Hérault tribune : L'actu au quotiden dans tout l'Hérault.
Faits divers / Insolite

Thau et sa bande côtière : pêcheurs et conchyliculteurs mobilisés pour faire face aux enjeux de la filière

  Avec 9 projets sélectionnés et près de 40% des fonds européens mobilisés, le territoire de «Thau et sa bande côtière» est parmi les plus dynamiques au plan national. Une lagune, deux criées, une forte concentration de producteurs, le siège d’organisations professionnelles (CRCM, CRPMEM), et la présence de nombreux opérateurs de la filière (lycée de […]

 

Avec 9 projets sélectionnés et près de 40% des fonds européens mobilisés, le territoire de «Thau et sa bande côtière» est parmi les plus dynamiques au plan national.

Une lagune, deux criées, une forte concentration de producteurs, le siège d’organisations professionnelles (CRCM, CRPMEM), et la présence de nombreux opérateurs de la filière (lycée de la Mer, Ifremer, Cépralmar, station de biologie marine…) : le bassin de Thau et sa bande côtière a de fortes spécificités en matière de pêche et d’aquaculture.

Le DLAL Feamp (Fonds européen pour les affaires maritimes et la pêche) a vocation à animer ce territoire pour faire naître des projets destinés à maintenir et créer de l’emploi dans ces secteurs d’activité. Lancée en avril 2017, l’action est en bonne voie avec 9 projets financés et 40% des fonds mobilisés.

Pour Yves Michel, président du SMBT, structure porteuse du projet en relation avec la Région Occitanie : « cette réussite s’explique par une large participation de tous les acteurs à la dynamique». Professionnels mais aussi collectivités (Région, Département, intercommunalités…), associations, organismes scientifiques et de formation… se mobilisent pour aider la profession à faire face aux défis qui sont les siens. « Grâce aux différents contrats de milieux (contrat qualité, contrat de lagune, contrat de gestion intégrée du territoire de Thau), les acteurs ont l’habitude de travailler ensemble et cela facilite la concrétisation des projets», relève Yves Michel.

Les projets déposés s’inscrivent parfaitement dans les axes de la stratégie élaborée préalablement à l’action et fruit d’une large concertation, à savoir :

• Valoriser les productions : 4 projets
• Favoriser l’innovation et la diversification : 2 projets
• Promouvoir les métiers, les produits et le territoire : 2 projets • Coopérer avec les autres bassins de production : 1 projet

Ces projets montrent que le bassin de Thau et sa bande côtière de Frontignan à Agde forment un territoire créatif, qui a des besoins mais aussi un fort potentiel. Les acteurs sont confrontés à une forte évolution du monde qui les entoure (évolution des attentes des consommateurs, mutation touristique, élargissement des périodes de commercialisation, pression foncière…). Face à ces enjeux, ils se mobilisent et innovent.

Les projets réalisés et en cours

IGP huître de Thau

Elevée en eau profonde, collée une à une à la main et placée en suspension sur des cordes, l’huître de Thau est le fruit d’un savoir-faire artisanal spécifique. Cette technique et la capacité du coquillage à développer une saveur propre en lien avec son milieu naturel environnant font de l’huître de Thau un produit fortement lié à sa zone géographique de production. L’huître de Thau réunit donc toutes les conditions pour être éligible à l’appellation IGP (Indication Géogra- phique Protégée). Une procédure est lancée depuis juillet 2018 pour demander l’appellation délivrée par l’INAO (Institut national de l’origine et de la qualité). Portée par l’OP des conchyli- culteurs de Thau en concertation avec le Comité Régional Conchylicole de Méditerranée, la démarche est animée par la Fédération des IGP de l’Hérault. Elle devrait aboutir courant 2020.

Défi 1 : «Valoriser les productions»
Opérateur : OP des conchyliculteurs de Thau / Taux de réalisation : 30% Montant : 82 000 euros
Financement : Europe (40%), Région (16%), Département (11%), SAM (13%).

Schéma d’aménagement des zones conchylicoles

Inscrite au Schéma de Cohérence Territoriale, l’étude sur le schéma d’aménagement des zones conchylicoles vise à garantir un développement pérenne de la conchyliculture sur le bassin de Thau. Ce schéma veut aussi renforcer l’identité conchylicole propre au territoire tout en offrant de nouvelles opportunités de diversification d’activités attendues par une partie des professionnels. Le projet comprend différentes étapes depuis la phase de diagnostic (diagnostic socio-écono- mique, diagnostic d’aménagement, analyse réglementaire et juridique, benchmarking) jusqu’à l’éla- boration de scénarios d’aménagement (schéma global, schéma par zone, programmes et bilans financiers et feuilles de route par zone) en passant par des phases de concertation à chaque étape. L’objectif est de donner plus d’ambition, d’innovation et de cohérence à ces zones d’ac- tivité tout en veillant à préserver leur vocation prioritaire et leur identité paysagère.

Défi 3 « Favoriser l’innovation et la diversification »
Opérateur : Syndicat mixte du bassin de Thau/ Taux de réalisation : 50% Montant : 100 000 euros
Financement : Europe (40%), Région (20%), Département (20%).

Valdora : des dorades stockées vivantes !

En octobre, lors de la dévalaison, les daurades se retrouvent en masse sur les étals des marchés contribuant à la baisse des prix. L’idée du projet Valdora porté par le Cépralmar avec trois profes- sionnels de la lagune de Thau et le soutien de l’Ifremer, du lycée de la mer et du Comité régional des pêches maritimes et élevages marins, consiste à stocker en bassins à terre les poissons pêchés lors des périodes de migration pour les garder vivants jusqu’aux fêtes. Ce projet permettra d’éviter les chutes de prix aux périodes de surabondance et de lisser la commercialisation sur une période plus longue. Toutefois, il ne s’agit pas d’aquaculture mais bien de conservation de produits de la pêche.

Défi 1 : «Valoriser les productions»
Opérateur : Cépralmar/ Taux de réalisation : 50%
Montant : 93000 euros
Financement : Europe (40%), Département (20%), SAM (20%).

CapaThau : trouver l’équilibre entre productivité et bon état écologique de la lagune

La qualité de l’eau des milieux de production est un prérequis pour la production de coquillages. Les efforts fournis depuis plusieurs années pour améliorer la qualité de l’eau dans la lagune de Thau ont permis d’atteindre le bon état écologique au regard des objectifs de la directive cadre européenne sur l’eau. Cette évolution suscite pourtant l’inquiétude chez les professionnels quant à une éventuelle diminution de la quantité de ressources phytoplanctoniques. Or, celle-ci est la base de l’alimentation des organismes filtreurs exploités (huîtres, moules) et fouisseurs pê- chés (palourdes). En jeu : une perte de productivité pour les conchyliculteurs et les pêcheurs. L’objectif de ce programme scientifique est donc d’étudier les différents facteurs pouvant conduire à une meilleure conciliation entre l’atteinte du bon état écologique et le maintien des usages princi- paux des milieux côtiers, comme la pêche et la conchyliculture, ce dans une projection sur le long terme et en établissant un focus particulier sur les bivalves filtreurs. Ce projet est porté par l’Univer- sité de Montpellier avec le soutien d’Ifremer, du CRCM, du Ministère pêche et océans du canada

et de l’université d’Okaido au Japon.

Défi 3 « Favoriser l’innovation et la diversification »
Opérateur : Université de Montpellier/ Taux de réalisation : 100% Montant : 42 000 euros
Financement : Europe : 40%, Etat : 40%.

Ora maritima, édition spéciale pêche et cultures marines

Premier projet déposé sous le signe de la coopération avec les autres bassins de production, Ora maritima, édition spéciale pêche et cultures marines s’est tenue en septembre 2017 à Sète et à Mèze. Elle a réuni une centaine de participants aux ateliers et tables rondes, 17 bassins conchylicoles et de pêche, près de 600 participants aux animations grand public et plus de 300 participants au temps fort Thau de bouche à oreille. Cette édition spéciale pêche et cultures marines était organisée par le Syndicat mixte du bassin de Thau avec le soutien financier de l’Europe, de la Région Occitanie, du Département de l’Hérault et l’appui des organisations professionnelles et des villes de Sète et Mèze. Découvrir ou redécouvrir les métiers de la pêche et des cultures marines, souligner la place qu’ils occupent dans les territoires, déguster les produits issus de ces activités traditionnelles, rappeler la contribution de ces filières à la protection des milieux… étaient au coeur de cette manifestation.

Défi 4 : «Coopérer avec les autres bassins de productions». Opérateur : SMBT/ Taux de réalisation : 100%
Montant : 50 000 euros.
Financement : 40% Europe, 15% Région, 15% Département.

Stand de promotion et de valorisation des produits et des métiers de la pêche

L’Organisation de producteurs Sathoan a souhaité communiquer autour des métiers et des produits de la pêche méditerranéenne. Réalisé pour la manifestation grand public « Escale à Sète », ce stand coloré, ludique et pédagogique cible les familles en proposant des informations sur les métiers de la pêche méditerranéenne et des jeux sur les produits afin que les enfants puissent apprendre en s’amusant.

Défi 2 « Promouvoir les métiers, les produits, et le territoire »
Opérateur :OP SATHOAN/ Taux de réalisation : 100%
Montant : 16 000 euros.
Financement : Europe (40%), Région (20%), Département (10%), SAM (10%).

Les projets financés à réaliser

Création d’une identité Huîtres et moules de Méditerranée

Le CRCM souhaite revaloriser l’image des produits issus de ses bassins de production en structurant une communication ciblée sur les éléments spécifiques des productions méditer- ranéenne : consistance charnue, croissance rapide, techniques d’élevage en suspension sur tables, collage des naissains à la main, élevage en eau profonde… Ce projet développé à l’échelle de la Méditerranée ne va pas à l’encontre des appellations locales mais au contraire les valo- rise à travers deux identités partagées « Huître de Méditerranée » et «Moule de Méditerranée».

Défi 2 « Promouvoir les métiers, les produits, et le territoire »
Opérateur : CRCM
Montant : 63 000 euros
Financement : Europe : 40%, Région : 13%, Département : 13%, SAM : 13%, Galpa Narbonnaise : 38%.

NA-MUR : valorisation économique et pêche durable de la nasse et du murex

Ce projet vise à créer une unité de stabulation à terre sur le site de la criée d’Agde afin de permettre aux professionnels de stocker les murex et les nasses. Cette unité de stabula- tion se voudra collective et une répartition de stockage sera définie entre les profession- nels. Au préalable une étude de marché, ainsi que des essais de conditionnement au stoc- kage devront être réalisés afin de définir la faisabilité technique et commerciale du projet.

Défi 1 : «Valoriser les productions»
Opérateur : Ville d’Agde
Montant : 45 000 euros.
Financement : Europe (40%), Région (26%), Département (14%).

SAS Terre et Mer : entreprise d’insertion pour transformer les produits de la mer

Le projet concerne la création d’une société en action simplifiée (SAS) baptisée Terre et mer, 1ère joint-venture sociale d’Occitanie. Cette entreprise d’insertion associe à parité Croix Rouge Inser- tion-Capdife et la criée d’Agde. Elle a pour vocations :
– la valorisation de poissons rencontrant actuellement des difficultés de commercialisation sous forme de produit prêt à consommer, prêt à cuire, emballé,

– la valorisation du capital humain pour permettre à des personnes en situation d’exclusion un retour à l’emploi de droit commun en favorisant leur employabilité.

Défi 1 : «Valoriser les productions»
Opérateur : SAS Terre et Mer (Criée d’Agde et Croix rouge insertion Montant : 55 000 euros.

Financement : Europe (40%), Région (20%), Département (10%), SAM (10%).

Bilan et perspectives

40% des fonds européens mobilisés

Avec 9 projets déjà financés et 40% du fonds FEAMP dédié mobilisé, le GALPA Thau et sa bande côtière affiche un bon taux de réalisation. Les projets s’inscrivent parfaitement dans les axes de la stratégie définie préalablement au lancement de l’action avec une ma- jorité de projets déposés dans l’axe 1 «valoriser les productions», ce qui correspond aux attentes de l’Europe dans ce domaine.

Pour rappel, les projets sont sélectionnés en fonction de :

  • leur impact économique,

  • leur impact sur l’emploi,

  • leur dimension collective,

  • leur cohérence et les synergies avec les projets existants ou à venir sur le territoire.

    Le DLAL FEAMP Thau et sa bande côtière en chiffres

    9 projets
    215 000 euros de Fonds européen mobilisés :
    666 000 euros en volumétrie financière de projet
    Une dizaine de groupes de travail thématique organisés
    5 Comités de sélection et de pilotage
    150 réunions de travail
    Près d’une centaine de partenaires individuels et collectifs

    Perspectives

    La dynamique se poursuit au sein du GALPA Thau et sa bande côtière. Des projets se dessinent dans les domaines de la commercialisation- transformation et de la communi- cation. Des actions de coopérations seront également lancées en partenariat avec la Ré- gion Bretagne et Provence Alpes Côtes d’Azur. Le territoire de Thau et sa bande côtière est sollicité pour faire part de son expérience sur les actions menées dans le domaine de la communication et notamment le lien entre le territoire et les actions de communication. Plusieurs projets ont également été présentés au Comité de sélection et de pilotage du 29 janvier 2019 :

    • DuPPeM : durabilité et polyvalence des petits métiers, projet visant à tester de nou- veaux engins de pêche dans les ports du Grau du Roi et d’Agde; il s’agit d’un dossier collaboratif entre 2 GALPAs, Thau et Vidourle Camargue, projet porté par l’OP du Sud.

    • Mise en place d’une formation à la transformation et la valorisation des produits de la mer, pour les professionnels de la pêche et de la conchyliculture, projet porté par le lycée de la Mer Paul Bousquet.

    • Captage naturel : vers une semi-industrialisation de l’itinéraire technique permettant de passer du naissain naturel capté sur Thau à des huîtres collables, projet porté par le Cépralmar.

    • Elaboration d’une stratégie pour la filière conchylicole méditerranéenne.

    • Nouvelle vague : portraits de jeunes conchyliculteurs de la lagune de Thau, projet porté par le Cépralmar.

 

DLAL FEAMP : en savoir plus Le FEAMP

Le FEAMP est le fonds de l’Union européenne (UE) pour les affaires maritimes et la pêche sur la période 2014-2020. Il est piloté au plan régional par la Région Occitanie.
Le fonds
• Aide les pêcheurs à adopter des pratiques de pêche durable.

• Aide les populations côtières à diversifier leurs activités économiques.
• Finance des projets destinés à créer des emplois et à améliorer la qualité de vie le long du littoral européen.
Le programme DLAL FEAMP, anciennement AXE 4 du FEP, fait l’objet de démarches locales associant tous les acteurs concernés qui élaborent des stratégies d’intervention. Il est animé au plan local par des structures porteuses sélectionnées par la Région dans le cadre d’un appel à projet.
Une fois la stratégie DLAL élaborée, le Fonds sert à cofinancer des opérations, en com- plément d’autres financements.

Le Syndicat mixte du bassin de Thau, structure porteuse

Le Syndicat mixte a été désigné à la demande des professionnels structure porteuse du GALPA Thau et sa bande côtière de Frontignan à Agde. Il est chargé d’animer et de coordonner la démarche au plan local. Il aide les porteurs de projet à solliciter les fonds FEAMP et autres aides extérieures complémentaires. Il assiste le porteur de projet dans l’élaboration de sa fiche projet.

Ses missions :
• Informer sur le programme DLAL FEAMP
• Accompagner les porteurs de projet : un appui technique à la réflexion pour la construc- tion du projet et une aide au montage de dossier
• Organiser la concertation
Le SMBT, c’est :
• une solide expérience en matière de développement local et d’ingénierie territoriale,
• une collaboration permanente avec les partenaires financiers qui soutiennent le territoire (Europe, Agence de l’eau, Région, Département),
• une connaissance fine du territoire et des enjeux liés à la pêche et aux cultures marines.

Lexique*

FEAMP : Fonds européen pour les affaires maritimes et la pêche

GALPA : Groupe d’Action Locale de la Pêche et de l’Aquaculture. Il regroupe l’ensemble des partenaires institutionnels, techniques et scientifiques concernés par le programme.

DLAL : Démarche Locale portée par des Acteurs Locaux

Comité de sélection et de pilotage : Il sélectionne les dossiers qui seront soumis à accord de financement et suit l’avancement de la stratégie du territoire.

DLAL FEAMP Thau et sa bande côtière contact : contact@dlalbassindethau.fr www.dlalbassindethau.fr

Qu'en pensez-vous ?

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Météo de l'Hérault
Jeux concours

Depuis 1973, d’abord sous format magazine, puis via son site, Hérault Tribune informe le public des événements qui se produisent dans le grand Agathois, le Biterrois et le bassin de Thau.

logo hje

Depuis 1895, l’Hérault Juridique & Economique traite l’économie, le droit et la culture dans son hebdomadaire papier, puis via son site Internet. Il contribue au développement sécurisé de l’économie locale en publiant les annonces légales.