DEPARTEMENTALES EN AGDE : UNE GAUCHE DE SURVIVANCE

DEPARTEMENTALES  EN AGDE : UNE GAUCHE DE  SURVIVANCE On se souvient qu’à l’issue des élections…

DEPARTEMENTALES  EN AGDE : UNE GAUCHE DE  SURVIVANCE

On se souvient qu’à l’issue des élections municipales chacun s’accordait à penser que le comportement des communistes agathois laisserait des traces… Juste prémonition.

LE FAUX PAS DES MUNICIPALES

Pour mémoire , après avoir tout fait pour torpiller la liste Front de gauche en cours de constitution, après avoir laisser planer l’espoir sur leur participation à cette liste jusqu’au dernier moment, les communistes agathois se sont fourvoyés sur une liste… apolitique emmenée par une dissidente socialiste.

Au cours d’une phase de négociations, ils avaient fait part de leurs exigences : la tête de liste, ne pas critiquer les socialistes… On peut mesurer le grand écart qui existe entre la volonté affichée par les communistes de lutter contre l’austérité avec le Comité citoyen lancé à cet effet par leurs soins en janvier 2013 et leur interdiction faite à l’équipe Front de gauche de critiquer les socialistes. De même on ne peut qu’être stupéfaits de leur revendication de la tête de liste avec le fait d’envoyer 2 hommes en 8ème et 14ème position sur une liste apolitique… Tout sonne faux dans ce positionnement.

LA NON MISE A JOUR DU PCF

Mais ce faux a néanmoins une logique : celle-ci est exprimée par Frédéric Markidès dans le Midi-Libre du 13 décembre 2013, « ramener un maximum de voix à Fabrice Mur (candidat PS-droite) au 2ème tour ». Les communistes rabatteurs de voix pour des candidats soutenant le pouvoir en place ! Comment peut-on s’enfermer dans une telle contradiction débouchant sur une pareille hérésie ?

Il y a d’abord un fait mineur : Fabrice Mur , le « bénéficiaire » de la sollicitude des communistes est le fils d’un militant communiste estimé. Mais l’essentiel dans la section communiste agathoise dont la moyenne d’âge flirte avec les 70 ans est la fidélité à la forme d’union des années Mitterrand. Plusieurs d’entre eux ont vécu cette période dans des assemblées communales et en on conservé la nostalgie ,ce qui est humainement compréhensible. Mais il existe un vrai déni de la rupture intervenue en 2012 : le PS de Hollande n’est plus porteur d’aucune des valeurs de la période du « programme commun » ou, peu ou prou,nos concitoyens ont pu mesurer des effets positifs dans leur vie quotidienne.La « trahison » de ces valeurs fait des dirigeants socialistes des ennemis politiques . Cela crée un désarroi certain chez les militants socialistes de base et chez le « peuple de gauche ».

LE POIDS DU CONTEXTE NATIONAL

Cet aveuglement des communistes agathois à vouloir reproduire une forme d’union qui n’est plus d’actualité n’est pas un fait local. Pour les municipales ,dans de nombreuses autres communes les vieilles alliances PS-PCF et autres ont prévalu sur celles du Front de gauche dont le PCF est cofondateur. Les communistes ébranlés par l’échec du modèle soviétique et par les 1,93% de Marie-Georges Buffet  à la présidentielle de 2007 sauvent les meubles : l’apport financier des indemnités que les élus reversent en totalité joue un rôle important dans la poursuite de l’activité globale. Le fric a-t-il pris le pas sur l’analyse politique ?

LES OCCASIONS RATEES

Le positionnement du PCF agathois –et d’ailleurs- méconnait une donnée fondamentale de la période récente : l’émergence de personnes qui ne cèdent pas au refuge de l’abstention ni à celui du vote protestataire et qui veulent reconstruire une force politique capable de mettre en œuvre les grandes orientations abandonnées par le PS et ses alliés radicaux et EELV. Il s’agit d’une situation  nouvelle ou chacun cherche le meilleur mode de fonctionnement dans ce nouveau contexte. Ces nouveaux  venus se sont naturellement installés dans le Front de gauche, dernier ou ils retrouvent les valeurs qui les motivent. Ils se défient toujours des appareils politiques mais sont respectueux de ceux-ci pour peu qu’ils les considèrent comme des partenaires à part entière. Ce que les communistes agathois n’ont pas accepté pour les municipales.

Des faits montrent la montée en puissance de ces « inorganisés » : la création d’associations qui sont pour eux des lieux d’échange et d’action, la composition de la liste Front de gauche des municipales en Agde ( 2PC, 3PG et 30 personnes non encartées).

Au travers de cet objectif immédiat des municipales  s’était exprimée la volonté de créer un « pole de résistance » à la politique d’austérité sur la commune. Processus en l’état.

DEPARTEMENTALES : BIS REPETITA

L’alliance contre nature des municipales se répète avec le ticket PCF-EELV des départementales.

Frédéric  Markidès  dit qu’il a consulté Dominique Antonmattéi  (sa chef de file des municipales) pour savoir si elle était candidate. Pourquoi ?

On sait combien les écolos d’EELV ont été partie prenante de la politique d’austérité avant de quitter le gouvernement  et de se montrer bruyamment critiques comme pour faire oublier leur passé récent.

Je suis profondément excédé par ces fantoches de députés socialistes et de leurs simagrées  frondeuses qui votent comme un seul homme la politique gouvernementale à l’Assemblée. Je ne parle pas , bien entendu, de Sébastien Dénadja le député de la circonscription qui , lui, avale tout en indéfectible soutien de l’austérité et de son cortège de régressions sociales.

Je suis toujours surpris par l’improbable danse du ventre des écolos qui ne sont pas d’accord avec leur direction nationale et qui ont l’air de souffrir de cette situation. Lorsqu’on souffre dans une formation politique il y a un moyen simple de se sortir de cette contradiction : démissionner. Il s’agit là de la meilleure façon  de lever la suspicion légitime de complicité objective qui plane toujours dans ce type de situation.

Un récent sondage a montré que 40% des sondés se prononcent pour la dissolution du PS, 40% pour sa  transformation. L’espoir né avec Syriza, le Front de gauche grec, se traduit par un Pasok (le PS grec ) à 5%. Nos concitoyens n’ont pas besoin de 2 formations politiques dominantes qui, en alternance, veillent à la seule chose qui ne baisse pas en France : les profits du CAC 40. De même, les écologistes d’EELV qui ont conscience qu’écologie et capitalisme sont des réalités antagoniques ont la possibilité d’adhérer à la FASE ( Fédération pour une Alternative Sociale et Ecologique) qui a surmonté cette contradiction.

Sortir des vieux schémas rapidement pour ne pas subir un nouveau quinquennat UMP-FN en 2017 , voilà l’urgence. C’est le sens de l’appel de la Conférence nationale du PCF des 8 et 9 novembre derniers demandant « d’élargir le Front de gauche ». Le PCF a juste oublié d’envoyer le mode d’emploi à Agde (Béziers…).

AVANCER QUAND MÊME !

Même si  la perspective qui nous est proposée ne correspond pas aux nécessités du moment, dans la vie on avance avec ce qu’on a .

Voyons si les associations « Agathois prenez le pouvoir », « j’en pince pour Marseillan » et « Cap à gauche » de Portiragnes soutiennent le ticket PCF-EELV.

Voyons si les 37 militants socialistes agathois- s’ils sont encore 37 – et leur anonyme secrétaire appellent à voter pour la seule équipe de « gauche » en course.

Voyons si Fabrice Mur fraîchement ripoliné radical va soutenir ces communistes qui se sont tant décarcassés – voire compromis- pour lui.

Voyons si  Dominique Antonmattéi  qui soutient mordicus la politique gouvernementale va  « renvoyer » l’ascenseur à son colistier communiste des municipales Frédéric Markidès.

Voyons si le Cactus va enfin cesser de se regarder le nombril et apporter sa contribution à la structuration du mouvement sans lequel le changement local continuera d’être  un « lobbying » à l’américaine.

Il s’agit à là d’un questionnement à la fois collectif et individuel. Et avec 3 équipes de droite et d’extrème droite en lice il n’y aura pas d’échappatoire.

Un questionnement d’autant plus critique que se dessine, en toile de fond, la même configuration en 2017. Pour plagier une funeste sentence, la « droiche »(1) locale va-t-elle plutôt se fondre honteusement dans la nébuleuse Centre-UMP-FN  ou adhérer à la nécessaire configuration  du renouvellement politique qu’est le Front de gauche ?

Rendez-vous dans un mois pour tirer les leçons du scrutin.

(1)   Contraction utilisée par les militants du Front de gauche pour désigner  les alliances PS-droite des municipales.

Ernest FERNANDEZ  

Qu'en pensez-vous ?

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Jeux concours
Météo de l'Hérault
Hérault Tribune Pro Hérault Tribune Reportages

Depuis 1973, d’abord sous format magazine, puis via son site, Hérault Tribune informe le public des événements qui se produisent dans le grand Agathois, le Biterrois et le bassin de Thau.

logo hje

Depuis 1895, l’Hérault Juridique & Economique traite l’économie, le droit et la culture dans son hebdomadaire papier, puis via son site Internet. Il contribue au développement sécurisé de l’économie locale en publiant les annonces légales.