Vécu, Béziers : Elisa, "drogué, mon mari nous a ruinés"

Reportage

Séparée, Elisa a 43 ans, trois enfants, et des tonnes de soucis. En cause, son ex-mari, qui a endetté leur couple pour s'acheter toujours plus de cocaïne…

Photo d’illustration : © Nathan Dumlao / Unsplash.

Une belle rencontre

“Quand je l’ai rencontré, j’étais sur un petit nuage”, explique Elisa. “Après avoir quitté le père de ma fille, je me trouvais en plein doute. Pourrais-je un jour retrouver l’amour ? Je ne croyais plus trop en les hommes. Et j’ai rencontré Marc. Grand, beau, élancé, il était sûr de lui, léger. Il m’a emmenée dans le tourbillon de l’amour. Il gagnait très bien sa vie. Je me suis dit qu’une nouvelle vie, heureuse, s’ouvrait à moi. Alors je l’ai aimé corps et âme.”

“Très vite, Marc m’a dit qu’il voulait un enfant de moi. J’ai été rapidement enceinte, et nous nous sommes mariés dans la foulée. Lorsqu’il m’a dit que je devrais arrêter de travailler pour m’occuper de notre petit, j’ai effectivement jugé que ce serait mieux pour notre enfant à naître. J’ai donc interrompu ma carrière. A l’époque, je tenais une boutique très florissante. Et notre petit Raphaël est né”, se souvient Elisa.

A la naissance de leur fils, Marc exulte. Certes, les mois suivants, son humeur est en dents de scie. Mais Elisa met cela sur le bouleversement lié à la naissance et sur le manque de sommeil, le petit ne faisant pas ses nuits.

La cruelle réalité

Malheureusement, des ennuis financiers se profilent. “Un jour, nous avons reçu une lettre recommandée de notre propriétaire demandant le paiement de plusieurs mois de loyer. Je suis tombée des nues. Pourtant, je lui payais bien ma part. Cela signifiait que mon mari n’avait pas payé la sienne. J’ai donc immédiatement téléphoné à ce monsieur pour lui demander des précisions. Et il m’a confirmé que mon époux ne l’avait pas payé depuis six mois ! Le soir, lorsque Marc est rentré du travail, je lui ai demandé ce qu’il se passait. Il m’a expliqué qu’il avait du mal à gérer son cabinet de dentiste et qu’il ne s’en sortait plus. Je lui ai proposé mon aide, ayant de l’expérience dans la gestion d’une boutique”.

Elisa explique : “Lorsque j’ai commencé à regarder ses papiers professionnels, j’ai été effarée en découvrant que mon mari n’avait aucun sens de l’organisation. Et en inspectant ses dépenses, j’ai remarqué qu’il retirait beaucoup d’argent liquide de son compte professionnel. J’avais déjà noté que mon mari était dépensier, mais je pensais que gagnant suffisamment sa vie, il pouvait se le permettre. Ce n’était pas le cas, il dépensait plus qu’il ne gagnait.”

Il se droguait…

“Alors j’ai engagé un dialogue avec lui au sujet de cet argent liquide qui disparaissait, indique Elisa. Et il m’a avoué prendre régulièrement de la cocaïne. Apparemment, il était déjà endetté lorsque nous nous sommes rencontrés. Et les largesses financières dont il faisait preuve en m’invitant au restaurant et en vacances étaient financées à crédit. Tout mon monde s’est écroulé”.

Mais Elisa étant une femme d’action très amoureuse de son époux, elle ne baisse pas les bras. “J’ai décidé que nous affronterions cette épreuve ensemble, pour notre fils. J’ai soutenu Marc de toutes mes forces. Et il a arrêté de se droguer. J’ai assaini ses comptes, renégocié ses crédits. En deux ans, l’horizon s’était éclairci”.

Les années passent, et un deuxième enfant naît de leur amour. Le couple est heureux. Elisa a repris une boutique, la clientèle est au rendez-vous. Marc est un compagnon et un père aimant.

Retour des ennuis

Mais un jour, en ouvrant la porte, Elisa se retrouve nez-à-nez avec un huissier. Celui-ci lui explique que des dettes contractées doivent être payées. La spirale infernale recommence… “J’ai bien cru perdre pied. Mon époux avait contracté pour 32 000 euros de dettes en nos noms et n’avait rien remboursé ! Et je n’en avais rien su ! Là, j’ai jugé que la coupe était pleine. Alors j’ai confronté Marc à ses mensonges. Il m’a avoué avoir replongé depuis un an. Juste au moment où nous pouvions enfin respirer, il nous replongeait dans les dettes ! Je me suis sentie idiote de ne rien avoir remarqué et d’avoir cru que nous pourrions prendre un nouveau départ”.

La décision

Elisa prend alors une décision difficile pour une mère : “J’ai décidé de le quitter. Enfin, disons plutôt que je lui ai demandé de partir de la maison. Sans argent, il a été hébergé chez un ami. Je ne voulais plus le voir. Pour éviter d’avoir des problèmes, j’ai réglé sa dette avec l’argent perçu d’un héritage. Et j’ai demandé le divorce. Il ne me restait plus rien d’autre que mes enfants”.

Aujourd’hui, Elisa s’en veut encore d’avoir été trop naïve et d’avoir cru que son mari ne retoucherait plus à la drogue. “Ses mensonges m’ont beaucoup blessée, et le fait qu’il ait mis en danger l’avenir de nos enfants en nous endettant pour de la drogue me révolte. Actuellement, Marc vit de prêt d’appartement en prêt d’appartement dans des studios minables. Il n’est même pas en capacité de recevoir nos enfants le temps d’un après-midi. D’ailleurs cela m’inquiéterait s’il le pouvait. Comment confier sereinement nos enfants à leur père drogué ?” conclut Elisa.

Qu'en pensez-vous ?

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Météo de l'Hérault
Hérault Tribune Pro Hérault Tribune Reportages

Depuis 1973, d’abord sous format magazine, puis via son site, Hérault Tribune informe le public des événements qui se produisent dans le grand Agathois, le Biterrois et le bassin de Thau.

 

logo hje

 

Depuis 1895, l’Hérault Juridique & Economique traite l’économie, le droit et la culture dans son hebdomadaire papier, puis via son site Internet. Il contribue au développement sécurisé de l’économie locale en publiant les annonces légales.