Quand " Elections Régionales " rime avec " Budget Electoral "

Monsieur le Président, Vous nous présentez le dernier budget de cette mandature et nous…

Monsieur le Président,

Vous nous présentez le dernier budget de cette mandature et nous y relevons deux caractéristiques indubitables et clairement regrettables. C’est évidemment un budget électoraliste, notamment du fait que le prélèvement de l’impôt sera effectué par «prélèvement différé », mais surtout trop peu ambitieux pour une région comme la nôtre et au regard des recettes considérables qui ont été engrangées.

C’est un budget électoraliste…

Alors qu’en 2005 vous nous louiez les vertus de l’impôt, que vous avez augmenté de 80% les taux d’imposition, et alors que vous avez multiplié par 2 la fiscalité directe par habitant (entre 2004 et 2010), si l’on vous entend bien aujourd’hui, c’est-à-dire à trois mois des élections, vous essayez de nous faire croire que l’impôt n’augmente pas. Preuve en est : vous ne toucherez pas aux taux.

A J-86, vous changez le discours mais vous ne changez pas la méthode.

La fiscalité directe augmentera bien de 11 millions d’euros c’est-à-dire de 4,8 %, ce qui n’apparaît pas dans ce rapport qui, au contraire, pourrait porter à croire qu’elle ne s’accroît que de 2 points.

Il ne faudrait pas aussi nous prendre tous ici pour des imbéciles…Je trouve que la ficelle pour prendre au collet le citoyen-contribuable est un peu grosse. C’est une tendelle avec parpaing.

Et c’est d’autant plus excessif que vous continuez d’aggraver l’emprunt. Entre 2004 et 2010, alors que vous aviez en son temps condamné l’ancienne majorité pour son endettement, vous, vous avez augmenté l’encours de la dette « en euros et par habitant », c’est à dire la dette réelle qui pèse sur chacun de nos concitoyens, vous l’avez augmenté de 42 %.

Mais cette dette devra, un jour ou l’autre, être remboursée : par une augmentation des impôts de votre successeur qui devra financer cet engagement que vous contractez aujourd’hui.

Parce qu’aujourd’hui pas plus que demain on ne rasera gratis !

Ce budget est électoraliste enfin, puisque vous passez de 380 millions d’euros d’autorisation de programme au budget primitif 2009 à 541 millions d’euros d’Autorisations de Programmes soit, là encore, une augmentation de 42 %.

Je vous rappelle qu’au BP 2008, les Autorisations de Programmes étaient de 362 millions guère moins qu’en 2009 (380). « Autorisations de Programmes », c’est ce que les professeurs de finances publiques qualifient de « monnaie de singe ». 42% d’augmentation de monnaie de singe : c’est de l’électoralisme.

Bref, comme l’aurait dit ma grand-mère, Monsieur le Président, « vous promettez plus de beurre que de pain ».

Qui manque d’ambition.

Lorsqu’on lit les ratios, on s’aperçoit également que les dépenses d’équipement brut continuent de chuter.

En 2008, il y avait 201,8 euros par habitant de dépenses d’équipement brut. En 2009, vous baissiez de 10 %, et nos concitoyens investissaient 182,61 euros. Aujourd’hui avec une nouvelle baisse de 10 %, nous passons à 161,39 euros par habitant. Sauf que là, je me dois de vous le rappeler, ce sont des dépenses saines pour une collectivité, parce qu’elles sont créatrices de richesses.

A côté de ces données synthétiques qui traduisent pour les experts des situations contrastées, il convient également de regarder les grandes masses du budget.

L’acte II de la décentralisation, la loi du 13 août 2004, devait faire de la région l’acteur principal de l’économie sur son territoire. Qu’en est-il concrètement aujourd’hui six ans plus tard ?

En 2010, la part consacrée aux entreprises représente 5,4% du budget, celle de l’économie rurale et littorale est de 4,2 % et il n’y a que 1,6 % réservé au tourisme. En Languedoc-Roussillon, le budget consacré à l’économie ne pèse pas plus de 11,2 %.

Le moins que l’on puisse dire c’est que vous n’avez pas enfilé les habits du 1er entrepreneur de Languedoc-Roussillon. Cela est certainement dû à votre idéologie personnelle, mais cela se justifie surtout par votre souci constant de soigner votre clientèle électorale. Mais cela s’est fait dans un reniement total du tissu réel économique et social de notre Région, et surtout au détriment de l’intérêt général !

A l’automne 2004, vous aviez promis à nos concitoyens et aux contribuables du Languedoc-Roussillon, je vous cite, « du sang, de la sueur et des larmes » pour les années à venir. Et là, par contre, il faut que reconnaître que vous ne les avez pas trompés.

Si l’on fait le bilan, puisque c’est le temps et l’heure, Monsieur le Président, comme le rappelait Madame Mandroux, lors d’une interview dans « Objectif Languedoc-Roussillon » du 7 décembre 2009, je la cite, « En Languedoc-Roussillon, nous sommes avant-derniers en termes de PIB moyen par habitant ». Et cela n’a pas bougé. Alors que « pendant la campagne de 2004, M. Frêche [c’est toujours la Maire de Montpellier qui parle] promettait que la région comblerait son retard de richesse par habitant ».

Au palmarès des 22 régions françaises, le Languedoc-Roussillon est toujours, comme sous l’Ancien Régime, 1er pour les créations d’emplois, cela n’a pas changé ; 3ème pour la recherche et 4ème pour le tourisme, cela n’a pas changé non plus.

Mais nous sommes aussi 19ème pour l’export, en léger recul par rapport à 2004, 21ème pour le taux d’emploi, 21ème en terme de richesse par habitant, 22ème et … bon dernier pour le chômage.

Rien n’a changé. En six ans, mis à part une communication effrénée, mis à part un doublement des effectifs à compétence égale, mis à part un doublement des impôts, rien n’a changé pour nos compatriotes régionaux.

Votre révolution, Monsieur le Président, n’était qu’un leurre. On a changé de copains mais pas de « système »…

Qu'en pensez-vous ?

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Jeux concours
Météo de l'Hérault
Hérault Tribune Pro Hérault Tribune Reportages

Depuis 1973, d’abord sous format magazine, puis via son site, Hérault Tribune informe le public des événements qui se produisent dans le grand Agathois, le Biterrois et le bassin de Thau.

logo hje

Depuis 1895, l’Hérault Juridique & Economique traite l’économie, le droit et la culture dans son hebdomadaire papier, puis via son site Internet. Il contribue au développement sécurisé de l’économie locale en publiant les annonces légales.