Lunel : le maire et le préfet "Action Cœur de Ville" parlent de la métamorphose de la ville

Hérault Tribune Pro Reportage

Vendredi 20 janvier, le maire de Lunel Pierre Soujol a accueilli le préfet Rollon Mouchel-Blaisot, directeur national du programme “Action Cœur de Ville”, un dispositif destiné à accompagner les municipalités volontaires.

©Louise Brahiti

Engagé dans une démarche d’ampleur avec le projet Métamorph’Ose, le maire de la cité pescalune a rapidement identifié le dispositif né en 2018 comme un outil dont la Ville de Lunel pourrait tirer profit. Lors de la visite du préfet Rollon Mouchel-Blaisot, ce vendredi 20 janvier, l’édile a invité le représentant de l’Etat à une déambulation jalonnée par les grands chantiers entamés dans le cœur de ville.

Encourager l’alliance de la raison et de l’ambition

Le cheval de bataille du préfet Rollon Mouchel-Blaisot : la sobriété foncière. Depuis la mise en place du dispositif “Action Cœur de Ville”, son directeur dialogue avec les édiles des “villes à taille humaine” afin d’aider leurs municipalités dans la quête du développement raisonné.

“Nous avons lancé ACV début 2018 parce que nous avons en France des petites et moyennes villes qui possèdent un potentiel de croissance durable inestimable, explique le préfet. Ce sont des villes qui ont un rôle essentiel et irremplaçable, qui viennent renforcer les métropoles et les grandes villes par leurs situations et leurs services. Aujourd’hui, les loyers des grandes villes ne permettent pas aux citoyens qui y travaillent d’y vivre. Les villes concernées par le dispositif arrivent à marier les deux situations, en offrant tous les services, en investissant dans la création d’emplois et en créant ou en rénovant des habitations. Avec ACV, l’objectif est d’accompagner ces villes pour qu’elles ne soient pas fragilisées et qu’elles puissent activer leurs potentialités de façon ambitieuse.”

Un développement fort, encouragé, qui doit prendre en compte les nouvelles politiques en matière de développement commercial et de protection de l’environnement. “Pendant cinq décennies, notre modèle de développement s’est basé sur l’étalement, reconnaît le préfet. En France, nous avons le record européen du nombre de zones commerciales et commerces situés en périphérie des villes. Résultat, de nombreux cœurs de ville se sont vidés. C’est une situation intenable économiquement, socialement et écologiquement. Aujourd’hui, nous sommes sur de nouvelles formes d’organisation du travail, un nouveau rapport entre la ville et le cadre de vie, il est urgent de prendre en compte ces évolutions. Avec ACV, notre volonté est de voir les cœurs de ville réinvestis et de réduire fortement l’étalement urbain, ainsi que l’artificialisation des terres agricoles, viticoles et naturelles.”

Revitaliser les cœurs de ville par le biais de l’attractivité

Pour le préfet Rollon Mouchel-Blaisot, la quête du développement raisonné repose sur 4 piliers :

  • “Remettre”, soit revitaliser les cœurs de ville en attirant les commerçants, les services, les acteurs de la culture…
  • “Arrêter”, c’est-à-dire stopper les constructions à outrance
  • “Requalifier”, afin de ne pas mettre en opposition le centre-ville et les zones périurbaines
  • “Refaire la ville sur la ville”, soit encourager les investissements afin que la commune soit plus attractive, plus naturelle, plus résiliente et plus inclusive.

“La visite de ce matin confirme que la municipalité de Lunel est attachée à ces enjeux, les travaux en cours témoignent des investissements réalisés afin de revitaliser le cœur de ville, se réjouit le représentant de l’Etat. Végétalisation, rénovation de logement, aménagements pour les seniors et les familles, nous devons faire en sorte que les habitants restent chez eux. Notre ambition doit être celle de la ville intergénérationnelle qui procure un maximum de services. Elle doit être attractive pour toutes les générations et toutes les catégories sociales afin qu’elles aient envie d’y habiter, d’y travailler et d’entreprendre”.

Donner les clés aux municipalités

Pour accompagner le développement des villes avec une approche de sobriété foncière, le préfet affirme laisser les commandes aux élus, fins connaisseurs des besoins et des demandes de leurs administrés. “Action Cœur de Ville s’appuie sur les dynamiques locales, ajoute Rollon Mouchel-Blaisot. Les maires, les équipes municipales et les intercommunalités sont responsables de leurs projets. Elles connaissent leurs priorités. Le travail de l’Etat déconcentré, au niveau national, est de travailler avec les partenaires financiers et les experts afin d’accompagner du mieux possible en termes d’ingénierie, d’expertise et de financement, les projets qu’ils engagent au titre d’Action Cœur de Ville. Notre seule demande : que les élus ne fassent l’impasse sur aucun sujet. Pour mener une politique publique aussi ambitieuse, il faut aborder les sujets du commerce, du stationnement, des mobilités, du logement, des services, de l’éducation, etc. Tous les secteurs doivent être traités en simultané afin qu’ils soient abordés avec une vision globale.”

prefet soujol
Le maire Pierre Soujol (à droite) et le préfet Mouchel-Blaisot (à gauche) ©Louise Brahiti

Le maire de Lunel, convaincu par le raisonnement du dispositif, œuvre depuis son élection à la “Métamorph’Ose” de la cité pescalune. Conscient des potentialités de Lunel et des nouveaux enjeux à intégrer dans sa croissance, Pierre Soujol déclare tenir “un cap unique, le plus ambitieux possible”, celui de la reprise du cœur de ville, des espaces publics et de l’habitat. “Nous avons une vision à longs termes, explique l’édile. Nous travaillons sur les questions des espaces publics, de l’habitat insalubre, de la dynamisation commerciale, de la circulation… Nous voulons apaiser en cœur de ville pour rendre une qualité de vie aux habitants. Notre approche passe aussi par la végétalisation de Lunel, sur laquelle nous allons fortement appuyer, la création de coulées vertes, le rééquilibrage des espaces commerciaux entre le cœur de ville et la périphérie. Nous sommes très contraints au niveau du foncier donc aujourd’hui mon travail est de trouver des solutions pour que l’on puisse continuer de générer de l’emploi. L’une de ces solutions est de remettre en état de commercialisation des locaux abandonnés ou insalubres idéalement situés dans le cœur de ville. Les travaux entrepris à Lunel sont la preuve que nous mettons nos volontés à exécution. Cela demande beaucoup de travail, cette vision d’ensemble demande de faire de la couture urbaine.”

Une visite pour accompagner la spirale vertueuse

“Notre volonté en invitant le préfet Rollon Mouchel-Blaisot était de lui présenter la ville, ses enjeux, ses chantiers, de lui montrer que nous sommes déjà dans l’action et que de nombreux projets ont été concrétisés, continue Pierre Soujol. À travers toutes nos actions, une spirale vertueuse se crée. Aujourd’hui, nous portons des projets qui nous tiennent à cœur et nous espérons les voir être financés au mieux, à l’image de l’ancien temple protestant ou encore du chantier de l’avenue Victor Hugo. Mes prédécesseurs ont accompagné de nombreuses réalisations, mais celles-ci ne se trouvaient pas dans le cœur de ville, là nous procédons à un basculement. L’un des objectifs de cette invitation est d’obtenir le soutien de l’Etat sur certains de ces projets”.

Des propos qui n’ont pas échappé au préfet. “J’ai répondu à l’invitation avec plaisir, c’est toujours enrichissant d’échanger avec des élus afin de faire le point sur les actualités et les programmes qui touchent leurs territoires. La première phase d’ACV s’est terminée fin 2022 mais une deuxième aura lieu entre 2023 et 2026. Nous comptons sur Lunel pour cette saison 2.”

Qu'en pensez-vous ?

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Météo de l'Hérault
Hérault Tribune Pro Hérault Tribune Reportages

Depuis 1973, d’abord sous format magazine, puis via son site, Hérault Tribune informe le public des événements qui se produisent dans le grand Agathois, le Biterrois et le bassin de Thau.

 

logo hje

 

Depuis 1895, l’Hérault Juridique & Economique traite l’économie, le droit et la culture dans son hebdomadaire papier, puis via son site Internet. Il contribue au développement sécurisé de l’économie locale en publiant les annonces légales.