Hérault tribune : L'actu au quotiden dans tout l'Hérault
Droit

BASSIN DE THAU - Intervention de la CGT lors de l’assemblée générale des agents aux Hôpitaux

(Cette intervention fait suite à celle du syndicat FO)  Effectivement nous sommes en CREF depuis 2013…  Je ne reviendrais pas sur tous les postes supprimés, les services fermés depuis des années dans notre établissement.  Sur ceux annoncés lors de la commission médicale d’établissement il y a quelques jours. Entre parenthèse, comment ont voté les médecins […]

(Cette intervention fait suite à celle du syndicat FO) 

Effectivement nous sommes en CREF depuis 2013… 

Je ne reviendrais pas sur tous les postes supprimés, les services fermés depuis des années dans notre établissement. 

Sur ceux annoncés lors de la commission médicale d’établissement il y a quelques jours. Entre parenthèse, comment ont voté les médecins lors de cette CME ? 

La CGT a toujours dans les différentes instances, CTE, CHSCT, voté contre les propositions de la direction en lien direct ou indirecte avec les CREF. 

Ces CREF successifs sont la conséquence des politiques d’austérité, des différentes lois Santé, HPST, hôpital 2007 avec la fameuse T2A, la tarification à l’activité. 

La CGT dénonce ces choix nationaux et locaux, au niveau local, aux HBT la responsabilité de la direction est également impliquée et engagée. 

La CGT refuse l’application de critères de rentabilité financière dans les hôpitaux. 

Ces CREF successifs ne sont pas mis en place pour faire des économies financières, c’est tout simplement pour supprimer du personnel, car la réduction de la masse salariale permettra des restructurations et des travaux… 

Des travaux parlons-en… 

Le bloc opératoire sera bientôt terminé, 

mais va-t-il fonctionner ? 

Et si oui, pour combien de temps ? 

On peut se poser la question car nous avons l’exemple du bloc opératoire de l’hôpital d’Agde, certes beaucoup plus petit que celui de Sète, mais qui a été fermé sans état d’âme, il y a quelques années. 

Sans état d’âme également et avec une brutalité incroyable nos collègues de la blanchisserie ont appris la fermeture de leur service pour juillet, 

Mais ce n’est pas encore suffissent dans la brutalité… 

les machines ne sont mêmes pas à l’arrêt que déjà, la société chargé du schéma directeur de l’hôpital est venu lorgner les locaux pour y placer d’autres services. 

Et pour combler le tout la direction va payer un cabinet d’expert afin d’analyser le pourquoi de l’augmentation des absences aux HBT… 

La réponse est simple condition de travail qui se dégrade, manque de personnel et de reeconnaissance. 

Les services publics sont connus pour leur efficacité et sont les seuls, par le statut de la Fonction Publique essentiellement à permettre une équité de prise en charge quel que soit l’usager, mais ce gouvernement Macron veut détruire notre statut. 

C’est pour cela qu’aujourd’hui jeudi 22 mars 2018 des rassemblements unitaires prévus depuis plusieurs semaines par plusieurs organisations syndicales nationales et départementales manifestent dans toute le France, 

En ce moment à Montpellier plus de 8 000 personnes défilent pour défendre la Fonction Publique en générale et la Fonction Publique Hospitalière, en particulier 

et bien sûr notre syndicat CGT des HBT est également présent dans ce mouvement pour défendre notre hôpital. 

Nous sommes sur tous les fronts… 

La CGT des HBT appelait depuis des semaines à ce grand rassemblement aujourd’hui à Montpellier, nous aurions pu toutes et tous nous y retrouver et organiser demain vendredi cette assemblée générale pour ensuite investir le conseil de surveillance comme nous l’avions fait l’année dernière. 

mais il en est autrement, c’est bien dommage ? 

Il ne faut rien lâcher… 

Rappelez vous l’année dernière la pétition en ligne et papier en quelques semaines avait recueillit plus de 6 000 signatures et nous étions plus de 400 dans les rues de Sète à manifester contre le CREF et le COPERMO. 

Nous avions rencontré les représentants du maire et ceux de l’agence régionale de santé. 

Et Grâce à cette mobilisation l’ARS a fait un pas en arrière. 

Ne soyons pas comme dans ces phrases de 

Martin Niemöller que j’adapte à notre établissement… 

Quand ils ont supprimé le poste de jardinier j’ai rien dit j’étais pas jardinier 

Quand ils ont supprimé le poste de vaguemestre j’ai rien dit j’étais pas vaguemestre 

Quand il s ont supprimé le poste de reprographe, j’ai rien dit j’étais pas reprographe 

Et ainsi de suite avec les postes d’ASH, d’AS et IDE 

Mais, quand ils ont supprimé mon poste, eh bien, à ce moment, il n’y avait plus personne pour protester. 

Pour protester c’est maintenant toutes et tous ensemble 

C’est de l’action qu’il faut ce ne sont plus des discours ou des paroles. 

De toute part la colère monte et gronde 

Des témoignages sur les réseaux sociaux amplifient mais ce n’est pas suffisant. 

La bataille ne se gagnera que dans l’action. 

Moi je suis prête pour agir, pour sauver l'hôpital, car pour moi l’accès à la santé est un droit fondamental pour chaque individu dans notre société au même titre que le droit à l’éducation au logement à l’énergie quels que soient ses moyens financiers, son lieu de résidence et son origine. 

Et vous Qu’est-ce que vous, vous comptez faire ? 

Il serait bien que nous prenions la décision d'investir demain vendredi la séance du conseil de surveillance qu'est ce que vous en pensez ? Qu'est ce que tu-en penses Patrick. (secrétaire du syndicat FO des HT) 

Il faut montrer à tous les membres du conseil de surveillance notre colère. 

Soyons toutes et tous ensemble dans l'action pour défendre les Hôpitaux du Bassin de Thau 

Qu'en pensez-vous ?

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Météo de l'Hérault
Jeux concours

Depuis 1973, d’abord sous format magazine, puis via son site, Hérault Tribune informe le public des événements qui se produisent dans le grand Agathois, le Biterrois et le bassin de Thau.

logo hje

Depuis 1895, l’Hérault Juridique & Economique traite l’économie, le droit et la culture dans son hebdomadaire papier, puis via son site Internet. Il contribue au développement sécurisé de l’économie locale en publiant les annonces légales.