Saint-Thibéry : les vendanges ont commencé au domaine familial de la Villa Delmas

Reportage

Les vendanges ont commencé pour les frères Delmas à Saint-Thibéry.

La Villa Delmas, domaine viticole familial depuis 2010, est situé sur le plateau de la Manse, route de Valros, à Saint-Thibéry. Le domaine propose des vins de caractère en IGP Côtes de Thongue. En France, 51 % des consommateurs de vin sont occasionnels (une à deux fois par semaine), 33 % sont non-consommateurs et 16 % sont des consommateurs réguliers (tous les jours ou presque).

12 vins élaborés avec soin

vin villa delmas

La Villa Delmas produit 5 vins rouges, dont le Carignan méchant, produit phare du domaine. C’est grâce à lui que le domaine a été créé. C’est un vieux Carignan, élaboré avec des vignes de plus de cinquante ans, vinifié en macération carbonique pour la moitié de la cuvée et vendangé à la main. Il a été primé cette année au concours des vins Féminalise et a reçu de nombreuses médailles.

Elle produit également deux rosés : Le Rosé en terrasse, un grenache 100 %, et Le Rosé, assemblage de grenache marselan.

Et trois blancs : une vendange tardive de gewurztraminer, un gewurzt 100 % sec, et un muscat petit grain assemblé avec du sauvignon

 

Terroir et encépagement

grappe raisin

La Syrah est cultivée au pied du volcan les Monts Ramus sur des terres noires, basaltiques. De son côté, le Carignan, planté en 1964, est sur un sol de type villafranchien, très caillouteux. N’oublions pas le muscat petits grains, le Gewurztraminer, et le Grenache noir, sur des terres blanches argilo-calcaires qui confèrent beaucoup de minéralité aux vins qui en sont issus.

Soirées musicales

bodega villa delmas

Bien ancrée dans la région, la Villa Delmas propose des visites du domaine, des dégustations de vins, des ventes directes ou en ligne et organise également des soirées bodega avec des vins du domaine, des tapas locales, cuisson au feu de bois et ambiance musicale.

A l’heure du début des vendanges, nous faisons le point avec les gérants du domaine, Jocelyn et Fabrice Delmas.

“La France est le deuxième pays consommateur de vin au monde, derrière les États-Unis et devant l’Italie.” 

Hérault-tribune : « Parlez-nous de vos vignes »

Jocelyn Delmas : « C’est un domaine que nous avons construit en 2010. Nous avons vinifié pour la première fois en 2012. Nous avions 8 hectares à l’époque. Petit à petit, nous avons racheté des parcelles à proximité et sommes maintenant à 16 hectares. Nous avons également 7 hectares en plus en fermage. »

C’était une vocation d’être vignerons ? où est-ce une tradition familiale ?

JD : « À l’époque, nous travaillions tous les deux dans des domaines différents et nous avons eu l’envie de créer notre propre domaine ensemble. Alors, sous l’influence de quelques collègues, des amis qui faisaient déjà du vin, dont nous appréciions la qualité de vie, nous nous sommes lancés. Nous voulions faire notre propre vin plutôt que de le faire pour quelqu’un d’autre. »

Gel, fortes chaleurs, quel est l’impact du changement climatique sur vos récoltes ?

JD : « Le gel a en effet eu un impact sur la production. A mon avis nous allons faire 50 % de la récolte… Entre le gel et la sécheresse, si nous arrivons à faire 50 % de notre récolte, nous serons ‘contents’. On assumera notre volume bouteilles parce qu’on a le double de surface par rapport à ce dont nous avons besoin. C’est un peu notre assurance à nous. Nous avons un gros stock de vin rouge. C’est surtout sur les blancs et les rosés qu’il va falloir arriver à faire les volumes. »

Quel effet a eu la crise sanitaire sur votre entreprise ?

JD : « Nous avons eu un gros impact au premier confinement : le travail a été à l’arrêt. Nous ne vendions plus de vins, étant donné que l’on approvisionne une centaine de restaurants. Les restaurants étant fermés, nous avons subi directement la crise. Nous avons eu de la chance d’arriver à vendre nos volumes blancs et rosés. C’était une chance de ne pas les avoir dans la cave au moment où nous avons mis en bouteille le 2020. Nous avons trouvé d’autres circuits de commercialisation, notamment les cavistes, les épiceries fines, qui sont restés ouverts. Le deuxième confinement a été très rude, mais l’État a mis en place des aides, ce qui nous a permis de tenir le coup. Maintenant, tout est revenu à la normale. Nous notons même une progression par rapport à l’année dernière. »

Quelle est la répartition de votre clientèle ?

JD : « En premier, les CHR (cafés, hôtels, restaurants), qui représentent 25 à 30 % de notre clientèle. La vente directe au caveau par le biais de la bodega est la locomotive du domaine. Et l’export représente environ 10 %. »

Quelle est la bonne méthode pour élaborer un bon vin ?

JD : « Le secret, c’est de ramasser mûr et de ne pas mettre n’importe quoi dans ses vignes. Pour la première fois cette année, nous utilisons par un procédé assez écologique : l’eau ozonée. L’ozone élimine les odeurs en détruisant les molécules, les germes, les bactéries et les spores. C’est une méthode antifongique expérimentale et écologique, car nous ne traitons nos vignes qu’avec de l’eau.”

Quel est votre accords met / vin préféré ?

JD : “Le Carignan méchant s’accorde avec énormément de plats. Un restaurateur sait qu’il peut le conseiller les yeux fermés et que cela passera avec la plupart des plats. C’est une valeur sûre qui accompagnera à la perfection une côte de bœuf ou du gibier. Notre dernière cuvée, L’Embuscade, un 100 % Carignan, en série numérotée, serait également idéale pour accompagner une bécasse.”

Vous préparez bientôt les vendanges ?

JD : “Après les blancs, après on enchaînera sur les rosés. Nous n’avons pas de planning, c’est au fil des maturités. Nous ne sommes tenus par aucune date. Le degré nous importe peu ; nous privilégions la dégustation et la maturité. C’est un tout qui fait que l’on on va décider de vendanger ou non. Nous partons pour environ un mois de récolte. “

“Une exploitation agricole sur cinq à une activité vitinicole en France.”

Qu'en pensez-vous ?

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Jeux concours
Météo de l'Hérault
Hérault Tribune Pro Hérault Tribune Reportages

Depuis 1973, d’abord sous format magazine, puis via son site, Hérault Tribune informe le public des événements qui se produisent dans le grand Agathois, le Biterrois et le bassin de Thau.

logo hje

Depuis 1895, l’Hérault Juridique & Economique traite l’économie, le droit et la culture dans son hebdomadaire papier, puis via son site Internet. Il contribue au développement sécurisé de l’économie locale en publiant les annonces légales.