiques

Si vous souhaitez faire partie de cette aventure ou solliciter une parcelle individuelle, contactez Terre de Caylus à l’adresse mail suivante : jardinpartagedecaylus@gmail.com

Le jardin partagé Graine de Caylus est situé au 138 de la rue Michel-Rozier, à Castelnau-le-Lez.

Légende photo tout en haut : Plantation d’un amandier au jardin partagé du Caylus le 20 octobre 2021, en présence de Gérard Sigaud, premier adjoint, Frédéric Lafforgue, maire de Castelnau-le-Lez, Jacqueline Markovic, conseillère départementale, Jean Koechlin, conseiller municipal chargé de la ville durable et des mobilités, et Gaëtan Morin, membre du “noyau” de gouvernance de l’association Terre de Caylus © Virginie Moreau.

Qu'en pensez-vous ?

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Jeux concours
Météo de l'Hérault
Hérault Tribune Pro Hérault Tribune Reportages

Depuis 1973, d’abord sous format magazine, puis via son site, Hérault Tribune informe le public des événements qui se produisent dans le grand Agathois, le Biterrois et le bassin de Thau.

logo hje

Depuis 1895, l’Hérault Juridique & Economique traite l’économie, le droit et la culture dans son hebdomadaire papier, puis via son site Internet. Il contribue au développement sécurisé de l’économie locale en publiant les annonces légales.