Hérault tribune : L'actu au quotiden dans tout l'Hérault
Entreprises

Retour à l’emploi : le nouveau président de l’Adie mise sur l’innovation et les collectivités

Face à l’enracinement d’un chômage de masse dans la société, Frédéric Lavenir, nouveau président de l’Adie, principale association de microcrédit accompagné en France, affirme des ambitions fortes : accorder 18 000 microcrédits en 2016 et développer de nouveaux modes d’action, notamment grâce aux outils numériques, en travaillant avec les collectivités, dotées de compétences élargies depuis la […]

Face à l’enracinement d’un chômage de masse dans la société, Frédéric Lavenir, nouveau président de l’Adie, principale association de microcrédit accompagné en France, affirme des ambitions fortes : accorder 18 000 microcrédits en 2016 et développer de nouveaux modes d’action, notamment grâce aux outils numériques, en travaillant avec les collectivités, dotées de compétences élargies depuis la réforme territoriale. En attendant que soient levés les freins juridiques qui bloquent l’accès à certaines professions…

 

Comme nouveau président de l’Association pour le droit à l’initiative économique, quels objectifs fixez-vous à l’association dans les années à venir ?

« L’Adie a une mission claire que je connais depuis longtemps et que j’assume. Aujourd’hui, nous sommes au milieu d’un plan stratégique élaboré il y a deux ans, qui porte deux ambitions majeures. La première est une ambition de volume, qui a tout son sens dans le contexte de chômage massif en France : nous voulons accroître fortement l’activité, toucher plus de personnes en situation d’exclusion de l’initiative économique et les aider à créer de l’activité. Pour 2016, nous visons 18 000 microcrédits, ce qui représente un taux de croissance de 12 % par rapport à l’année précédente. Nous sommes bien partis pour y arriver. Pour atteindre nos objectifs, nous avons un challenge de notoriété. Il faut que nous sachions toucher plus de gens, de manière générale et en particulier dans les banlieues, où les personnes ne connaissent pas forcément l’Adie ou ont souvent le sentiment que « ce n’est pas pour elles ». C’est pour cela que l’Adie y est physiquement présente et via des moyens digitaux. Il y a également des zones rurales qui sont des zones de pauvreté isolées. Là, toucher les gens est, d’une certaine façon, encore plus compliqué que dans les zones urbaines. Cet objectif implique une mobilisation encore plus forte de nos équipes et de nos bénévoles, et aussi d’innover. »

L’association va-t-elle devoir modifier radicalement ses modalités d’actions ?

« L’innovation est notre deuxième axe stratégique, à la fois pour toucher plus de monde et pour mieux accompagner les créateurs dans leur démarche. Il est clair qu’il est nécessaire d’utiliser plus les réseaux sociaux et de nouveaux modes digitaux, surtout vis-à-vis des jeunes. En particulier, nous devons explorer la notion de communauté, qui a été révolutionnée par Internet et les réseaux sociaux, et sur laquelle la création d’entreprise va évidemment s’appuyer. Traditionnellement, nous accompagnons le créateur d’entreprise qui est seul. Nous allons continuer, car il y a des dimensions de coaching, de formation et de support qui sont irremplaçables. Mais il existe une dimension complémentaire de l’accompagnement qui peut très bien se trouver dans une communauté de gens partageant les mêmes préoccupations, qui peuvent éventuellement mutualiser des moyens. L’Adie a toujours été à la recherche de nouvelles manières de faciliter l’accès à la création d’entreprise et l’activité. Nous avons par exemple développé la microfranchise solidaire et la micro-assurance. D’ailleurs, les partenaires avec lesquels nous travaillons, en particulier les collectivités locales, nous poussent à innover. Elles l’attendent de la part d’acteurs comme nous. Il nous revient d’arriver avec des propositions, des schémas d’approche des créateurs, des formes de support ou des modes de financement innovants. »

Le travail de l’Adie est enraciné sur les territoires. La réforme territoriale bouleverse-t-elle vos relations avec les collectivités avec lesquelles vous travaillez ?

« La réforme territoriale est un défi, mais pour nous, c’est plutôt positif, car elle crée sur le territoire des acteurs plus puissants et plus impliqués dans les enjeux de développement économique et d’insertion. Cela fait longtemps que les régions sont pour l’Adie des partenaires naturels impliqués dans ces enjeux. Notre organisation est fortement calée sur une logique régionale. Alors, le fait que ces collec- tivités prennent du poids ne constitue pas une rupture. Mais la réforme crée aussi de nouvelles opportunités avec la création de collectivités qui ont parfois une idée plus neuve, plus fraîche, de leur mission. C’est notamment le cas des communautés d’agglomération, qui sont en général extrêmement impliquées dans les sujets de développement économique, de développement local, et ce, avec des moyens. Dans tous les cas, par nature, notre mission intéresse les collectivités. Que ce soit pour un département ou pour une communauté ancienne ou nouvelle, le retour à l’emploi est un sujet important, a fortiori dans le contexte actuel, où chacun mesure, au-delà des débats sur la sécurité, l’importance des enjeux d’inclusion et d’insertion. »

Le cadre légal permet-il aux entrepreneurs que vous soutenez de déployer leurs projets, ou existe-t-il des contraintes qu’il faudrait lever ?

« Il y a des gens que l’on rencontre, qui ont un projet et auxquels on est obligés de dire : « Tu ne peux pas le faire ». Alors, soit ils renoncent, soit ils continuent, mais sans moyens, un peu illégalement, parce qu’on ne peut pas les accompagner. Ce n’est pas de l’insertion, car ils n’ont pas d’accès au crédit, pas d’immatri- culation… Il faut le dire, aujourd’hui encore, le cadre juridique empêche la création d’activité dans certains domaines. Parfois, c’est pour de bonnes raisons, mais dans certains cas, il s’agit d’une barrière à l’entrée qui protège les insiders. Il y a un an, Catherine Barbaroux avait rédigé un rapport pour le gouvernement sur ce sujet. Mais l’article 43 de la loi Sapin II [qui prévoyait de supprimer les exigences de qualification pour certains métiers artisanaux] a été vidé de sa substance. Il faut continuer à convaincre. Il y a parfois des avancées, des retours en arrière. C’est un long chemin… Toutefois, sur les plans social et fiscal, il y a eu de vrais progrès depuis une dizaine d’années : en particulier, la création de l’auto-entrepreneur a été une grande victoire, et la préservation d’un statut simple, accessible, sans complexité, constitue un enjeu majeur pour l’inclusion et pour l’économie française. »


Photo © Adie
Un nouveau président pour une association bien établie

Frédéric Lavenir, également directeur général de CNP Assu- rances, qui a succédé à Catherine Barbaroux début septembre à la tête de l’Adie, est bénévole dans l’association depuis plus de vingt ans et vice-président depuis quinze ans. L’association, créée en 1989, compte aujourd’hui 500 salariés et 1 300 bénévoles répartis dans 120 antennes. En 2015, elle a accompagné 20 800 créateurs d’entreprises et en a financé 18 070, via des prêts d’un montant moyen de 3 450 euros. 70 % des entreprises créées dans ce cadre sont encore actives deux ans plus tard, selon les chiffres de l’association.


Anne DAUBREE

 

Qu'en pensez-vous ?

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Météo de l'Hérault
Jeux concours

Depuis 1973, d’abord sous format magazine, puis via son site, Hérault Tribune informe le public des événements qui se produisent dans le grand Agathois, le Biterrois et le bassin de Thau.

logo hje

Depuis 1895, l’Hérault Juridique & Economique traite l’économie, le droit et la culture dans son hebdomadaire papier, puis via son site Internet. Il contribue au développement sécurisé de l’économie locale en publiant les annonces légales.