L'actu au quotiden dans tout l'Hérault.
Droit
Marseillan

MARSEILLAN - Tensions au conseil Municipal : le maire retire 4 questions de l'ordre du jour

LIBRE EXPRESSION La rubrique « libre expression » du journal est un espace de contribution personnelle permettant la publication de textes externes à la rédaction. Il n’engage que son auteur et en aucun cas la rédaction. Vous pouvez lui écrire directement en cliquant sur sa signature ou commenter l’article. Pour la première fois, à l’aube de son troisième mandat, le maire Yves MICHEL, […]

LIBRE EXPRESSION

La rubrique « libre expression » du journal est un espace de contribution personnelle

permettant la publication de textes externes à la rédaction.

Il n’engage que son auteur et en aucun cas la rédaction.

Vous pouvez lui écrire directement en cliquant sur sa signature ou commenter l’article.


Pour la première fois, à l’aube de son troisième mandat, le maire Yves MICHEL, contraint par son opposition qui a révélé de graves manquements au respect du fonctionnement de l’institution, a retiré 4 questions importantes de l’ordre du jour (CM du 24/11/2020).

Il s’agit, en effet, des modalités d’installation des commissions municipales qui ne respectent ni les règles législatives, ni les règles règlementaires, ni le règlement intérieur qu’il a lui-même écrit et fait adopter par sa majorité.

Plutôt que de reconnaître les observations de l’opposition, il a préféré botter en touche et retirer ces questions !

L’opposition ne demande que le respect de la loi pour un fonctionnement démocratique du conseil municipal, qui lui permettrait d’exercer son rôle dans des conditions acceptables.

C’est un point essentiel de la vie démocratique d’une commune.

Et MARSEILLAN détient sans doute le triste record d’être une des rares communes où cette transparence et ce respect du droit sont autant bafoués.

Cela ne peut perdurer !

La démonstration a continué sur l’indifférence, voire le mépris, que le maire affiche clairement sur le développement de l’urbanisme de la ville.

Depuis l’été dernier, de nombreux citoyens se sont émus de l’urbanisation anarchique dans le centre-ville et ses abords immédiats, qui voient fleurir des immeubles de 4 étages et plus, au mépris de l’architecture patrimoniale et environnementale.

Lors du conseil municipal du 15 septembre dernier, le maire s’était engagé à entreprendre la révision du PLU (Plan Local d’Urbanisme) avant la fin de l’année. Son peu d’intérêt pour cette cruciale question est largement démontré en inscrivant cette question à l’ordre du jour en question diverse. Cette habile stratégie lui permet une fois de plus de ne pas traiter le problème de fonds, de donner ainsi le temps aux promoteurs de continuer à défigurer MARSEILLAN.

De plus il a refusé de s’engager sur un calendrier précis, remettant la révision du PLU aux calendes grecques, allant jusqu’à faire supporter la responsabilité de ce retard à une hypothétique révision du SCOT (Schéma de Cohérence Territoriale) qui serait, selon ses dires, le préalable indispensable à toute modification.

Comme d’habitude il brouille les pistes, refuse de prendre les responsabilités qui sont les siennes.

Rappelons-nous qu’il a, récemment, modifié le PLU pour favoriser un promoteur, mais des riverains qui voient leur environnement menacé ne sont ni entendus ni écoutés.

Nous nous engageons à tout mettre en œuvre pour faire respecter le droit et la démocratie.

Gisèle GUIRAUD, Christian PINO, Corinne BASTIDE

Conseillers Municipaux Élus de l’Opposition

 

Qu'en pensez-vous ?

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Météo de l'Hérault
Jeux concours

Depuis 1973, d’abord sous format magazine, puis via son site, Hérault Tribune informe le public des événements qui se produisent dans le grand Agathois, le Biterrois et le bassin de Thau.

logo hje

Depuis 1895, l’Hérault Juridique & Economique traite l’économie, le droit et la culture dans son hebdomadaire papier, puis via son site Internet. Il contribue au développement sécurisé de l’économie locale en publiant les annonces légales.