Yann Fortunato, nouveau président de Fibois Occitanie

Hérault Tribune Pro Reportage

Yann Fortunato, président du conseil de prud’hommes de Montpellier, vient d’être élu président de Fibois Occitanie, interprofession de la filière bois dans la région. Il succède à Christophe Gleize (UFV - Union Forestière Viganaise - Bois).


« Faire monter en puissance des capacités de production »


Vous prenez la présidence de Fibois Occitanie. Quels sont les enjeux immédiats de la filière ?

Yann Fortunato : “L’Occitanie est la 2e région la plus forestière de France, avec un paysage pluriel, composé de feuillus et de résineux. Sa forêt est en proie aux difficultés du réchauffement climatique. Il faut réfléchir aux essences les plus adaptées, pour aider la forêt à résister à l’évolution des conditions climatiques. La méthode consiste à adapter, via la R&D agronomique, des essences déjà endémiques, et à apporter de nouvelles essences venant de pays plus chauds : cèdres, mélèzes, chênes. La forêt de demain devra être plurielle, et répondre à une double nécessité, industrielle et de préservation environnementale”.

Un message à l’attention des politiques publiques ?

Yann Fortunato : “Il me semble nécessaire de déterminer des territoires entre les professionnels de la filière et les responsables des politiques publiques, pour faire la part entre les espaces pouvant recevoir des forêts de production, et ceux qui devront accueillir des forêts environnementales laissées en libre évolution mais entretenues pour éviter les aléas climatiques, notamment les incendies”.

Quelle est l’ampleur de la tâche ?

Yann Fortunato : “Même si la forêt, dans l’Hérault et en Occitanie, est bien fournie, et bien organisée avec l’ONF et les propriétaires privés, la tâche est immense ! La filière, dans son ensemble, n’a en effet jamais mis les moyens pour travailler ensemble, de l’amont à l’aval, du propriétaire forestier public ou privé, jusqu’à l’utilisateur, voire même le domaine de la recherche autour du matériau et de la forêt.

Y parvenir va demander une énergie de tous les instants. Le collectif doit primer sur l’individuel. Il y a urgence. La France a pris un retard considérable en matière de place du bois dans les usages industriels et quotidiens, et en relation avec la bonne gestion forestière. L’Allemagne, l’Autriche, la Suisse, le Canada, la Finlande, la Suède…, ont développé des itinéraires de gestion forestière vertueux : prise en compte de la nécessité industrielle, accueil du public, production d’une biodiversité, captation de carbone. Toutes ces thématiques ne seront résolues que si les propriétaires trouvent un financement à leurs efforts”.

Comment donner plus de moyens financiers à la filière ?

Yann Fortunato : “Utilisons les mécanismes financiers Label bas-carbone, pour replanter des arbres en tous lieux, dans la ville revégétalisée, dans des parcours pluriels d’agroforesterie et dans le développement de nouvelles surfaces forestières, ou dans l’entretien des surfaces forestières actuellese.

Avec la RE 2020 (réglementation environnementale des bâtiments neufs), la filière bâtiment accélère sa décarbonation. Est-ce une opportunité pour la filière bois ?

Yann Fortunato : “Oui. Le bois devient incontournable, ce qui présente aussi l’inconvénient de créer des tensions sur les marchés, en termes d’approvisionnement et de prix. Mais la RE 2020 va imposer l’utilisation du bois dans les nouvelles constructions. Il nous revient de faire monter en puissance les capacités de production en Occitanie. L’enjeu est de consommer et transformer du bois issu de nos forêts, en circuit court, en évitant les exportations massives de bois brut en Chine. Mais j’ai le sentiment que le gouvernement prend conscience de l’importance du bois, après 40 ans d’oubli de cet écomatériau dans les politiques territoriales. Rappelons que le bois joue plusieurs rôles majeurs dans les activités humaines, en matière de logement, d’énergie et d’entretien des territoires”.

Un expert du bois

Il sort du bois ! Yann Fortunato exerce plusieurs activités et mandats dans la filière bois. Il vient de cocréer une start-up, Racines de France (Castries), en avril dernier, avec Philippe Nérin, président de la Satt AxLR. Cette société à mission rassemble des investisseurs dans les territoires forestiers et agricoles, “pour une sylviculture et agriculture inclusives, durables et soutenables”. Il dirige aussi Woodyflam, producteur de bois énergie pour 1.700 clients (particuliers et collectivités territoriales) sur l’arc méditerranéen, et SI2 FE3, spécialisée dans la récolte et l’entretien forestier (7 salariés). Yann Fortunato, également membre de la Fédération nationale du bois et du Ceser Occitanie, participera aux prochaines Assises nationales de la forêt.

Qu'en pensez-vous ?

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Jeux concours
Météo de l'Hérault
Hérault Tribune Pro Hérault Tribune Reportages

Depuis 1973, d’abord sous format magazine, puis via son site, Hérault Tribune informe le public des événements qui se produisent dans le grand Agathois, le Biterrois et le bassin de Thau.

logo hje

Depuis 1895, l’Hérault Juridique & Economique traite l’économie, le droit et la culture dans son hebdomadaire papier, puis via son site Internet. Il contribue au développement sécurisé de l’économie locale en publiant les annonces légales.