Agde / Marseillan / Sérignan : les pompiers interviennent sur plusieurs noyades

Les conditions maritimes sont très défavorables à la baignade ce mercredi après-midi, obligeant les pompiers à de nombreuses interventions sur les plages du département.

La houle est importante en mer ce mercredi après-midi sur les plages du littoral héraultais. « Associée à un vent sud est, la houle prend une tournure très dangereuse avec des courants d’arrachement » explique le lieutenant-colonel Jérôme BONNAFOUS du SDIS 34. En d’autres termes, il est impossible, même à un bon nageur, de pouvoir regagner la plage, les courants l’entrainant inexorablement vers le large, jusqu’à épuisement.

Une multitude d’interventions

En fin de matinée, c’est un restaurateur de la plage du môle au Cap d’Agde qui a alerté les secours en voyant une dame en difficulté à hauteur des bouées des 300 mètres. Rapidement sur place, les sapeurs-pompiers ont pu secourir cette personne âgée qui a pu être ramenée saine et sauve sur terre.

À peine repartis, les secours ont été rappelés une seconde fois sur cette même plage pour une nouvelle personne en difficulté, avec cette fois-ci l’intervention de l’hélicoptère dragon 34 qui s’est posé sur la plage du môle au Cap d’Agde. Une réanimation cardiopulmonaire est en cours sur la victime qui venait de se noyer.

noyade cap dagde

Un appel à la prudence

Les secours appellent à la plus grande vigilance et déconseillent la baignade en cette journée où les conditions météorologiques sont particulièrement défavorables. 

dragon 34

À Marseillan, c’est un homme de 70 ans qui est décédé malgré une tentative de réanimation des secours. À Sérignan, un autre homme est pris en charge pour un début de noyade, son état de santé reste pour l’heure inconnu.

secours cap dagde
photo Rodolphe Manens
Qu'en pensez-vous ?

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Commentaires

  1. Bravo aux pompiers et personnels de sécurité qui bravent les éléments pour sauver des vies par tous les temps……

  2. Les inconscients, il y en a partout, mais là, on touche vraiment le fond, il faut être réaliste, avec une mer déchaînée comme elle était hier personne de sensé ne prendrait le moindre risque. Surtout qu’ils mettent aussi et surtout la vie des sauveteurs en danger.
    N’en déplaise à certains, je ne les plains pas, on joue : on gagne ou l’on perd. C’est leur vie à eux ils en font ce qu’ils veulent.

  3. Je suis en vacances au Cap d’Agde et je suis en colère contre toutes ces personnes qui vont dans l’eau alors que la mer est très agitée. S’ils veulent se noyer, ils se débrouillent, mais qu’ils n’oublient pas qu’ils mettent la vie des sauveteurs en danger pour venir leur porter secours. Encore ce matin, la gendarmerie n arrête pas de faire des allers et retours pour faire sortir les gens de l eau et il est 8h30.

  4. Je suis au cap d agde bonne nageuse je ne m aventure pas dans cette mer déchaînée nous ne sommes pas au dessus de cette force de la nature
    BRAVO/RESPECT POUR NOS POMPIERS

  5. Désolé mais la mer en fin de matinée n’était pas encore violente, du moins ne paraissait pas violente. Pourquoi la baignade n’est pas interdite lorsque la mer n’est plus surveillée ? Pourquoi n’y avait-il pas de drapeau ? C’est bien beau de critiquer quand on ne sait pas, mais j’estime qu’il y a encore beaucoup de vacanciers en septembre et qu’il serait logique qu’il y ait encore une surveillance

Jeux concours
Météo de l'Hérault
Hérault Tribune Pro Hérault Tribune Reportages

Depuis 1973, d’abord sous format magazine, puis via son site, Hérault Tribune informe le public des événements qui se produisent dans le grand Agathois, le Biterrois et le bassin de Thau.

logo hje

Depuis 1895, l’Hérault Juridique & Economique traite l’économie, le droit et la culture dans son hebdomadaire papier, puis via son site Internet. Il contribue au développement sécurisé de l’économie locale en publiant les annonces légales.