Montpellier, visite de Jean Castex : l'Etat débloque 1,42 milliard d'euros pour le système de santé en Occitanie

Reportage

En visite à Montpellier ce vendredi 5 novembre, le Premier ministre Jean Castex a annoncé que l'Etat va investir 1,42 milliard d'euros dans le système de santé d'Occitanie, dans le cadre du plan d'investissement du Ségur de la santé.

La visite du Premier ministre à Montpellier est essentiellement axée sur la thématique du plan d’investissement du Ségur de la Santé en Occitanie. Ce déplacement fait suite à la présentation du plan d’investissement en santé, qui avait eu lieu en deux temps, en mars et octobre. Le plan d’investissement est le deuxième pilier du Ségur de la santé avec la revalorisation des métiers du soin dans les hôpitaux et les Ehpad, volet dont la mise en œuvre est quasiment achevée : environ 9 milliards d’euros ont été mobilisés par l’Etat pour que les professionnels de santé se sentent reconnus dans leur travail.

portrait jean castex
Le Premier ministre Jean Castex © Virginie Moreau.

« Au total, l’enveloppe mobilisée par l’Etat pour la Région Occitanie est de 1,6 milliard d’euros, dont 1,42 milliard d’euros pour le secteur sanitaire et 220 millions d’euros pour le médico-social », a indiqué le Premier ministre Jean Castex. 427 millions d’euros seront consacrés au désendettement des établissements publics et privés. 179 millions d’euros seront dédiés aux investissements du quotidien, dont 80 millions déjà débloqués pour 2021. Le reste sera dévolu à des projets structurants. Ces enveloppes de l’Etat qui concernent 61 établissements de santé en Occitanie pourront être complétées par les collectivités territoriales qui le souhaitent, en fonction des projets.

Enveloppe et projets soutenus en Occitanie

Pierre Ricordeau, directeur général de l’ARS Occitanie, a piloté ce plan d’investissement du Ségur de la santé en Occitanie. Les projets qui ont été sélectionnés obéissent à plusieurs critères : ils répondent aux besoins de santé au vu du Guide du projet régional de santé, mis à jour en tenant compte des enseignements de la pandémie ; ils concernent des problématiques cruciales comme le vieillissement, la santé mentale ; ils visent à rattraper les retards d’investissements et pallier la vétusté d’équipements sanitaires ou médico-sociaux pour répondre aux attentes des usagers, aux besoins apparus avec la pandémie, et améliorer la qualité de vie des professionnels… ; ce sont de véritables projets de santé de territoires, qui ne portent pas uniquement sur un seul établissement. Beaucoup de projets ont été reçus et analysés par l’ARS ; un grand nombre seront accompagnés en Occitanie.

Pierre RICORDEAU, directeur général de l'ARS Occitanie.
Pierre RICORDEAU, directeur général de l’ARS Occitanie.

Cinq projets sanitaires prioritaires ont été retenus par l’ARS Occitanie : ils portent sur le Centre hospitalier universitaire de Montpellier, l’hôpital de Millau – Saint-Affrique, le Centre Hospitalier de Montauban, le Centre Hospitalier d’Auch et enfin l’hôpital commun Tarbes-Lourdes.

Il s’agit là des 5 projets les plus importants sélectionnés en Occitanie, mais des fonds seront également accordés à 61 établissements de santé, 178 Ehpad et 28 établissements pour personnes en situation de handicap d’Occitanie, soit à 267 établissements porteurs de projets en tout. Les projets sanitaires permettent d’avoir une vision sur dix ans, ceux qui concernent le secteur médico-social donnent une vision à cinq ans.

Parmi les projets retenus, il s’agit par exemple de faire revenir l’imagerie dans certaines zones qui en étaient dépourvues, de mettre en place des lieux de prise en charge psychologique, d’assurer une présence territoriale sanitaire ou médico-sociale plus importante, un maillage plus fin de la région.

Le plan d’investissement part du principe que des dysfonctionnements existaient précédemment dans le soutien aux établissements de santé. Plus de 85 % des enveloppes concernaient les CHU et très gros CH, pas les établissements de petite taille. Par conséquent, certains territoires disposent actuellement d’établissements vieillissants. Dans ce nouveau plan d’investissement du Ségur de la santé, plus de 75 % des projets concernent des établissements de petite et moyenne tailles, pour redynamiser l’offre de santé et médico-sociale des territoires.

La stratégie préétablie est de contribuer à lutter contre les inégalités d’accès à la santé en effectuant un maillage sur tous les territoires et à tous les échelons : CHU, hôpitaux généraux, hôpitaux de proximité…

Les « investissements du quotidien » du Ségur de la santé ont déjà débuté en Occitanie

Depuis début 2021, des enveloppes ont été attribuées à des établissements pour leurs investissements du quotidien dans du petit matériel, des réaménagements, des petits projets pour améliorer la prise en charge des malades et la qualité de vie au travail des soignants. Au total 80 millions d’euros auront été accordés en Occitanie sur ces petits projets du quotidien.

Le CHU de Montpellier, un emblème

Selon Pierre Ricordeau, directeur général de l’Agence régionale de Santé d’Occitanie, « le CHU de Montpellier est emblématique d’un établissement qui, sans le Ségur de la santé, n’aurait pas pu lever les contraintes qui l’empêchent de progresser : rénovations de grande ampleur à effectuer, nécessité de rassembler sur un seul site des services jusque-là éclatés sur plusieurs sites ».

Le CHU de montpellier
Le CHU de Montpellier

Dans le cadre du plan d’investissement du Ségur de la santé, le CHU de Montpellier sera très fortement accompagné financièrement, à hauteur de 250 millions d’euros, selon le Premier ministre Jean Castex. Il s’agit de l’un des plus gros projets soutenus ; il bénéficie d’une enveloppe très conséquente.

Au CHU, le Premier ministre a visité un bâtiment important, qui abrite le service Réanimation cœur poumon, où se trouvent encore des chambres à 4 lits. Ce bâtiment sera entièrement rénové grâce à l’enveloppe mobilisée par l’Etat. Il a également tenu à saluer les soignants du service de réanimation médicale du CHU, en cette période de petite reprise épidémique.

A la fin de sa visite du CHU, le Premier ministre Jean Castex a prononcé un discours à portée nationale et régionale autour des grandes lignes de la stratégie élaborée par l’ARS Occitanie et de ses grands projets prioritaires.

Et au niveau national…

Au niveau national, plus de 3 000 établissements de santé et médico-sociaux bénéficieront du plan d’investissement du Ségur de la Santé, plus de 1 300 établissements seront assainis financièrement et plus de 800 établissements verront leurs projets structurants soutenus entièrement ou en partie. Diverses activités sont concernées par ces projets : la santé mentale, les soins de suite et réadaptation, les secteurs public et privé…

La concertation pour méthodologie principale

Dans l’entourage de Jean Castex, on se félicite qu’en sept mois, malgré la pandémie, les ARS aient pu donner de la visibilité et des certitudes aux établissements pour les dix ans à venir. La méthode d’instruction des projets a été revue et déconcentrée, revenant aux ARS, ce qui a permis une réactivité plus rapide au lieu des cinq années habituelles entre le dépôt et l’aboutissement d’un financement de projet.

Pierre Ricordeau, directeur général de l’Agence régionale de Santé d’Occitanie, explique : « Depuis le printemps 2021, une large concertation – associant les acteurs de la santé, mais aussi les élus et d’autres acteurs – a été menée par l’ARS Occitanie, tenant compte des spécificités de notre région : son étendue, sa composition diversifiée entre zones littorales et zones de montagne, sa forte croissance démographique, le vieillissement important, sa situation sociale plus défavorisée que la moyenne nationale ». Il ajoute : « On s’est inspirés du projet régional de santé, des enseignements de la pandémie, des besoins des territoires (fédérations, unions, communautés hospitalières, établissements publics et privés, groupements hospitaliers de territoire, acteurs citoyens), dans un esprit de territorialité et de solidarité ».

Contexte de la venue de Jean Castex

D’abord le 9 mars, à Cosnes-sur-Loire, Jean Castex avait annoncé l’engagement de ce plan d’investissements de 19 milliards d’euros au niveau national. Sur cette somme, 15 milliards d’euros seront attribués aux établissements de santé, 1,5 milliard d’euros ira à la rénovation et la construction d’EHPAD, et 2 milliards d’euros seront mobilisés pour le numérique. Il a annoncé la mobilisation de ces ressources, fixé les grands objectifs et confié le soin aux ARS d’établir une stratégie de déploiement de ce plan d’investissement en déterminant les grandes lignes et les grands objectifs de santé et en sélectionnant les projets prioritaires (établissements de santé publics et privés ; établissements liés à l’autonomie, sur la base d’une large concertation avec les présidents des conseils de surveillance, les élus locaux, maires, présidents des conseils départementaux et conseils régionaux engagés dans stratégie régionale, etc.

Dans un deuxième temps, il y a deux semaines à Dijon, le Premier ministre avait confirmé que les ARS avaient pu élaborer ce travail de mise en œuvre de la stratégie d’investissement et qu’il était désormais possible de commencer à présenter les stratégies régionales et les montants région par région. Le ministre de la Santé Olivier Véran et Brigitte Bourguignon, ministre déléguée auprès du ministre des Solidarités et de la Santé, chargée de l’Autonomie (présente à montpellier ce vendredi pour le volet EHPAD) présenteront les projets prioritaires et les montants dans les territoires. Pour sa part, Jean Castex s’était engagé à participer à la présentation en Occitanie. C’est chose faite aujourd’hui, à l’occasion de sa visite au CHU de Montpellier.

Qu'en pensez-vous ?

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Météo de l'Hérault
Hérault Tribune Pro Hérault Tribune Reportages

Depuis 1973, d’abord sous format magazine, puis via son site, Hérault Tribune informe le public des événements qui se produisent dans le grand Agathois, le Biterrois et le bassin de Thau.

logo hje

Depuis 1895, l’Hérault Juridique & Economique traite l’économie, le droit et la culture dans son hebdomadaire papier, puis via son site Internet. Il contribue au développement sécurisé de l’économie locale en publiant les annonces légales.