Covid-19 : une taxe "contribution santé" pour les non-vaccinés au Québec

Après avoir annoncé que des commerces non essentiels allaient être interdits aux non-vaccinés, comme les magasins vendant de l’alcool et du cannabis, le Gouvernement québécois envisage de faire payer une taxe aux adultes non vaccinés.

Le Premier ministre provincial François Legault a annoncé mardi 11 janvier que la province canadienne travaille à mettre en place une “contribution santé” pour les adultes qui refusent la vaccination : “Les habitants non-vaccinés du Québec représentent une charge financière pour les vaccinés“, a-t-il déclaré. Le pass vaccinal est déjà nécessaire pour réaliser certains achats. Le Québec serait donc en train de durcir encore plus les restrictions pour les non-vaccinés. La mise en place d’une telle taxe devrait être controversée.

Le “vaccin est la clé pour combattre le virus”

Le vaccin est la clé pour combattre le virus. C’est la raison pour laquelle nous étudions une contribution santé pour les adultes refusant d’être vaccinés pour des raisons non médicales”, a dit François Legault lors d’un point de presse. Le Canada, dont la province de Québec, subit, comme partout, la propagation du variant Omicron. cette flambée épidémique a contraint à l’isolement des dizaines de milliers de personnes et mis la pression sur les systèmes de santé. Le premier ministre provincial a avancé les chiffres suivants: “si seuls environ 10% des Québécois ne sont pas vaccinés, ils représentent environ 50% des patients en unités de soins intensifs“.

Qu'en pensez-vous ?

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Jeux concours
Météo de l'Hérault
Hérault Tribune Pro Hérault Tribune Reportages

Depuis 1973, d’abord sous format magazine, puis via son site, Hérault Tribune informe le public des événements qui se produisent dans le grand Agathois, le Biterrois et le bassin de Thau.

logo hje

Depuis 1895, l’Hérault Juridique & Economique traite l’économie, le droit et la culture dans son hebdomadaire papier, puis via son site Internet. Il contribue au développement sécurisé de l’économie locale en publiant les annonces légales.