Sète : festivals d’été, que la fête commence !

Reportage

Les directeurs et directrices des festivals d’été étaient réunis ce vendredi 13 mai autour d’élus de la Ville de Sète, pour présenter les temps forts qui vont ponctuer la saison culturelle et artistique de mai à octobre.

© M_Weisbuch

Escale à Sète et ses 400 000 visiteurs sont encore dans les têtes, mais la saison estivale arrive au grand galop. La ville de Sète est-elle jamais rassasiée ? Il semblerait que cela soit dans ses gènes. Le maire François Commeinhes s’est remémoré à voix haute le temps où il se rendait au Théâtre de la Mer pour voir Gérard Philippe jouer Le Cid. Car la ville accueille des artistes de talent depuis toujours. C’est même là son grand mérite : renouveler son programme en mêlant des “légendes” et des talents émergents. Une prouesse portée par un “esprit d’équipe”, comme l’a souligné Paul-Eric Laurès, animant la présentation.

L’organisation

Klive

Le flux de visiteurs impose une maîtrise de la circulation. La solution a été une nouvelle fois testée au cours d’Escale à Sète. Elle consiste à orienter les personnes vers les navettes fluviales. L’idée est de laisser les véhicules aux portes de la ville. “Nous venons de faire la preuve de notre savoir-faire pour accueillir des populations importantes, avec une organisation qui a permis de fluidifier la circulation, peut-être pas en voiture, mais pour les piétons et les autres moyens de transports, grâce aux parkings de dissuasion” s’est félicité le maire de Sète. Un petit signe en direction des potentiels visiteurs qui reculent au dernier moment, convaincus de ne pas pouvoir se garer.

Le programme

fernande

Tous les arts ont rendez-vous à Sète. De Jazz à Sète (musique) à Fernande (chanson), d’Image Singulières (photo) à Sunsète (cinéma), de K-Live (street art) à Voix vives (poésie), et d’autres encore comme Fiest’a Sète ou Cinéma de la Mer, la ville transpire la création artistique de mai à octobre. Une singularité qui a son prix et ses recettes. “La ville investit 1,4 million d’euros” a annoncé François Commeinhes. Et quant aux retombées financières ? “Pour 1 euro investi, il y a 7 euros de retombée” estime le maire.

De grands noms

jazz

Côté Jazz à Sète, les présences d’Herbie Hancock et Marcus Miller donnent une aura particulière à cette édition. Mais il ne faudra pas bouder son plaisir d’écouter Stacey Kent ou Laura Prince. Quand je pense à Fernande accueillera cette année notamment Juliette Armanet, Gaëtan Roussel et Christophe Maé. Le festival de poésie Voix vives recevra Sapho avec son nouvel album intitulé J.A.M (jalousie, amour, mort), et Fiona Gélin, qui lira les poèmes de son père, accompagnée à la guitare.

Trois questions à Jeanne Corporon, adjointe à la mairie de Sète, chargée de la culture

theatredelamer
Théâtre de la Mer © Ville de Sète

Les arts et la culture à Sète, pour Jeanne Corporon, “cela ne se passe pas que pendant l’été avec les festivals, mais toute l’année. Là, nous présentons ce que nous avons développé, à savoir le principe des festivals qui se succèdent jusqu’à la fin de l’été”, a résumé l’élue.

Plusieurs directeurs et directrices de festivals à Sète se sont félicités de la présence de femmes cette année. Avez-vous particulièrement œuvré dans ce sens ?

Jeanne Corporon : “Pas particulièrement. Nous prenons les talents qui se présentent et il se trouve qu’il y a beaucoup de femmes. Nous ne regardons pas si ce sont des hommes ou des femmes, c’est le talent qui prime.”

Cette effervescence que créent les festivals, trouve-t-elle son origine dans l’identité particulière de Sète ?

Jeanne Corporon : “Oui, je veux bien le croire. Car nous aimons beaucoup la chanson à Sète. Nous avons des origines italiennes. Donc la chanson fait partie de nos origines, c’est pourquoi nous la célébrons. Cela fait partie de notre joie de vivre et de notre caractère. C’est vivant la chanson et c’est éternel. Cela se transmet de générations en générations. Nous fêtons aussi bien les chansons anciennes que les nouvelles.”

Voix vives est un important festival de poésie, chose rare. Est-ce difficile de le maintenir ?

Jeanne Corporon : “Il y en a de moins en moins, donc il faut être là pour faire exister la poésie. Il faut qu’il y ait des villes qui aient le courage de proposer un festival dédié à la poésie. Comme la poésie n’est pas toujours facile au premier abord, il faut faire plus d’efforts pour attirer les gens. C’est ce que nous faisons avec Fernande et la chanson française. Nous choisissons des auteurs compositeurs interprètes. Cette année Jane Birkin est présente. Elle est surtout connue comme interprète. Mais là, elle vient avec ses propres textes en tant qu’auteure. Daniel Auteuil met en musique un poète mais il est aussi auteur de certains des textes qu’il apporte.”

Informations pratiques

Un été de festivals 2022
Retrouver tout le programme sur le site : https://www.sete.fr/culture-et-patrimoine/sete-capitale-de-la-culture/un-ete-de-festivals/

affiche 2
Qu'en pensez-vous ?

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Jeux concours
Météo de l'Hérault
Hérault Tribune Pro Hérault Tribune Reportages

Depuis 1973, d’abord sous format magazine, puis via son site, Hérault Tribune informe le public des événements qui se produisent dans le grand Agathois, le Biterrois et le bassin de Thau.

logo hje

Depuis 1895, l’Hérault Juridique & Economique traite l’économie, le droit et la culture dans son hebdomadaire papier, puis via son site Internet. Il contribue au développement sécurisé de l’économie locale en publiant les annonces légales.