Montpellier : grand oral pour Cédric Grail (SERM-SA3M)

Reportage

L’association Cobaty Montpellier qui réunit près de 70 professionnels intervenant dans la construction, a invité lundi 28 mars, Cédric Grail, le nouveau directeur général de la SERM-SA3M et d’ACM Habitat, en cours de rapprochement.

Cédric Grail © M_Weisbuch

Le président de Cobaty Montpellier Abdel Ameur a chaleureusement accueilli Cédric Grail. Il a laissé à Ethel Camboulives le soin d’animer les échanges et d’amener le nouveau directeur général de la SERM-SA3M sur les sujets d’aménagement, de calendrier et d’orientation de la politique de logements sociaux.

Nommé le 16 septembre dernier, Cédric Grail incarne, selon ses mots, “cette unité de commandement que cherchait Michaël Delafosse pour accélérer les politiques publiques de l’aménagement, de l’énergie et du logement”. Il comble une lacune qui empêchait parfois “une bonne coordination” entre les 3 entités. A titre d’exemple, en début de mandat de Michaël Delafosse, “Montpellier restait l’une des dernières Métropoles françaises à ne pas bénéficier d’un Organisme foncier solidaire (OFS). C’est maintenant chose faite”. L’aménageur public, l’énergéticien, et le bailleur social sont désormais réunis sous la même autorité, facilitant la prise de décision et la mise en action. La Métropole subit la pression démographique et son président Michaël Delafosse s’est engagé à obtenir rapidement des résultats concrets et visibles. Cédric Grail aura maintes occasions pour rappeler que l’aménagement d’un territoire s’inscrit dans la durée tout en donnant le plus tôt possible aux habitants le sentiment du changement.

8 000 logements, un début

Aux Assises du territoires du 9 février dernier, 3 grands axes de travail ont été énoncés par Michaël Delafosse : un plan pluriannuel d’investissement de 3,5 milliards d’euros, les folies architecturales et l’accélération de la production de logements dans un contexte actuel de crise. Les cobatystes (architectes, avocats de la construction, chefs d’entreprise du bâtiment, promoteurs immobilier, géomètres…), réunis ce lundi 28 mars, sont donc aux premières loges. Selon Cédric Grail, l’investissement massif va créer une dynamique dont les effets se feront ressentir rapidement sur le territoire.

Une première consultation auprès des promoteurs immobiliers se met en place. Elle concerne 100 lots en 2022 et 2023, soit 8 000 logements nous apprend Cédric Grail. La Métropole a voulu jouer la transparence en envoyant un formulaire aux promoteurs afin qu’ils se positionnent sur les lots. Aux professionnels, il est demandé de la quantité mais pas à n’importe quel prix, et parallèlement, on s’inquiète de l’envolée des prix. Un mixte d’innovation, de prise en compte des usages et de la mobilité, devra servir de boussole pour la construction des futurs logements. Une exigence toute particulière sera attendue sur la qualité architecturale.

Des quartiers avec une âme

Parmi les réflexions que Cédric Grail partage avec les cobatystes, on retiendra une possible orientation vers des quartiers plus petits. L’objectif : leur garantir une âme. Un chant du cygne pour les grands ensembles que la division de la Zac de la Restanque en plusieurs “sous-zac” pourrait inaugurer. Chaque architecte pensera les usages sur une portion plus petite, au contraire du paysagiste qui conservera une vue d’ensemble.

L’objectif est aussi de rééquilibrer la ville à l’ouest. Il s’agit notamment d’investir massivement sur le quartier de la Mosson. Aux 400 millions d’euros qui vont financer le projet de la Mosson, il faut ajouter 50 millions d’euros obtenus récemment auprès de l’Anru (Agence nationale pour la rénovation urbaine), par Michaël Delafosse. Preuve pour Cédric Grail, que ce projet est soutenu et que les pouvoirs publics attendent sa concrétisation. Que la SERM soit délégataire pour redresser le quartier et ACM Habitat gestionnaire de 3 500 logements, soit 40% de la population, devrait nous réjouir de la fusion récente des deux acteurs, selon Cédric Grail. Il y voit l’opportunité d’enrichir la politique de relogement urbain grâce à une meilleure connaissance du terrain qu’offre le contact avec le tissu associatif, les commerçants et les habitants des logements sociaux.

L’exemplarité

Mais un autre acte symbolique devrait frapper les consciences à entendre Cédric Grail. L’installation de cette nouvelle entité issue de la fusion de la SERM, SA3M et ACM, à la Mosson. Ce sont, à terme, 400 à 500 salariés qui vont se mêler à la population, changer leurs habitudes, investir le quartier. Ils vont peut-être songer à s’en rapprocher, voire s’y installer, laisse entendre Cédric Grail. C’est surtout le signe d’une “projection de la puissance publique à la Mosson” insiste-t-il. Un effort, un comportement exemplaire qui doit provoquer une adhésion au projet, et ainsi plaider pour sa réussite.

L’évocation du projet de la Mosson a suscité des questions de la part des cobatystes sur l’urbanisme transitoire. “Les opérations d’aménagement sont parfois tellement longues, a précisé Cédric Grail, qu’il faut, avant, donner à voir quelque chose aux citoyens”. Ethel Camboulives ajoute : “Il faut changer l’image du lieu avant que le projet urbain le transforme de façon pérenne”. La halle tropisme en est un exemple. A la Mosson, l’urbanisme transitoire concernerait notamment le centre commercial Saint-Paul. Avant même que ne commencent les démolitions, il est envisageable d’y “accueillir des artistes et des événements”, suggère Cédric Grail. La candidature de Montpellier pour être capitale européenne de la Culture, l’invite à imaginer à la Mosson un territoire expérimental de culture.

Qu'en pensez-vous ?

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Jeux concours
Météo de l'Hérault
Hérault Tribune Pro Hérault Tribune Reportages

Depuis 1973, d’abord sous format magazine, puis via son site, Hérault Tribune informe le public des événements qui se produisent dans le grand Agathois, le Biterrois et le bassin de Thau.

logo hje

Depuis 1895, l’Hérault Juridique & Economique traite l’économie, le droit et la culture dans son hebdomadaire papier, puis via son site Internet. Il contribue au développement sécurisé de l’économie locale en publiant les annonces légales.