Sète Agglopole Méditerranée : 147 000€ pour les 6 lauréats du fonds de revitalisation Timac Agro

Hérault Tribune Pro Reportage

À Mèze, le 24 mai dernier, 6 projets agricoles, terrestres et maritimes, ont été mis en valeur. Ils ont bénéficié d’un financement local.

Le territoire de Sète agglopôle méditerranée est tourné vers la transition écologique, à travers notamment une économie littorale globale et innovante capable de s’adapter aux effets du changement climatique et une gestion environnementale équilibrée pour protéger la biodiversité et les usages. La rencontre s’est déroulée chez Axelle Bodoy, Pistalogic, lauréate. Les autres projets valorisés sont : Luc Fonta (les 3 Mazets), agriculteur à Villeveyrac, pour son projet de viticulture sur sol vivant et de Jorge Fernandez (My Home Farmer), agriculteur à Villeveyrac, pour son projet de Maison du Safran et des aromatiques et le Comité régional des Pêches Maritimes et des Élevages marins du Languedoc-Roussillon (CRPMEM), soutenu pour 3 projets.

L’agriculture innove

Axelle Bodoy, Pistalogic à Mèze, a racheté auprès de la Safer, le Mas Gabriel, ancienne dépendance de la Castillonne, Montagnac, servant d’hébergement aux ouvriers agricoles. « Nous sommes en pleins travaux puisque nous allons vivre ici et créer un gîte », précise-t-elle. « Cela a été un long combat pour nous, avec des difficultés d’accès au foncier. Et les difficultés d’accès aux financements. Cela a soulevé les questions des modèles de financements agricoles. Il y a de plus une vraie question de l’adaptation de nos cultures : climat, eau … C’est un pari sur l’avenir. Nous avons reçu un accompagnement fort notamment de l’Agglomération. » Cette ingénieure agronome, passée par Danone aux Pays-Bas, veut développer une production arboricole innovante : « la pistache cultivée en conduite agroécologique irriguée pour une production de haute qualité organoleptique, certifiée bio et ancrée dans le territoire. Les produits transformés seront commercialisés en circuit court auprès des restaurateurs, pâtissiers et boutiques gastronomiques. » Axelle Bodoy va exploiter 8 hectares de pistachiers (Villeveyrac et Mèze), 4 hectares de grenadiers. Elle va également diversifier son activité avec une activité apicole complémentaire en installant 10 à 25 ruches (miel et gelée royale). Son projet demande un investissement de 800 000€, le fonds Timac Agro apporte 38 200€.

SAMRevit06

Jorge Fernandez, My Home Farmer (la maison du safran) à Villeveyrac, ancien opticien, est devenu agriculteur en 2010. Il a peu à peu développé son exploitation « sur sol vivant pour avoir aujourd’hui 35 000 bulbes de safran, produisant entre 300 et 600 grammes de safran catégorie 1 en bio », précise-t-il. Il compte développer son activité en lui donnant une dimension pédagogique en créant la Maison du Safran et des aromatiques à Poussan : « c’est une continuité de mon activité, dans l’objectif de me développer. Cet espace de découverte sera imaginé comme un vecteur d’éducation à l’agroécologie et aux cultures durables et vertueuses, offrant aux visiteurs un parcours extérieur initiatique à la découverte des plantes aromatiques (un véritable parc aromatique, accessible et visitable par tous, personnes à mobilité réduite incluses) et un hall d’exposition et de vente. Je souhaiterais créer des emplois, notamment recruter un ingénieur agronome qui s’occupera des visites et un maître confiturier qui s’occupera des transformations. Créer une ‘petite exploitation’ vivrière », précise l’agriculteur. Un séchoir solaire et un nouveau laboratoire vont lui permettre d’augmenter ses volumes, améliorer sa rentabilité, en proposant des prestations aux agriculteurs locaux afin de valoriser leurs excédents (coulis, confitures de fruits séchés…) : « nous travaillerons sur des recettes ensemble, du ‘ketchup’ par exemple » précise Jorge. L’investissement s’élève à 150 000€ dont 30 000€ subventionné par le fonds Timac Agro.

SAMRevit04

Luc Fonta a créé le Domaine des 3 Mazets à Villeveyrac après une carrière de technicien dans le traitement de l’eau. « C’est un domaine en viticulture naturelle sur sol vivant, nouvelle technique agricole visant à reconstituer dans les parcelles, le cycle naturel de la fertilité des sols » explique Luc Fonta. « Ce projet est axé sur 2 piliers : l’agroécologie et la bioélectronique (analyse physico-chimique pour mesurer l’état de stress, de santé des plantes) » détaille-t-il. « Mon projet s’est orienté sur le raisin de table et la vigne de raisins de cuve. Dans un premier temps, j’ai fait énormément de recherches et de formations. Mon approche sur la vigne est de respecter le cycle logique de la biologie. Je vais maximiser la biodiversité, un non-travail du sol pour éviter son érosion, préserver les ressources en eau et séquestrer le carbone », explique Luc Fonta. Le projet demande 90 000€ d’investissement et le fonds Timac Agro en finance un tiers : 30 000€.

SAMRevit03

Identifier les compétences et qualifications

Le CRPMEM réalise un diagnostic des besoins en qualifications et compétences, première étape à la mise en place d’une GPEC et d’un contrat de filière, à l’image de celui porté par la profession conchylicole. Le fonds Timac Agro a alloué à l’organisation professionnelle 9 042€.

Pour la filière conchylicole, « nous avons été engagés l’an dernier dans le premier contrat de filière conchylicole de France. Nous avons dans notre convention de revitalisation avec le fonds Timac Agro, et en lien avec nos 3 enjeux : adaptation et résilience face au changement climatique, installation – transmission et préservation du foncier agricole, et enfin la promotion communication sur les métiers et l’innovation. Dans ce contexte, la convention nous a permis d’innover, de sortir des sentiers battus avec un système de financement assez simple. Nous avons répondu avec le lycée de la mer sur les enjeux d’installation et de transmission. 3 projets ont obtenu votre confiance : développer une nouvelle formation (certificat de qualification professionnelle / responsable d’exploitation conchylicole), 18 800€ ; la transmission avec une formation ‘bien préparer son départ à la retraite et céder son exploitation’, 2 000€ ; et un guide pour donner de la lisibilité aux cédants, 8 958€ d’aide », détaille Fabrice Grillon-Gaborit du CRCM.

SAMRevit07

Le fonds de revitalisation Timac Agro

Timac Agro accompagne au quotidien les agriculteurs dans l’évolution de leur mode de production avec pour objectif d’être « un acteur déterminant au service du développement pérenne pour une agriculture performante et durable ».
Les 3 projets portés par les agriculteurs représentant un investissement de 1,04M€ sur le territoire. Les projets portés par les structures professionnelles de la pêche et de la conchyliculture viennent renforcer ou élaborer leur contrat stratégique de filière, véritables leviers de structuration de ces filières emblématiques du territoire.

« Nous avons parlé de la transition agricole. Mais en amont de cette transition, il faut des fabricants français pour approvisionner les agriculteurs. Il y a eu une transformation chez nous à Sète pour nous adapter aux attentes locales : la ‘fertirrigation’ (fertiliser les terres en amenant de l’eau au plus près de la culture) qui répond aux besoins de la plante et s’adapter au réchauffement climatique et aux conditions météo. Nous sommes sur 3 piliers pour cet appel à intérêts, très importants pour nous : l’agriculture, notre cœur de métier, l’innovation et le local. Nous sommes très satisfaits d’avoir accompagné des projets en lien avec le territoire. C’est le début d’une belle aventure commune », explique Charles Puech.

SAMRevit05

Timac Agro confie le solde de son enveloppe (la convention arrive à son terme) à Initiative Thau. Ces 10 000€ permettront à la plateforme d’initiative d’accompagner en subvention (et non en prêt d’honneur), deux projets d’entreprises agricoles à hauteur de 5000€ chacun.

Satisfaction des élus

Le président François Commeinhes rappelle que « l’agriculture du territoire, majoritairement tournée vers les activités halieutiques et la vigne représente près de 800 exploitations, une surface agricole utile de plus de 5 600 hectares et près de 4 000 emplois salariés. L’agglomération a lancé plusieurs initiatives comme le programme des Paiements pour Services Environnementaux rendus par les agriculteurs, la reconquête du Domaine de la Roquette ou son engagement dans des actions du contrat de filière conchylicole. Cette ambition, l’agglomération a souhaité la faire partager à d’autres acteurs économiques comme Timac Agro Sète, groupe Roullier. Timac Agro a ainsi tenu à s’inscrire dans ces valeurs partagées en déployant sa convention de revitalisation sur ces filières. Un travail partenarial s’est mis en place, un appel à manifestation d’intérêt a été lancé pour un projet en cohérence avec le Contrat de Transition Ecologique du territoire : 11 projets étudiés, 6 lauréats pour 147 000€ du fonds alloués. Je tiens à féliciter l’ensemble de ces candidats qui ont été retenus. »

Le Vice-président de l’Agglo délégué aux activités agricoles se félicite de « la réussite de ces projets de jeunes et moins jeunes qui se lancent dans une agriculture qui est un peu différente. Depuis la fusion des deux agglomérations, nous avons lancé une vraie politique agricole en liant l’agriculture aux espaces naturels : favoriser la biodiversité par l’activité économique agricole. Cela me tient à cœur sur le territoire, territoire à protéger face au changement climatique. Il nous faut imaginer une agriculture résiliente. La transition écologique, ça prend du temps, c’est regarder avec un œil lointain pour imaginer ce que sera l’agriculture demain, dans 20 ans, dans 30 ans, les politiques essayent de l’influer, mais sans les acteurs économiques du territoire, nous ne ferons rien. »

Thierry Baëza, le maire de Mèze, se satisfait et « se réjouit de l’installation d’agriculteurs sur le territoire. C’est très dur pour les jeunes agriculteurs de s’installer, car nous sommes soumis à beaucoup de contraintes. Avec la municipalité, nous essayons avec la Safer de préempter les terres agricoles qui se vendent, pour éviter notamment la cabanisation, sujet épineux dans nos communes. Notre objectif est de pouvoir fournir des terres aux agriculteurs. Je suis heureux de cette installation de pistachiers, nous aimons bien les nouveautés dans le coin, et je remercie l’agglo pour son aide précieuse, nous serons à vos côtés pour essayer d’installer d’autres personnes. »

SAMRevit01
Qu'en pensez-vous ?

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Jeux concours
Météo de l'Hérault
Hérault Tribune Pro Hérault Tribune Reportages

Depuis 1973, d’abord sous format magazine, puis via son site, Hérault Tribune informe le public des événements qui se produisent dans le grand Agathois, le Biterrois et le bassin de Thau.

logo hje

Depuis 1895, l’Hérault Juridique & Economique traite l’économie, le droit et la culture dans son hebdomadaire papier, puis via son site Internet. Il contribue au développement sécurisé de l’économie locale en publiant les annonces légales.