Hérault tribune : L'actu au quotiden dans tout l'Hérault
Economie
Tourisme
CA Hérault Méditerranée
Agde

AGDE : À la Tamarissière, le projet de montée en gamme du camping municipal fait jaser

Depuis le dernier conseil municipal du 13 avril et l’annonce de la reprise du camping la Tama par un nouveau concessionnaire, les avis ne manquent pas sur ce projet d’ampleur porté par la société Cottage parks qui lance un concept de campings écologiques.

Réconcilier tourisme et nature

L’entrepreneur à la tête de cette dynamique est un enfant du pays. Après une carrière dans le tourisme international, François Cros est revenu dans sa région avec une idée en tête : réconcilier tourisme et nature au travers d’un concept novateur dans l’hôtellerie de plein air, celui du bien-être en famille avec une philosophie résolument tournée vers le développement durable.

Coeur de Village et services camping tama

Un concept qui n’a pas manqué de séduire les élus de la ville d’Agde qui, décidés à donner une nouvelle dynamique aux campings municipaux, lui en ont confié l’exploitation dans le cadre d’une délégation de service public qui court jusqu’en 2038.

Au programme de ces prochaines années, la mise en place à la Tama d’habitats insolites tels que des cabanes en bois perchées, la suppression des véhicules à l’intérieur des enceintes, la production d’énergie photovoltaïque, la récupération de l’énergie produite par les utilisateurs de la salle de sport, réduction des consommations d’eau et une philosophie résolument tournée vers le développement durable.

herbergements insolites camping la tama
À la Tamarissière, de futurs chalets perchés en hauteur auront la vue mer


À la clé, une vingtaine d’emplois à l’année, une centaine en saison et une redevance annuelle moyenne de 1,3 million d’euros à reverser à la ville.
Des perspectives séduisantes qui ne sont pas pourtant du goût de tous.

L’opposition municipale vote contre  

Depuis que la municipalité a communiqué son intention de changer d’exploitant, l’opposition municipale n’a pas manqué de soulever des points de mécontentements et voter contre cette décision. « La sodeal se trouve en difficulté par manque de personnels qualifiés pour gérer ce type de structures, mais par cette décision, vous cédez le patrimoine agathois à des privés et sans expérience dans ce domaine,  c’est une aventure très risquée » affirme Fabienne Varesano pour le rassemblement agathois.

De son côté, André Figueras pour le groupe « Agde juste, verte et sûre »  trouve « la redevance fixe très allégée les premières années, tout en notant que « le contrat ne prévoit aucune revalorisation ni indexation des redevances pendant 10 ans, ni la possibilité d’un réexamen des conditions d’exploitation notamment si les résultats attendus ne sont pas au rendez-vous. Nous avons bien évidemment voté contre cette délibération, le projet de passer une partie du camping en zone naturiste nous a conforté dans notre choix, mais a malheureusement aussi avivé la crainte de voir ce site emblématique et remarquable complètement transformé en ce que beaucoup redoutent ! » note l’élu d’opposition dont la liste portée par Thierry Nadal avait obtenu 35 % au second tour des élections municipales.

Des critiques partagées par l’association AGATHÉ

Fondée en 1981,  l’association AGATHE (Association du Grand Agde Touristes et Habitants ensemble) a la volonté de se faire entendre sur tous les sujets touchants au patrimoine local. « Lors de la création de notre station touristique dans les années 70, il y a eu beaucoup d’abus, de certains promoteurs, syndics entrepreneurs, les habitants en ont eu assez, il y a eu alors une volonté évidente d’agir pour pratiquer, organiser ou changer les choses, en initiant des propositions mais aussi des réclamations » note l’un de ses adhérents.  

L’association qui s’est peu à peu politisée se veut être un caillou dans la chaussure de la majorité municipale et ne manque pas une occasion d’égratigner sa gestion et ses décisions.

«  Pour installer des chalets haut de gamme, il est nécessaire qu’ils aient un équipement au top : eau potable, eaux usées, électricité, gaz, fibre optique. Et il faut faudrait enterrer ces réseaux sans abîmer les racines des arbres : mieux que les coulisses de l’exploit ! Ne parlons pas des cabanes en bois qui seraient perchées dans les pins »  note son président Jean-Claude Coubau.

jean claude cobau agathé
Jean-Claude Cobau, président de l’association Agathé est vent debout contre le projet de montée en gamme du camping municipal de la Tama

Pour l’éventuelle partie naturiste, l’association note que « cela est à l’initiative du gestionnaire et tant qu’il n’y a pas de trouble à l’ordre public, il sera difficile de s’y opposer. Il restera à faire accepter cette particularité aux « textiles » qui vont occuper le reste du terrain ».

Elle se dit  également tout à fait contre le principe d’accorder une concession de plage à la tamarissière.  « Pour implanter une nouvelle concession de plage, il faudra passer par une enquête publique,  Cela sera aussi l’occasion de dire tout le mal que nous pensons de cette affaire. Ne perdons pas de vue qu’il faut laisser un passage de libre accès au bord de mer de 10 mètres. Est-ce que la structure de la plage autorisera une concession de 25 mètres + 10 mètres pour le passage ? Pas sûr. ! »

Agathé n’est guère plus favorable à l’implantation d’un lagon aquatique pourtant lui aussi nécessaire à la volonté de monter en gamme du camping municipal. « Cela revient à faire une piscine dans un bois classé ! » affirme le président.  

Pas question non plus de voir implanter des habitats insolites. «  Cela sera ni plus ni moins qu’une cinquantaine de chalets supplémentaires, sauf que le camping, se trouve en zone  rouge, la pinède de La Tamarissière n’a pas vocation à être bâti, les champs de panneaux solaires sont interdits tout comme l’abattage d’arbres” répond l’association.

« En résumé, les obstacles règlementaires seront nombreux pour l’obtention d’une 4ème étoile. Rappelons que dans le même état d’esprit, le groupe « Pierre et Vacances » a été contraint d’abandonner son projet du Center Parcs de Roybon, en Isère. De nombreux recours ont eu raison de ce projet. Cela devrait faire réfléchir certains ! » lance le président d’Agathé qui cache à peine son intention de lancer si besoin des recours judiciaires contre l’évolution du camping municipal.

Des difficultés loin de décourager François Cros


 « Tout changement ou évolution perturbe c’est normal. J’irai à la rencontre de cette association, je lui expliquerai plus en détails le projet et sa philosophie qui est de révolutionner l’approche touristique par l’écologie. S’ils sont sous le charme de ce site, comme je peux l’être moi-même, nous arriverons à nous entendre. Par contre, s’ils font juste de l’opposition bête et systématique et sont anti-tout sur tout, cela ne m’intéresse pas vraiment. À un moment donné, il faut savoir ce que l’on veut, y aller, nous avons l’envie de bien faire et nous avons aussi le savoir-faire. Nous sommes sous le charme de ce type naturel et nous comptons bien qu’il le reste tout en le modernisant et en le rendant plus accessible aux agathois en créant notamment  un parcours éducatif écologique à destination des écoles de la ville et des familles qui viennent se balader le week-end. ».

françois cros 770x1027 1
François Cros et sa société cottage parks portent un projet ambitieux pour le camping de la Tama

Commerçants et habitants plutôt enthousiastes

Avec plus de 700 emplacements et une ouverture d’avril à septembre, le camping le Tama n’est plus ni moins que le poumon économique de ce petit coin de paradis. Autant dire que son évolution ne laisse pas indifférents les habitants et divers commerces du secteur qui voient plutôt d’un bon œil cette évolution.

Cabanes insolites perchées

 «  Le coté écolo du projet me plaît beaucoup, il est phase avec le site » note Jean-Jacques qui s’est installé à la Tamarissière en 2017. Même son de cloche du côté de Christophe, le boulanger installé en face du Camping depuis 1993 : «  Il y a eu des bonnes périodes par le passé mais le camping déclinait depuis plusieurs années et notre chiffre d’affaires avec ! Il est en catégorie 3 étoiles mais en réalité, il ne l’était plus vraiment. Les campeurs représentent 80 % de notre clientèle, tout le monde attend avec impatience que le camping ouvre. Mais il faut le rénover pour le sauver, il est à l’abandon alors qu’il mérite de monter en gamme ». Son voisin Ali qui tient une pizzeria est du même avis : « cela va arrêter l’hémorragie car il y avait de moins en moins de monde dans ce camping, nous étions tous en train de mourir à petit feu. Cela va attirer une nouvelle clientèle, c’est bien pour les commerçants du moment que les vacanciers continuent de sortir  du camping ».

commerçants Tamarissière
Les commerçants de la Tamarissière attendent avec impatience l’ouverture du camping


Même son de cloche du côté de l’épicerie boucherie traiteur ouverte 7 jours/7 d’avril à septembre «  nous venons de reprendre l’affaire cette année et nous avons beaucoup d’espoir dans cette évolution du camping » note Nathalie et John originaire des hauts cantons de l’Hérault et tombés sous le charme naturel de la Tamarissière.

Pour Marie-Ange qui tient la presse depuis 29 ans, «  le changement était nécessaire, il n’y a pas assez d’animations, il faut que cela bouge mais attention, le site est magnifique et il faut qu’il le reste, l’évolution telle qu’elle nous est présentée, respectueuse de l’écologie va dans le bon sens. M. Cros est venu se présenter. »

allée commerçante tamarissière
Camping fermé, l’allée commerçante est désespérément vide

David Mallen, président de l’association Agde histoire 39-45 qui a réhabilité en musée historique un des bunkers érigés sur la plage de la tamarissière pendant la seconde guerre mondiale approuve également cette évolution. «  Avec l’ouverture du bunker en musée en 2012, nous attirons plus de 10 000 personnes / an sur le site. Voir le camping évoluer est une bonne chose pour tous, l’équipe de M. Cros est venue nous voir au bunker, l’approche est bonne. Pour moi, l’écologie et le patrimoine vont de pair et donc j’approuve cette évolution. »

bunker musée tama
Le bunker 638 de la Tamarissière attire plus de 10 000 visiteurs/an
bunker tama

Marco, que certains surnomment amicalement le  « maire de la Tamarissière » est avant tout le patron du glacier situé dans l’angle de l’axe commerçant. Il est intarissable sur le sujet :   «  Bien entendu que tout le monde ici est très favorable à tout cela, il faut être réaliste et savoir de quoi on parle avant d’exprimer son opposition. Je connais des vacanciers qui venaient depuis des années dans ce camping mais qui par manque de confort, sont partis ailleurs dans des campings mieux équipés, c’est cela la réalité. Ce projet qui n’a que des points positifs. Par contre, nous comptons également sur le passeur pour jouer le jeu et assurer des rotations au moins jusqu’à 23h pour laisser le temps aux consommateurs venant du Grau d’Agde de venir au restaurant à la Tamarissière et prendre le temps de passer la soirée sans regarder la montre ou avoir à revenir en taxi !

Voilà qui est dit !

le camping de la Tamarissière à l'époque
Le camping de la Tamarissière est historique
Qu'en pensez-vous ?

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Commentaires

  1. Heureusement qu’il y a l’association Agathe qui va freiner la politique du pognon ….Je reprends espoir pour conserver ce petit paradis .

  2. Bonjour,
    en fait c’est de la poudre aux yeux, écolo tu parles ! parce qu’il y a des structures en bois ? Mais le bois est là, ce sont les arbres ! Donc laissez vivre les arbres et les campeurs normalement sont à terre avec leurs tentes ou bungalow.
    Naturistes ?? oui dans la nature , et pas libertins, et laissez le passage à tous les autres.
    Que cherchent ils le maire et ces entrepreneurs ? Agrandir la baie des cochons ? Faire payer encore le passage à la plage comme de l’autre côté ? Car c’est cela.. plage naturiste signifie que les autres n’ont pas droit d’accès s’ils ne sont pas nus.
    En fait le maire cherche encore à attirer les riches, quitte à empêcher les autres de vivre.
    La Tamarissière est un lieu encore un peu sauvage où il est merveilleux de se promener, on veut en faire un parc de loisirs pour riches fermé aux autres.
    C’est un scandale sous couvert écolo qui ne l’est pas !
    on nous prend pour des imbéciles !

Météo de l'Hérault
Jeux concours

Depuis 1973, d’abord sous format magazine, puis via son site, Hérault Tribune informe le public des événements qui se produisent dans le grand Agathois, le Biterrois et le bassin de Thau.

logo hje

Depuis 1895, l’Hérault Juridique & Economique traite l’économie, le droit et la culture dans son hebdomadaire papier, puis via son site Internet. Il contribue au développement sécurisé de l’économie locale en publiant les annonces légales.