Médecins : les syndicats des généralistes libéraux appellent à la grève les 1er et 2 décembre prochains

Cette mobilisation, initiée au départ par le collectif "Médecins pour demain", est suivie par plusieurs syndicats : Jeunes Médecins, MG France, CSMF, SML.

(Crédit Rido/Canva)

Cette fois-ci, il ne s’agira pas pour les médecins de mettre un brassard ‘en grève’, mais bien de fermer leurs cabinets médicaux. C’est en tout cas ce à quoi les différents syndicats invitent à faire les médecins généralistes libéraux.

Les revendications

Le syndicat SML explique par exemple : « pour gagner la bataille de la consultation à 50 euros, nous n’avons pas d’autre choix que de nous mobiliser collectivement. Et cela commence par une démonstration de la détermination et de l’unité de la profession sur un mot d’ordre simple : la consultation à 50 euros, c’est maintenant« .

La FMF précise de son côté que « les médecins de terrain réclament de meilleures conditions de travail, passant entre autres par une revalorisation forte de leurs honoraires« , et rappelle le contexte difficile dans lequel les médecins travaillent : « la stagnation des honoraires depuis 7 ans, la multiplication des appels à la coercition, les demandes de la reprise des gardes obligatoires, les menaces de conventionnement sélectif, un PLFSS anti-libéral, la disparition annoncée du Forfait Structure, les tentatives de toute part pour morceler et dépecer la médecine libérale, et la dépouiller de ses missions pour les « déléguer », ou même les « transférer » à d’autres professions de santé, mais sans exonérer les médecins de la responsabilité de ces mêmes missions« .

Qu'en pensez-vous ?

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Météo de l'Hérault
Hérault Tribune Pro Hérault Tribune Reportages

Depuis 1973, d’abord sous format magazine, puis via son site, Hérault Tribune informe le public des événements qui se produisent dans le grand Agathois, le Biterrois et le bassin de Thau.

logo hje

Depuis 1895, l’Hérault Juridique & Economique traite l’économie, le droit et la culture dans son hebdomadaire papier, puis via son site Internet. Il contribue au développement sécurisé de l’économie locale en publiant les annonces légales.