Hérault tribune : L'actu au quotiden dans tout l'Hérault
Droit

Le trésor de l’Île des Loisirs par Florence DENESTEBE

  Le trésor de l’Île des Loisirs par Florence DENESTEBE Délibération N° 20 – La commune Acquiert un bail commercial sur l’Île des Loisirs Dans les faits : Il faut expliquer ce que l’on acquiert au contribuable agathois. La ville d’Agde achète la propriété commerciale d’une discothèque : anciennement appelée le COTTON CLUB, pour la raison soulignée qu’au […]

 

Le trésor de l’Île des Loisirs par Florence DENESTEBE

Délibération N° 20 – La commune Acquiert un bail commercial sur l’Île des Loisirs

Dans les faits : Il faut expliquer ce que l’on acquiert au contribuable agathois. La ville d’Agde achète la propriété commerciale d’une discothèque : anciennement appelée le COTTON CLUB, pour la raison soulignée qu’au moment de la préemption sur les murs, une promesse de vente du bail était en cours.

Une simple lecture du KBIS de la société concernée par cette acquisition, vous révélera qu’à la date de la signature de l’acte avec la Commune, celle-ci n’a plus d’activité commerciale.
Or, pour prétendre revendre un bail commercial selon la loi n°56-277 du 20 mars 1956, il faut exercer une activité commerciale dans les lieux cédés. A ma connaissance les locaux sont désertés depuis plus d’un an : la propriété commerciale n’existe plus et le foncier bâti pouvait être acquis sans le bail.
C’est mon analyse, et ce sera, je n’en doute pas, dans quelques années, l’analyse de la cour des comptes quand elle se penchera un jour ou l’autre sur cette vente.

Cela dit ! Imaginons que l’on puisse traiter cette acquisition avec plus de légèreté sous le prétexte je cite « d’Inventer une nouvelle économie touristique en insufflant une requalification profonde de l’Île des loisirs ».

Pour 125 000 €, j’applaudirai des deux mains en criant : Oh, miracle !…
Mais la réalité ne peut se contenter de mots … Il faut un projet, une ambition, une ligne directrice et surtout, surtout ! … des moyens que nous n’avons pas et que la situation économique ne nous permettra pas, sauf a doubler les impôts en 2014 , ce qui n’est pas, je l’espère, votre intention !

Acheter ce fond de commerce de discothèque déjà close serait imaginable, si un projet d’ensemble existait et qu’un calcul chiffré avait été réalisé. CE N ‘EST PAS LE CAS AUJOURD’HUI ! Cette acquisition est un saupoudrage relationnel inutile !

La meilleure preuve, c’est que vous allez acquérir un bail d’une discothèque fermée alors que vous avez laissé passer il y a moins d’un an le bail autrement plus conséquent du cinéma le FESTIVAL qui a depuis été transformé sans réaction de votre part en bar de striptease, avec gogos danseuses !

Tout ceci n’est pas sérieux, Monsieur le maire ! Sans ligne directrice, nous ne pouvons commencer à acheter à l’aveugle sans connaître le montant total d’une opération. Ce n’est pas à la ville d’acheter les fonds de commerce mais à un entrepreneur promoteur qui restructurera l’Île des Loisirs.

Si vous souhaitez acquérir au nom de la ville, il vous faut nous présenter un projet et répondre au préalable à nos questions avant de vous engager.

Le LUNA PARK restera t il sur l’Île des Loisirs ?  Si la réponse est négative : Quelle sera l’indemnité allouée pour l’immense parc d’attraction. 5, 8… 10 millions d’euros ?

Les discothèques resteront-elles sur l’Île des Loisirs ? Si ce n’est pas votre souhait, quelles seront les indemnités allouées ?

Combien pour le BORA BORA ? Les murs, la structure et le fonds de commerce : 4 ? 5 millions d euros ?
Combien pour l’AMNESIA ? : 4 ou 5 millions d’euros de plus ? Combien pour le Dino Park, le Mini Golf … et les commerces d’entrée de l’Île ?

La restructuration de l’Île des Loisirs est indispensable bien sur, à condition de mettre les partenaires autour d’une table, d’y inviter des promoteurs et des acteurs financiers crédibles afin de définir quel sera notre avenir.  Cette acquisition n’entre pas dans ce cadre. Je ne la voterai pas.
Par effet de ricochet, je dirai même qu’elle handicape et qu’elle paupérise l’Île des Loisirs sans aucun artifice sur notre environnement.

Je m’explique : En commençant ce saupoudrage sans projet réel, les affaires sont bloquées sur l’Île des Loisirs dans l’attente d’un projet que nous n’avons pas les moyens d’engager.
Cette incertitude freine tous les investissements qui pourraient être réalisés dans les petites entreprises et pénalise les propriétaires qui ne trouvent plus d’acheteurs pour leurs affaires.

Si une solution est proposée, n’attendez plus !

L’Île se paupérise de jour en jour… Laissez la vivre… ou faites la revivre.. avec autres choses que des promesses mais avec un projet chiffré à la maniiére d’un gestionnaire .. Pas d’un illusionniste !

Florence DENESTEBE

Conseillère Municipale de la Ville d’Agde

N’hésitez pas à demander à vos conseillers municipaux des précisions sur les détails des délibérations à l’ordre du Jour de ce conseil municipal, notamment la note de synthèse.

A titre personnel, je me tiens à la disposition de chaque administré, sans aucune considération d’appartenance politique, pour présenter les dossiers proposés à notre analyse avant le conseil municipal dans la plus grande transparence afin que vous puissiez me faire part de vos questions ou de vos inquiétudes, soit par mail soit par téléphone au 06 16 10 73 03

Contact : florence.denestebe@laposte.net

 

Qu'en pensez-vous ?

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Météo de l'Hérault
Jeux concours

Depuis 1973, d’abord sous format magazine, puis via son site, Hérault Tribune informe le public des événements qui se produisent dans le grand Agathois, le Biterrois et le bassin de Thau.

logo hje

Depuis 1895, l’Hérault Juridique & Economique traite l’économie, le droit et la culture dans son hebdomadaire papier, puis via son site Internet. Il contribue au développement sécurisé de l’économie locale en publiant les annonces légales.