L'actu au quotiden dans tout l'Hérault.
Faits divers / Insolite

L’ADRENALINE - Le dernier acte.

Rappelons qu’à la fin du premier acte le Tribunal Administratif  de MONTPELLIER avait  donné raison aux responsables de l’Association qui soutenaient que la construction du manège était illégale parce que couverte par une simple procédure d’ « Autorisation de travaux » montée en toute hâte par le maire de notre commune, alors qu’il aurait fallu un véritable « permis […]

Rappelons qu’à la fin du premier acte le Tribunal Administratif  de MONTPELLIER avait  donné raison aux responsables de l’Association

qui soutenaient que la construction du manège était illégale parce que couverte par une simple procédure d’ « Autorisation de travaux » montée en toute hâte par le maire de notre commune, alors qu’il aurait fallu un véritable « permis de construire » en bonne et due forme.

Le gain de ce procès nous a valu une indemnisation , attribuée par le juge, payée à égalité par la commune et, non sans mal, par M. PUBILL, responsable du manège, plus de deux ans après la condamnation, après poursuites diligentées par notre huissier,.

 Le rideau vient de tomber sur le deuxième et dernier acte.

Les acteurs de l’Association avaient fait valoir que le permis de construire délivré par la mairie leur paraissait entaché d’illégalité aux motifs

–          que la construction de plus de 60 mètres de haut ne respectait pas le plan local d’urbanisme

–          que le dossier de permis de construire ne contenait pas de permis de démolir.

 Cette fois-ci, les juges administratifs n’ont pas suivi les conclusions d’AGATHE.

Ils ont appuyé leur décision sur le fait que

1° –  les démolitions effectuées en application d’une décision de justice devenue définitive sont dispensées de permis de démolir.

2° – les dispositions du Plan Local d’Urbanisme limitant à 5 mètres la hauteur maximale des constructions ne visent que les bâtiments comportant une couverture.

L’Association, qui n’a pas interjeté appel, respecte ce jugement. Elle le respecte mais elle le regrette.

Si elle le regrette, ce n’est pas pour elle-même. La première sentence en notre faveur a montré que le groupe sait faire respecter la législation du code de l’urbanisme dans une commune où les entorses au dit code sont nombreuses, trop nombreuses pour qu’il soit possible de les combattre toutes autrement que par des conseils à tous ceux qui les sollicitent.  

Elle le regrette pour tous les agathois qui subissent un préjudice :

–          ceux dont les habitations restent sous le feu des projecteurs jusqu’à une heure très avancée de la nuit,

–          ceux que les cris des amateurs de sensations fortes perturbent en des moments habituellement consacrés au sommeil,

–          ceux qui n’apprécient toujours pas l’aspect particulièrement hideux d’une tour venant défigurer le paysage environnant.

–          ceux, enfin, qui souhaitent que le terrain communal indiqué comme bois classé dans les documents du P.O.S. , terrain sur lequel était implanté, avec un certain culot, l’un des trois piliers du manège ancré sur un socle en béton d’une superficie de 30 mètres carrés environ et de 150 mètres cubes enfouis dans le sol. , soit rétabli dans son état initial.

Comme la construction sur le terrain appartenant à la commune n’avait pu se faire qu’en abattant un certain nombre de pins  il reste un ultime espoir : celui de voir le maire , qui se targue haut et fort de défendre le patrimoine de la commune, exiger le remplacement des arbres disparus et l’éradication des masses de béton qui n’ont plus rien à faire sur un terrain public.

 Les dirigeants d’AGATHE gardent la tête haute. Dans cette affaire, tout en restant dans les limites permises par les statuts, ils ont mis en œuvre tous les moyens dont ils pouvaient disposer.

Au civil, il reste encore une voie. Elle n’appartient plus à l’Association, mais les particuliers peuvent  l’exploiter 

Pour nous, le rideau est tombé sur ce dernier acte. Applaudissements ou sifflets ? C’est à vous de juger.

 

Pour le Bureau

Le Président Jacques TREILLE

 

Association agréée pour l’Urbanisme et l’Environnement. Elle défend aussi le Patrimoine communal et la Qualité de la Vie (Bruit, Sécurité, Hygiène et Propreté, Circulation Stationnement) 

L’Association peut, en outre, apporter une aide à ses adhérents sous forme de conseils ou d’assistance.

Adresse postale : B.P.30010 – 34 301 AGDE Cedex

Notre Site Internet www.agde-agathe1901.com Adresse Courriel : assosagathe@orange.fr

Permanences tous les samedis matin de 10 h30 à 12 heures à son siège social 2 rue de la Poissonnerie, centre historique de la cité à AGDE ville la cité à AGDE VILLE

http://nsm03.casimages.com/img/2010/04/08/100408123328885035790366.jpg

Qu'en pensez-vous ?

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Météo de l'Hérault
Jeux concours

Depuis 1973, d’abord sous format magazine, puis via son site, Hérault Tribune informe le public des événements qui se produisent dans le grand Agathois, le Biterrois et le bassin de Thau.

logo hje

Depuis 1895, l’Hérault Juridique & Economique traite l’économie, le droit et la culture dans son hebdomadaire papier, puis via son site Internet. Il contribue au développement sécurisé de l’économie locale en publiant les annonces légales.