Hérault tribune : L'actu au quotidien dans tout l'Hérault

Agde - Rien n’est joué, tout reste à faire .. par Antoine Allemand

Avec, pour la seule ville d'Agde, une confortable avance de 2500 voix et 60…

Avec, pour la seule ville d’Agde, une confortable avance de 2500 voix et 60 % des suffrages exprimés, Gilles d’Ettore a été élu … et bien élu.
D’aucun, et certains ne manquent pas de le faire, pourrait en conclure que le sort des prochaines municipales est d’ores et déjà réglé :
Ainsi, sans coup férir, en 2008, notre désormais député maire retrouverait son siège … euh, pardon, son fauteuil municipal.

On pourrait objecter que Gilles d’Ettore n’a été élu « que » par 3 7 % des inscrits, que son adversaire qu’il présentait comme un dinosaure stalinien a quand même rallié 24 % de ces électeurs (tous Staliniens ?) et que 39 % de la population en âge de voter n’a opté ni pour l’un,ni pour l’autre; c’est-à-dire ni pour l’élu sétois, ni pour le maire d’Agde.

Mais là n’est pas le fond du problème : Les rapports de force et les enjeux d’une élection législative (où l’image du leader national peut brouiller ou améliorer celle du candidat local) et ceux d’une élection municipale où le candidat est directement confronté à l’électeur ne sont pas les mêmes.

Dans la campagne qui vient de se dérouler, Gilles d’Ettore n’a jamais été mis en cause pour sa gestion calamiteuse de la ville. C’est normal car là n’était pas l’objet du vote.Pour autant, si la partie la mieux informée de la population est consciente de la situation réelle de la commune, force est de constater que la vision que peuvent avoir de la ville les nouveaux inscrits, (et ils sont légion), c’est celle d’une cité agréable à vivre.
Faute de recul et d’informations contradictoires, submergés par une communication municipale très orientée et dont ils n’ont pu encore « apprécier » le coût, ils sont dans l’incapacité de faire la distinction entre les réussites anciennes (quelles soient de droite ou de gauche) et les errements actuels. Ils ont ainsi tendance à tout porter au crédit de l’élu en place.

C’est d’autant plus normal que ce dernier a eu l’outrecuidance de se présenter dans son programme à la députation comme le défenseur de l’environnement et le dernier rempart contre la spéculation.Peut-être, alors qu’il remet en cause la zone de protection du patrimoine architectural,urbanistique et paysager (ZPPAUP) et qu’il ne contrôle aucun programme immobilier, avait-t-il décidé, le temps d’une campagne, de tirer un trait sur son expérience agathoise.

Il a beau être un spécialiste de la chose, l’intox ne fera pas long feu : dans la campagne municipale à venir, faute de démonter sa suffisance, nous allons nous employer à démontrer ses insuffisances.

En effet, quelle réalisation peut-on, aujourd’hui porter au crédit de Gilles d’Ettore ?
Au risque de paraitre excessif, je dirais, pratiquement aucune: Hormis un programme inachevé de protection des plages et la création d’une dizaine de ronds-points, les opérations qu’il a « bouclées » ont été initiées par la mandature précédente (centre de soins, maison de la justice … ) ou sont le fruit d’initiatives privées (ilot Saint-Maftin, et, bientôt, moulin des évêques … ).
Tout le reste est encore en chantier (école, équipement sportif .. ) ou à l’état depromesses (crèche, pontons … ).
Pour justifier tous les retards, il ne peut même pas évoquer la lourdeur ou la lenteur des procédures administratives, puisqu’à chaque occasion il « oublie » de les respecter.
Les quelques mois qu’il lui reste à gérer son « archipel » étant un bonus lié à une conjoncture électorale inédite, il est incontestable qu’après l’exercice d’un mandat complet aucun investissement structurel important n’a encore été réalisé par ses soins.
Si les ors de la capitale ne l’éblouissent pas trop nul doute cependant que notre député maire ne veuille mettre les bouchées doubles et terminer quelques opérations avant la prochaine échéance électorale.
Cela ne pourra effacer six ans d’inaction.
Ainsi, il ne lui aura fallu que 6 ans de préparation et 9 mois d’un chantier perturbateur, pour que sa « politique de la ville » accouche de trois arbres squelettiques et d’unedouzaine de lampadaires peints en jaune … Rude effort…

L’échéance venue, il n’aura plus l’excuse de l’inexpérience ou de l’héritage.
Projet contre projet, vont devoir s’affronter deux conceptions de la politique municipale :
Celle, en œuvre aujourd’hui, des fausses promesses, de l’improvisation et de clientélisme.et celle, que nous voulons promouvoir, de l’engagement ferme, du sérieux et de la participation citoyenne.

Dans le premier cas, tout est affaire, et il faut y mettre un terme; dans le second, tout reste à faire et nous nous y employons déjà.

Pour le Parti Agathois –
Antoine Allemand
Visitez notre site internet : http://www.parti-agathois.com

contact@parti-agathois.com – Tel. : 04 67 94 70 01

Qu'en pensez-vous ?

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Jeux concours
Météo de l'Hérault
Hérault Tribune Pro Hérault Tribune Reportages

Depuis 1973, d’abord sous format magazine, puis via son site, Hérault Tribune informe le public des événements qui se produisent dans le grand Agathois, le Biterrois et le bassin de Thau.

logo hje

Depuis 1895, l’Hérault Juridique & Economique traite l’économie, le droit et la culture dans son hebdomadaire papier, puis via son site Internet. Il contribue au développement sécurisé de l’économie locale en publiant les annonces légales.