Agde / Vias : l'assassin présumé de la vieille dame aurait pu agir par vengeance

Après la scène d’horreur où pompiers et policiers ont découvert mercredi soir une femme de 77 ans décapitée à son domicile, les investigations menées sous l’autorité du Procureur de la République de Béziers ont permis d’interpeller et de placer en garde à vue un suspect.

Un ancien boxeur professionnel au profil perturbé

L’homme de 51 ans placé en garde à vue depuis le 14 octobre 2021 peu avant 21 heures, est le mari d’une ancienne femme de ménage de la victime. Au cours de l’année 2020, la victime avait renvoyé cette femme de ménage soupçonnant son mari, le gardé à vue, de lui avoir dérobé de l’argent alors qu’il effectuait également chez elle « des petits travaux ».

Devant les enquêteurs de la police judiciaire, Jean-Michel Moulun se déclare chrétien, priant tous les jours et allant parfois à la messe.

Il avait été candidat aux élections municipales

En 2015, il décidait de quitter la commune d’Hautmontt (59) après un échec aux élections municipales en 2014 où il avait recueilli 7 % des suffrages. Dans la vidéo ci-jointe, il présentait son programme devant nos confrères du journal la sambre. Le candidat malheureux avait par la suite été condamné à une peine d’inéligibilité et à de la prison avec sursis pour avoir inscrit des personnes sur sa liste sans leur consentement.

Il s’était alors installé avec sa famille dans le sud, d’abord à Perpignan, puis briévement à Agde, avant de s’installer à Vias en 2018, après sa séparation avec son épouse.

image0000001 2
L’homme habitait à Vias dans un logement pavillonnaire HLM

” Cet homme habite la commune depuis 2018 je crois” explique le maire de Vias Jordan Dartier à nos confères de midi-libre. Je l’ai rencontré à son arrivée à Vias. C’était un ancien boxeur professionnel qui souhaitait monter une association de boxe sur la commune. Le projet a avancé, mais n’a pas vu le jour pour une raison que j’ignore. “

Titulaire d’un CAP de pâtissier, il affirme avoir exercé plusieurs métiers dont ceux de boxeur professionnel, agents de sécurité, maçon et électricien. Toutefois, il est officiellement sans profession depuis plusieurs années et il bénéficie d’une allocation adulte handicapé, tout en faisant quelques « petits travaux » non déclarés. Il déclare bénéficier de traitements médicamenteux en raison de troubles neurologiques, n’ayant selon lui plus de mémoire à court terme, consécutivement à un traumatisme crânien qui l’aurait plongé dans un coma d’une semaine en 2017. Il affirme être régulièrement suivi par un psychiatre et un psychologue à Agde, ce que son épouse confirme. Il ne consommerait ni alcool depuis plusieurs années, ni produits stupéfiants.

S’agissant du crime susceptible de lui être reproché, il a affirmé aux enquêteurs n’en avoir aucun souvenir, invoquant ses troubles de mémoire.

L’autopsie pratiquée le 14 octobre a déterminé que la cause du décès était la décapitation, en l’absence d’autres blessures mortelles constatées sur la victime.

L’enquête efficace des policiers de la police judiciaire de Montpellier

Dès la découverte du corps, les enquêteurs de la police judiciaire de Montpellier ont mené de nombreuses investigations. À ce stade de l’enquête, bien que toujours présumés innocent, de nombreux éléments accablent l’homme placé en garde à vue :

– des vidéos surveillance situées à l’intérieur du domicile de la victime sur lesquelles apparaît, quelques heures avant la découverte du corps, un homme en présence de la victime, lequel porte un masque chirurgical, des gants en latex et un grand couteau ; cet homme correspondant à l’apparence physique du gardé à vue ;

– des chaussures retrouvées en perquisition identiques à celles portées par l’homme visible sur ces vidéos avec des empreintes qui semblent compatibles avec celles relevées sur le lieu du crime ;

– des sacs de courses et des victuailles retrouvés en perquisition au domicile et dans le véhicule du gardé à vue dont l’apparence et le contenu correspondent aux vidéos surveillance de la maison et aux achats effectués par la victime dans l’après-midi du 13 octobre, alors même que ces sacs n’avaient pas été retrouvés par les enquêteurs chez la victime ;

– la présence du véhicule du gardé à vue enregistrée par la vidéosurveillance de la ville à proximité immédiate du domicile de la victime et dans la période des faits.

D’autres éléments importants sont en cours d’exploitation, notamment :

– l’examen des vidéos surveillance des trois distributeurs automatiques de billets où ont été effectués des retraits avec la carte bancaire de la victime postérieurement à l’heure supposée du crime ;

– des expertises ADN sollicitées en urgence qui permettront de procéder à des comparaisons à partir d’éléments retrouvés sur le lieu du crime et le corps de la victime.

Il était déjà connu des services de Police

S’agissant des antécédents judiciaires du suspect, il a été condamné à deux reprises : une très vieille condamnation de vol (réhabilitée depuis), ainsi qu’une condamnation de 2015 par le tribunal correctionnel d’Avesnes-sur-Helpe pour des faits d’inscription indue sur une liste électorale par déclaration frauduleuse ou faux certificat (trois mois d’emprisonnement avec sursis et deux ans de privation du droit d’éligibilité).

En juin 2019, il avait également donné une gifle à un mineur de 11 ans qui venait de dégrader des plantes vertes avec un ballon de foot. À l’époque, il avait déjà expliqué aux policiers du commissariat d’Agde qu’il souffrait de troubles neurologiques qui pouvaient influencer négativement son comportement. Il avait alors fait l’objet d’un rappel à la loi par un délégué du procureur au tribunal de Béziers.

Selon le Procureur de la République de Béziers, sa garde à vue devrait être prolongée afin que le mis en cause puisse à nouveau s’exprimer. Rappelons que, selon le principe de présomption d’innocence, toute personne est présumé innocente jusqu’à son éventuelle condamnation.

Qu'en pensez-vous ?

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Commentaires

  1. Il dit perdre la tête qu il est malade psychologiquement mais ça n explique pas une telle violence pauvre femme

Jeux concours
Météo de l'Hérault
Hérault Tribune Pro Hérault Tribune Reportages

Depuis 1973, d’abord sous format magazine, puis via son site, Hérault Tribune informe le public des événements qui se produisent dans le grand Agathois, le Biterrois et le bassin de Thau.

logo hje

Depuis 1895, l’Hérault Juridique & Economique traite l’économie, le droit et la culture dans son hebdomadaire papier, puis via son site Internet. Il contribue au développement sécurisé de l’économie locale en publiant les annonces légales.