Hérault : face au manque d’eau, le département placé en vigilance sécheresse

Les indicateurs de la situation hydrologique dans l’Hérault sont défavorables en ce début de printemps.

La période de recharge hivernale allant de septembre 2020 à mars 2021 aura été marquée par des épisodes pluvieux en trompe-l’œil. Le déficit de pluie constaté, particulièrement marqué sur les plaines et le littoral, est bien réel. A titre d’exemple, la pluviométrie constatée à la station de Montpellier aéroport atteint seulement 37 % des précipitations normalement constatées sur cette période.

70 % des niveaux des nappes sont en baisse

Les eaux souterraines présentent des niveaux « normaux » à « bas ». Les débits des cours d’eau sont caractéristiques des années sèches pour la période et ceux des fleuves côtiers attestent de l’absence de pluies significatives sur la plaine littorale cet hiver. Compte tenu de ces indicateurs, de l’état de sécheresse relativement avancé des sols et des faibles signaux de pluie à venir, la préfecture a placé l’intégralité du département en vigilance.

Un nouveau point prévu en mai

Le comité sécheresse, animé par la Ddtm, composé des services de l’Etat, d’établissements publics, de collectivités gérant la ressource et d’usagers fera un nouveau point de situation mi-mai. Ce comité a pour objectif d’assurer le suivi de la ressource en eau sur le département et, le cas échéant, de proposer les mesures appropriées en fonction des cinq niveaux identifiés : situation normale, vigilance, restriction de premier niveau, restriction renforcée et crise.

Qu'en pensez-vous ?

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Jeux concours
Météo de l'Hérault
Hérault Tribune Pro Hérault Tribune Reportages

Depuis 1973, d’abord sous format magazine, puis via son site, Hérault Tribune informe le public des événements qui se produisent dans le grand Agathois, le Biterrois et le bassin de Thau.

logo hje

Depuis 1895, l’Hérault Juridique & Economique traite l’économie, le droit et la culture dans son hebdomadaire papier, puis via son site Internet. Il contribue au développement sécurisé de l’économie locale en publiant les annonces légales.