Montpellier : les produits locaux dans le panier des Restos du cœur

La convention signée au marché des producteurs locaux lundi 15 novembre a pour objectif d'augmenter la production agricole locale et d'améliorer la qualité de l'aide alimentaire pour les Restos du cœur.

Photo © Mathieu Weisbuch

Sous l’immense toit de la halle, le Marché d’intérêt national (MIN), les Restos du cœur et l’association des producteurs d’Occitanie ont signé une convention qui doit permettre l’approvisionnement de fruits et légumes frais, produits localement, aux bénéficiaires de l’aide alimentaire.

Un premier succès

La première opération de ce nouveau partenariat s’est déroulée quelques heures plus tôt, sur “le carreau”, nom donné à l’emplacement délimité par un tracé rectangulaire où les producteurs présentent leur marchandise. Ce premier arrivage de 2,8 tonnes était composé de choux-fleurs, de céleris en branches et de poireaux originaires de Mauguio, Lansargues et Lunel-Viel. Les bénévoles venus réceptionner ce premier convoi “n’en revenaient pas de la qualité des produits” a rapporté Joël Papon, président des Restos du cœur de l’Hérault.

La convention entre dans le cadre du bouclier social et de l’aide alimentaire de la Ville et de la Métropole de Montpellier. Etaient présents pour la signature, l’adjointe au maire, déléguée à la politique alimentaire et à l’agriculture urbaine, Marie Massart, mais, a-t-elle précisé, “présente aujourd’hui en tant que présidente du MIN de Montpellier”, accompagnée de l’adjoint au maire délégué à la Ville fraternel et solidaire, Michel Calvo, de Joël Papon et de Bertrand de Benaze, président de l’association des producteurs locaux.

Les vertus du circuit court

Le MIN va assurer la traçabilité des produits, donc le respect du cahier des charges de l’alimentation locale. Celui-ci exige que l’origine des produits soit limitée à un rayon de 50 kilomètres autour de l’entrepôt des Restos du cœur, situé à Vendargues. Par cette action, le MIN contribue aussi à diminuer l’empreinte carbone pour l’acheminement des produits, en privilégiant le circuit court. Mais ce progrès se retrouvera surtout dans l’assiette des bénéficiaires de l’aide alimentaire. Un poireaux ayant voyagé de longs jours n’a pas la même allure que celui qui à mis moins d’une heure à quitter les mains de son producteur pour se retrouver dans celles des bénévoles du Restos du cœur. Trop souvent, malheureusement, la marchandise fatiguée par le circuit long n’était plus utilisable.

signature
Légumes sur le carreau à la halle du MIN – © Mathieu Weisbuch

Mobiliser les producteurs locaux

La concrétisation du projet tient aussi au rôle tenu par l’association des producteurs locaux. Avec une quarantaine d’adhérents mais autant de collaborateurs ponctuels, elle accompagne les producteurs afin qu’ils s’organisent au mieux pour répondre à la nouvelle demande. L’association des producteurs d’Occitanie aidera à la planification des mises en culture pouvant produire de gros volumes, tout en assurant une diversité dans l’approvisionnement. En effet les commandes apportées par la convention signée avec les Restos du cœur devraient représenter d’ici 2024 un volume de 180 tonnes. C’est qu’il va falloir planter, arroser et laisser pousser. Si les premières plantations de légumes prévues en janvier donneront au printemps prochain une récolte conséquente, celles des arbres fruitiers vont imposer un délai de trois à quatre ans avant que les Restos du cœur en bénéficient. Les produits issus de cette opération seront proposés au prix du marché, avec l’objectif d’assurer aux producteurs une juste rémunération.

Une alimentation plus saine

La Ville et la métropole de Montpellier inscrivent la nouvelle convention dans le cadre de l’aide alimentaire. Une étude sollicitée auprès du Cirad et de l’institut Sup agro, menée de novembre 2020 à mars 2021 auprès des acteurs et des bénéficiaires de l’aide alimentaire, montrait que la distribution des 2500 repas par jour en moyenne, soit près d’un million par an, était suffisamment bien répartie. Néanmoins, la qualité de l’approvisionnement semblait faire défaut selon certains associations. La mobilisation des producteurs locaux est une réponse qui devrait permettre aux 20000 bénéficiaires des Restos du cœur de recevoir deux fois par semaine une alimentation plus saine.

L’association des producteurs d’Occitanie veut garantir la quantité et la qualité des produits frais. Elle donne ainsi des moyens aux organismes de l’aide alimentaire pour favoriser une alimentation saine au plus grand nombre. Déjà partenaire du secours populaire, l’association espère développer avec les Restos du cœur une expérience comme celle qui consiste à mettre sous emballage tous les produits frais nécessaires à un pot-au-feu, avec la recette en plus.

Qu'en pensez-vous ?

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Jeux concours
Météo de l'Hérault
Hérault Tribune Pro Hérault Tribune Reportages

Depuis 1973, d’abord sous format magazine, puis via son site, Hérault Tribune informe le public des événements qui se produisent dans le grand Agathois, le Biterrois et le bassin de Thau.

logo hje

Depuis 1895, l’Hérault Juridique & Economique traite l’économie, le droit et la culture dans son hebdomadaire papier, puis via son site Internet. Il contribue au développement sécurisé de l’économie locale en publiant les annonces légales.