Hérault tribune : L'actu au quotidien dans tout l'Hérault

MONTPELLIER - Précisions sur les interpellations de ce mardi matin devant le Rectorat

A Montpellier comme partout en France, la mobilisation étudiante grandissante contre la sélection essuie…

A Montpellier comme partout en France, la mobilisation étudiante grandissante contre la sélection essuie une répression sans précédent. Ce mardi 17 avril à 7h30 du matin, six étudiants mobilisés ont été interpellés devant le Rectorat de Montpellier et placés en garde à vue sur instruction directe de la Préfecture, alors qu'aucun délit n'a été constaté. En effet, à l'appel du comité de mobilisation de l'université Paul Valéry – Montpellier 3, un rassemblement était prévu à 8h devant le Rectorat afin de protester contre la tenue délocalisée du Conseil d'Administration dans ce bâtiment. Conformément à la décision prise par les milliers d'étudiants rassemblés en Assemblée Générale, il s'agissait de lutter contre la direction de l'université qui met directement en place les mesures de sélection sociales élitistes à l'entrée de la Licence et du Master.

Alors qu'aucune poursuite n'a été entreprise par le procureur, la garde à vue à duré près de 8h, jusqu'à 15h30. Nous ne pouvons que constater qu'il s'agit là d'une tentative de la Préfecture d'intimider les étudiants mobilisés, dont ceux de notre syndicat. Cette nouvelle pression s'inscrit dans un contexte ou les étudiants mobilisés se trouvent directement menacés d'être délogés de leur propre université par une intervention policière, suite à la demande faite en ce sens par Patrick Gilli, président d'une université ou sa politique est massivement rejetée. L'interpellation abusive de ce mardi matin fait écho à la rafle policière massive de samedi dernier visant des étudiants aux abords d'un supermarché, près de deux heures après la manifestation, et à l'autre bout de la ville. 41 des 43 personnes avaient été relâchées après 23h d'une éprouvante garde à vue, et de sérieux doutes subsistent sur la réalité des faits reprochés aux deux personnes finalement poursuivies par le Tribunal.

Le Syndicat de Combat Universitaire de Montpellier (SCUM) condamne la spirale répressive dans laquelle les directions d'universités et la préfecture se sont engagées. La brutalité et l'arbitraire, ne feront pas taire celles et ceux qui se battent légitiment pour leur droit à un avenir. 

Nous continuons à appeler à la poursuite de la mobilisation et à son amplification, jusqu'à ce que les revendications étudiantes soient satisfaites. Nous appelons aussi à la solidarité interprofessionnelle et inter-universités, afin de résister à toutes les formes de répression administrative et policières, et afin de faire converger les luttes contre la sélection et la précarité.

Qu'en pensez-vous ?

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Jeux concours
Météo de l'Hérault
Hérault Tribune Pro Hérault Tribune Reportages

Depuis 1973, d’abord sous format magazine, puis via son site, Hérault Tribune informe le public des événements qui se produisent dans le grand Agathois, le Biterrois et le bassin de Thau.

logo hje

Depuis 1895, l’Hérault Juridique & Economique traite l’économie, le droit et la culture dans son hebdomadaire papier, puis via son site Internet. Il contribue au développement sécurisé de l’économie locale en publiant les annonces légales.