Médicaments : des sirops contre la toux déclencheraient des allergies

L’Agence nationale de sécurité du médicament a publié le 1er septembre une mise en garde concernant certains sirops pour la toux.

Ces sirops entraineraient un risque important d’allergie aux curares (lors d’une anesthésie générale). L’Agence nationale de sécurité du médicament explique dans sa publication envisager de suspendre les autorisations de mise sur le marché : “d’après une nouvelle étude, la prise d’un médicament à base de pholcodine, utilisé contre la toux, expose à un risque important de faire une allergie grave aux curares, indiqués lors d’une anesthésie générale, même si l’anesthésie a lieu plusieurs semaines après la prise du médicament. Compte tenu du caractère non indispensable de ces sirops et de l’existence d’alternatives thérapeutiques, nous estimons que leur rapport bénéfice / risque est défavorable. En conséquence, nous envisageons de suspendre les autorisations de mise sur le marché (AMM) en France des sirops contre la toux à base de pholcodine“.

Quels sirops sont concernés ?

Les sirops à base de pholcodine sont utilisés pour calmer les toux sèches et les toux d’irritation chez les adultes et les enfants de plus de 30 mois et de plus de 15 kg. En France, ils ne peuvent être délivrés que sur ordonnance depuis 2011. Les sirops concernés par cette mise en garde de l’ANSM sont : le Dimétane sans sucre 133 mg/100 ml, sirop (Biocodex) ; le Biocalyptol 6,55 mg/5 ml sans sucre, sirop édulcoré à la saccharine sodique et au maltitol liquide (Zambon) ; le Biocalyptol, sirop (Zambon) et le Pholcodine Biogaran 6,55 mg/5 ml, sirop (Biogaran).

Qu'en pensez-vous ?

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Jeux concours
Météo de l'Hérault
Hérault Tribune Pro Hérault Tribune Reportages

Depuis 1973, d’abord sous format magazine, puis via son site, Hérault Tribune informe le public des événements qui se produisent dans le grand Agathois, le Biterrois et le bassin de Thau.

logo hje

Depuis 1895, l’Hérault Juridique & Economique traite l’économie, le droit et la culture dans son hebdomadaire papier, puis via son site Internet. Il contribue au développement sécurisé de l’économie locale en publiant les annonces légales.