PEZENAS - De nouvelles priorités pour notre Département par Géraldine D'ETTORE-SANCHEZ et Gérard DUFFOUR

De nouvelles priorités pour notre Département Les 22 et 29 mars prochains, vous aurez…

De nouvelles priorités pour notre Département

Les 22 et 29 mars prochains, vous aurez à renouveler vos conseillers généraux. Le nouveau mode de scrutin vous amène à élire un couple de conseillers départementaux, dans notre canton de Pézenas élargi. Votre décision revêt un très grand intérêt car vous aurez à choisir, pour 6 ans, ces élus de proximité qui restent après les maires, les représentants les plus proches de la population. Nous nous proposons à vos suffrages avec le seul intérêt de nous mettre à votre service, pour défendre notre territoire, et améliorer votre quotidien. Les valeurs que nous défendons : solidarité, partage, dialogue, proximité, sont les critères de notre engagement. Le conseiller départemental a 2 rôles : il agit dans la gestion du conseil et il agit sur le terrain dans les cantons en relation intime avec les maires et les concitoyens.

I/ Le développement de l’emploi et une solidarité mieux ciblée

Avant d’agir il faut comprendre où en est financièrement le conseil départemental. Le budget total du département est de 1,4 milliard d’euros. Les postes de dépenses principaux sont : Action sociale 800 millions d’euros, services généraux 150 millions d’euros, réseau routier 100 millions d’euros, enseignement 75 millions d’euros, développement économique  27 millions d’euros. En 2014, la dépense sociale a augmenté de 5%. Il a donc fallu diminuer la dotation pour le réseau routier de 5%, celle de l’enseignement de 15%, celle du développement économique de 10%. Et malgré ces restrictions, il a fallu avoir recours à un emprunt important. Pour la première fois, la dette du département a dépassé 500 millions d’euros soit une augmentation de 315% en 10 ans. La conséquence de tout cela sera une augmentation de la pression fiscale qui est déjà supérieure de 10% à la pression moyenne des autres départements. Qui dit pression fiscale dit baisse du pouvoir d’achat ! Elle a augmenté de 21% depuis 2007.

De plus, la réduction des dotations de l’état, décidée par l’actuel gouvernement, va accentuer cette tendance dont la cause principale demeure l’incapacité de l’exécutif départemental à réaliser des économies nécessaires. Sans attendre, il nous faut agir très fortement afin d’enrayer les dépenses du conseil départemental.

Nous nous engageons à réduire les dépenses annexes : les frais de communication, les dépenses de protocole, les charges liées aux relations internationales, nous arrêterons les dépenses de constructions somptuaires (pierres vives).

Nous nous engageons à stopper l’évolution des dépenses de personnel (5500 employés, 118 directeurs de pôles). Nous tenterons de limiter l’augmentation des dépenses sociales.

La solidarité est la compétence principale de l’institution départementale. Celle-ci devra concentrer l’aide sur nos concitoyens les plus fragiles. Nous sommes pour la solidarité qui lie et rapproche les générations mais nous préférons rompre avec la logique d’assistanat qui met à bas la valeur du travail. Il faut stabiliser l’augmentation suicidaire des dépenses du RSA pour permettre le maintien des mesures d’accompagnement prioritaires en direction des personnes âgées, des handicapés, des enfants, et développer la formation !

Nous renforcerons les processus de vérification et de contrôle d’attribution du RSA. Nous limiterons le budget relatif aux mesures d’accompagnement liées au RSA non obligatoires (20 millions d’euros quand même). Nous inciterons les allocataires dans la mesure de leurs capacités physiques à effectuer des travaux d’intérêts collectifs.

Nous renforcerons les processus de vérification et de contrôle de l’aide à la formation professionnelle.

Ainsi, nous pourrons garantir pour les personnes âgées, le financement de l’allocation personnalisée d’autonomie.

Ainsi, nous pourrons soutenir les nombreuses associations où se retrouvent les retraités actifs.

Ainsi, nous pourrons améliorer la prise en charge des handicapées.

Ainsi, nous pourrons améliorer les actions de la prévention maternelle infantile que je connais très bien (la France est passée de la 5ème à la 17ème place dans les pays européens en 5 ans pour la prévention de la prématurité et de la mortalité périnatale).

L’augmentation continue du nombre de chômeurs et donc d’allocataires par les charges qu’elle génère sur les autres emplois rend encore plus difficile l’insertion dans une autre activité économique qui ne bénéficie pas d’aides de l’Etat. Malheureusement, trop de solidarité tue la solidarité. Le côté attractif de notre région ensoleillée incite naturellement ces personnes en difficulté à venir s’y installer. Il nous faudra faire comprendre cela à l’Etat pour qu’il en tienne compte lors du chiffrage de sa dotation.

Tout cela met dangereusement en péril toutes les autres actions sociales, mais nous nous acharnerons, en favorisant l’emploi, à redonner la dignité et le bonheur à tous ceux qui galèrent. Dans cette optique, nous renforcerons le développement économique notamment en complétant et stimulant l’offre touristique héraultaise (52000 emplois directs et indirects : 15 % du PIB départemental). Nous créerons des circuits courts pour l’agriculture, la pêche et l’ostréiculture. Nous soutiendrons le BTP en incitant à l’exécution de travaux routiers et de réhabilitation de l’habitat. Nous finaliserons d’autre part l’installation du réseau à haut débit numérique sur le canton. La première solidarité reste donc l’emploi.

II/ Une meilleure qualité de vie au sein d’un territoire plus attractif

La protection des biens et des personnes doit être considérée, avec le développement économique, comme la priorité de l’action engagée à votre service.

Nous nous engageons à renforcer le réseau de vidéo protection au sein des collèges pour mieux protéger nos enfants, a étendre les dispositifs de télé alarme à domicile pour mieux sécuriser les personnes âgées, à rénover les centres de secours des sapeurs pompiers de manière la plus équitable possible, à engager un programme de réaménagement du réseau routier départemental. La modernisation de nos routes doit être une priorité de notre action. Il en va de la sécurité de tous, de l’attractivité économique de notre territoire. Nous sécuriserons les carrefours et les routes les plus dangereuses, notamment celles bordées par des platanes et dans cette optique nous continuerons l’installation de glissières de sécurité.

Par ailleurs, et comme vous le savez, la vigne est le dénominateur commun de ce grand canton, une composante essentielle de son identité et de sa culture, et un moteur de son économie. Il nous faut veiller à l’amélioration de nos productions, dans le respect de l’environnement et avec la volonté de valoriser nos paysages. Nous poursuivrons les efforts déjà accomplis pour accompagner les bonnes pratiques vitivinicoles qui visent à l’amélioration de la qualité du vin. Tous les grands pays producteurs le font en nous copiant. Ne nous laissons pas doubler. Il faut aller vers une culture raisonnée pour la préservation de notre environnement. Nous encouragerons et faciliterons les créations d’aires de lavage et de dépollution des machines agricoles. L’arrosage viticole en période de sècheresse permettra une régularité de production dans la qualité, gage de meilleure commercialisation à long terme. Il faut valoriser les terres en friche en favorisant l’émergence de nouvelles activités agricoles maraîchères et fruitières. Nous favoriserons la promotion de formations qualifiantes de haut niveau pour les métiers et pratiques agricoles au sein des lycées de la Condamine et de Bonne Terre et la création de filières spécifiques que sont l’œnologie, la vinification et la conservation des vins en relation directe avec l’école d’agriculture de Montpellier. Nous soutiendrons les producteurs héraultais en accompagnant le développement des circuits courts de commercialisation, respectueux de notre environnement. Nous organiserons une stratégie de développement touristique, et plus particulièrement oenotouristique, qui associera les atouts de notre littoral, et la richesse de nos campagnes.

Enfin, nous développerons le tourisme culturel et patrimonial. Notre territoire est riche d’un patrimoine architectural et naturel qui fait son attractivité. Cela constitue autant d’atouts pour son avenir. Du fait de sa proximité avec le littoral qui accueille chaque année des millions de visiteurs, il a vocation à représenter un pôle touristique majeur. Aussi, nous souhaitons mobiliser l’ensemble des acteurs publics et privés, pour structurer cette offre complémentaire, et porteuse de nombreux emplois. Nous renforcerons le rayonnement culturel du canton (représentations théâtrales, expositions, concerts délocalisés). Nous aiderons à l’émergence de projets liés à la création de circuits de randonnées pédestres sur 2 ou 3 jours jalonnés de gites étapes. Nous protègerons, embellirons, rénoverons nos centres anciens, nos circulades, nos spécificités villageoises. Enfin, nous accompagnerons les initiatives des commerçants, pour soutenir dans les cœurs des villages, le commerce de proximité.

Voilà donc quelle sera notre approche des problèmes du canton.

Avec Géraldine Sanchez-D’Ettore, nous nous présentons à vos suffrages avec la détermination d’agir face aux difficultés économiques, sociales et politiques que nous traversons. Nous serons bien épaulés dans nos actions, avec à nos côtés Robert Gairaud, Maire de Pomerols et Geneviève Farenc, des remplaçants de qualité et enracinés dans notre territoire. Pour ma part, de par ma profession, j’ai toujours été à l’écoute des familles dans leurs difficultés, leurs angoisses, et fait de mon mieux pour les aider. Cet engagement au service des autres, je veux le poursuivre dans la mission de conseiller départemental. Si vous nous accordez vos suffrages, votre confiance, ensemble avec Géraldine nous pourrons améliorer le quotidien de chacun et donner espoir aux jeunes. Nous tiendrons des permanences régulières afin de recevoir ceux qui souhaitent évoquer leurs difficultés. Nous rendrons compte 2 fois par an de notre travail de conseillers et veillerons à une répartition équitable des subventions et des actions sur le canton. Nous conjuguerons nos efforts pour dynamiser, valoriser notre territoire que nous aimons tant, et donner à chacun, la place la plus agréable possible qu’il espère y trouver. Aussi, c’est avec enthousiasme et esprit de responsabilité que nous sollicitons vos suffrages dimanche prochain. Alors mobilisez-vous et aidez-nous à faire triompher l’intérêt de notre canton.

 

Gérard Duffour, Candidat avec Géraldine Sanchez-D’Ettore de l’Union de la droite aux élections départementales sur le canton de Pézenas

Remplaçants : Robert Gairaud et Geneviève F

Qu'en pensez-vous ?

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Jeux concours
Météo de l'Hérault
Hérault Tribune Pro Hérault Tribune Reportages

Depuis 1973, d’abord sous format magazine, puis via son site, Hérault Tribune informe le public des événements qui se produisent dans le grand Agathois, le Biterrois et le bassin de Thau.

logo hje

Depuis 1895, l’Hérault Juridique & Economique traite l’économie, le droit et la culture dans son hebdomadaire papier, puis via son site Internet. Il contribue au développement sécurisé de l’économie locale en publiant les annonces légales.